28/07/2021 17:04
Le président français Emmanuel Macron a déclaré mardi 27 juillet à Papeete (mercredi matin 28 juillet à Paris) que la France avait "une dette" envers la Polynésie française pour les essais nucléaires réalisés de 1966 à 1996 dans le Pacifique.

>>Macron lance sa visite en Polynésie par un appel à la vaccination
>>La Polynésie commémore les 50 ans du premier essai nucléaire
 

Emmanuel Macron lors de son discours avant son départ en Polynésie française, le 27 juillet.
Photo : AFP/VNA/CVN


"J'assume et je veux la vérité et la transparence avec vous", a déclaré le chef de l'État dans un discours devant les responsables polynésiens, en affirmant que les victimes de ces essais devaient être mieux indemnisées.

"La nation a une dette à l'égard de la Polynésie française. Cette dette est le fait d'avoir abrité ces essais en particulier ceux entre 1966 et 1974, dont on ne peut absolument pas dire qu'ils étaient propres", a-t-il déclaré au dernier jour de son déplacement sur l'archipel.

Après 17 essais nucléaires au Sahara, la France avait transféré en 1966 son champ de tir en Polynésie française, sur les atolls de Mururoa et Fangataufa, où elle procéda en 30 ans à 193 nouveaux essais, d'abord atmosphériques, puis souterrains.

Le dernier a eu lieu le 27 janvier 1996 après la décision du président Jacques Chirac de reprendre les tirs malgré le moratoire décidé trois ans plus tôt par son prédécesseur, François Mitterrand.

"Je veux vous dire clairement que les militaires qui les ont fait ne vous ont pas menti. Ils ont pris les mêmes risques (...) Il n'y a pas eu de mensonge, il y a eu des risques pris qui n'étaient pas mesurés, y compris par les militaires", a précisé Emmanuel Macron.

"Je pense que c'est vrai qu'on n'aurait pas fait ces mêmes essais dans la Creuse ou en Bretagne", a-t-il fait remarquer.

Sur les indemnisations, il a souligné que, à son élection en 2017, "11 dossiers avaient été finalisés" et que "depuis 187 dossiers" l'ont été.

"C'est un progrès conséquent mais insuffisant"
, a-t-il jugé, en annonçant que les "délais de dépôt des dossiers seront prolongés" pour les ayant-droits.

Dans son discours entamé par quelques mots en polynésien, le chef de l'
État a loué le "pacte unique intime sensible entre la République et la Polynésie française" malgré les "heures sombres et les morsures de l'Histoire".

"Il y a un en même temps"
car "vous êtes à la fois profondément polynésiens et profondément patriotes", a-t-il ajouté, en assurant qu'il défendrait leur volonté de "résister" pour "faire revivre et transmettre" leur culture.

Sur le plan économique, Emmanuel Macron a annoncé un prêt de 300 millions en appui aux investissements, notamment pour développer la compagnie aérienne Air Tahiti Nui, ainsi que de nouvelles mesures de défiscalisation.

Après avoir visité l'hôpital de Papeete à son arrivée samedi 24 juillet, il a de nouveau exhorté les Polynésiens à se faire vacciner, "seul moyen pour nous sortir" de la crise, en soulignant que sur les 230.000 doses envoyées dans l'archipel, 110.000 restaient encore disponibles.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les artistes conjuguent leurs efforts pour préserver le chant xâm

Le sud de Phu Quôc émerge comme un nouveau paradis de villégiature En cette période stressante, trouver un bel espace pour se détendre sera une tendance et le sud de Phu Quoc dans la province de Kiên Giang dans le delta du Mékong, apparait comme une destination idéale pour une "mise au vert" idéale.