11/06/2021 22:57
Les 240 premiers volontaires de la 3e phase des essais humains du vaccin Nano Covax ont reçu le 11 juin à Hanoï des injections à l’Université de médecine militaire (MMU) relevant du ministère de la Défense.
>>Lancer l’essai de la phase 3 du vaccin Nano Covax
>>Vaccin "made in Vietnam" : des signaux optimistes
>>Le Vietnam a la capacité de produire des vaccins contre le COVID-19

Les 240 premiers volontaires de la 3e phase des essais humains du vaccin Nano Covax ont reçu des injections, le 11 juin à Hanoï.
Photo : VNA/CVN


Le vaccin Nano Covax, développé par  la société vietnamienne Nanogen Pharmaceutical Biotechnology JSC, est le premier vaccin anti-COVID-19 du Vietnam qui entre officiellement en essai clinique sur l’homme. Il sera testé sur environ 13.000 volontaires âgées de 18 à 75 ans, dans de nombreuses localités du pays, avec un dosage optimal de 25 mcg.

Jusqu’à présent, plus de 6.000 volontaires se sont inscrits pour cette troisième phase, et plus de 600 ont été sélectionnés pour participer à ces essais.

Outre la MMU, la troisième phase, également la dernière, sera réalisée dans la province septentrionale de Hung Yên et les provinces du delta du Mékong de Long An et Tiên Giang.

Dans un premier temps, la MMU testera le vaccin sur 1.000 volontaires, répartis en deux groupes. Le premier groupe se verra injecter le vaccin réel, 25 mcg, tandis que le second se verra injecter un placebo, ce qui permettra d’établir une comparaison. 

Le vaccin Navo Covax a commencé à être testé sur des humains le 17 décembre 2020 et a terminé la deuxième phase.

Les essais de première phase ont montré que le vaccin était sûr et que les volontaires vaccinés avaient des anticorps contre le variant britannique (B117).

Celles de la deuxième phase ont été menées sur 560 volontaires répartis en quatre groupes, avec 80 personnes injectées avec un placebo et trois autres groupes ayant reçu des doses de 25 mcg, 50 mcg et 75 mcg. Cependant, seulement 554 ont reçu une deuxième injection parce que six personnes se sont retirées du processus.

À la suite des essais cliniques de la 2e phase, qui ont duré trois mois, tous les volontaires ont connu une augmentation des niveaux d'anticorps contre le coronavirus à différents niveaux. 

VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le photographe Lâm Duc Hiên, la mémoire du Mékong