07/07/2021 16:48
Le gouverneur de New York a annoncé mardi 6 juillet des mesures d'"urgence" pour lutter contre les armes à feu, sur fond d'augmentation de la criminalité dans cet État américain comme dans le reste du pays.

>>États-Unis : deux morts et trois blessés dans une fusillade à Cincinnati
>>Biden appelle à limiter la circulation des armes à feu pour "sauver des vies"

Le gouverneur de New York, Andrew Cuomo, lors d’une conférence de presse à New York, le mardi 6 juillet.
Photo : Reuters/VNA/CVN


Le démocrate Andrew Cuomo a décrété une sorte d'"état d'urgence" contre la violence par armes à feu, une première aux États-Unis qui lui permet, comme face à la pandémie, de mobiliser des moyens exceptionnels. 

Un coordinateur spécial pour la prévention de ce type de violences sera nommé : rattaché aux services de santé de l'État de New York, il devra veiller à une action coordonnée de nombreux services sociaux, de la police de l'État, des services pénitentiaires, et d'autres. 

"Si vous regardez les derniers chiffres, il y a plus de gens qui meurent des armes à feu et de criminalité que du COVID - c'est un problème national qu'il faut affronter, car notre avenir en dépend", a déclaré M. Cuomo, cité dans un communiqué. "Comme avec le COVID, New York va encore montrer l'exemple au reste du pays avec une approche globale", a affirmé le gouverneur, affaibli par plusieurs scandales, mais qui fut une voix très respectée sur le sujet de la pandémie en 2020. 

Ces mesures devraient permettre notamment de faire remonter les données plus rapidement, d'identifier "les points chauds" et d'allouer les ressources en conséquence.

L'État de New York prévoit aussi d'investir quelque 138 millions de dollars dans des programmes d'intervention et de prévention, dont 76 millions pour créer des emplois et des activités pour les jeunes les plus "à risque". 

Une unité de police spéciale pour lutter contre le trafic d'armes à feu venues d'autres États va aussi être créée : si New York est l'un des États américains où la législation sur la détention d'armes à feu est la plus stricte, il est facile d'aller acheter des armes dans les États voisins de Pennsylvanie ou du New Jersey, plus laxistes.

Le gouverneur a par ailleurs signé mardi deux lois : l'une qui permet d'attaquer plus facilement les fabricants d'armes au civil, l'autre pour empêcher les personnes recherchées de pouvoir acquérir une arme.

Les fabricants étaient jusqu'ici largement exempts de toute responsabilité par une loi fédérale, que la nouvelle loi new-yorkaise permettra de contourner.

Ces mesures interviennent tandis que New York et les États-Unis font face depuis l'été dernier à une forte remontée de la criminalité, avec une hausse de 30% des homicides dans les grandes villes du pays en 2020, présentée par les républicains comme le résultat d'un laxisme démocrate.

Le président Joe Biden a aussi présenté le 23 juin des mesures pour limiter la circulation des armes à feu, au niveau fédéral, mais le Congrès est très divisé et les démocrates peinent à faire bouger les choses.

APS/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découvrez le monde des crayons de couleur à Hanoï

Quel visage aura le tourisme francophone au Vietnam après le COVID-19 ? L’activité touristique au Vietnam a été anéantie par la pandémie de COVID-19. Pour la deuxième année consécutive, les professionnels du tourisme francophones continuent à naviguer à vue en espérant un retour aux affaires après la crise.