16/12/2010 04:35
«C'est la première fois que la Francophonie organise un séminaire bilingue : en français et en langue nationale. Ainsi, je crois certainement que ce colloque attirera beaucoup d'attention et sera le théâtre de discussions animées entre les parties concernées, y compris pour celles et ceux qui ne connaissent pas le français. Il s'agit là d'une activité très utile, contribuant à renforcer la présence de la Francophonie dans la région Asie-Pacifique".

C'est ce qu'a déclaré Nguyên Van Son, président de la Commission des affaires étrangères de l'Assemblée nationale (AN) du Vietnam, lors du séminaire de sensibilisation et d'échanges sur les défis des parlements nationaux d'Asie-Pacifique dans la gouvernance de l'environnement, le 15 décembre à Hanoi. Cet événement a été co-organisé par l'AN vietnamienne, l'Assemblée parlementaire de la Francophonie (APF) et l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF).

Les nuisances du processus de développement de chaque pays sur l'environnement sont inévitables, alors que la protection de l'environnement constitue toujours l'élément essentiel du développement socio-économique durable. C'est pour quoi, l'environnement, le changement climatique et le développement durable sont des sujets d'actualité qui intéressent particulièrement les décideurs politiques. D'après M. Son, ce séminaire a été organisé dans le contexte où le 16e Sommet de l'ONU sur le changement climatique, qui vient de se terminer à Cancún (Mexique), n'a pas abouti aux résultats escomptés. "Cela illustre la difficulté que rencontrent les différentes nations pour s'entendre sur l'environnement et conclure un accord pour faire face au changement climatique, phénomène qui affecte le plus les pays pauvres, sous-développés, dont nombreux sont membres de la Francophonie", a-t-il estimé.

Alors, les différents ateliers dudit séminaire visaient à susciter une forte implication des parlements nationaux dans la gestion des questions portant sur l'environnement et le développement durable. De manière spécifique, il s'agit de renforcer les capacités des parlementaires pour relever les défis relatifs au développement des législations nationales conformes aux accords multilatéraux ; au contrôle de l'action des gouvernements par l'orientation et l'évaluation des politiques, plans et programmes ; à la participation effective des populations dans la mise en œuvre des projets en vue d'une appropriation des acquis.

Les participants ont tous souligné l'importance du développement durable, axé sur trois piliers : économie, société et environnement. "Le développement durable est un développement basé sur des états d'âme et des principes et qui assume ses responsabilités économiques, sociales et environnementales", a expliqué Alain Édouard Traoré, expert de l'Institut de l'énergie et de l'environnement de la Francophonie (IEPF), organe subsidiaire de l'OIF. "C'est une notion à la fois locale et globale, à la fois présente et future. Elle engage une responsabilité plus grande et plus globale de l'être humain face à son devenir", a-t-il insisté.

Selon le secrétaire général administratif de l'APF, Jean-Luc Lala, le problème principal actuel est de trouver l'équilibre entre les intérêts économiques et la protection environnementale. Grâce à quoi, les parties concernées trouveront leurs responsabilités dans le cadre des conventions et des accords internationaux sur ce problème. "Le renforcement de la coopération entre les pays dans le cadre de la Francophonie dans la protection de l'environnement et la lutte contre le changement climatique se poursuivra plus activement dans cet esprit", a-t-il souligné.

Ce séminaire, qui attire des parlementaires du Cambodge, du Laos, du Vanuatu et du Vietnam, sera organisé le 17 décembre à Phnom Penh.

* Quelle est l'importance du séminaire d'aujourd'hui ?
L'Assemblée parlementaire de la Francophonie a décidé d'organiser ce séminaire su la question de l'environnement suite aux propositions formulées l'an dernier par des sessions vietnamienne et cambodgienne. C'est le premier séminaire bilingue : en français, bien entendu, parce que dans le cadre de la Francophonie, mais aussi en vietnamien, parce que nous sommes au Vietnam, afin de pouvoir pousser l'ensemble des parlementaires vietnamiens intéressé au-delà de ceux qui pratiquent et qui utilisent la langue française.

Trois questions à Jean-Luc Lala, secrétaire général administratif de l'APF

* Que pensez-vous de la question environnementale au Vietnam ?
La question environnementale est une préoccupation des autorités vietnamiennes qui dépendent de concilier, comme beaucoup d'autres pays, deux impératifs du développement durable : économie et environnement. Il s'agit d'un développement économique respectueux de l'environnement. Le développement durable est un développement qui est à la fois efficace économiquement, juste socialement et qui préservent les intérêts de la planète. Et je sais que les autorités vietnamiennes sont très actives dans cette recherche.

* Quels sont les volets prioritaires de l'APF ?
Puisque la Francophonie est un mouvement construit autour de la culture, la mission principale de l'APF réside dans la préservation de la diversité culturelle. Il s'agit de préserver les langues et les cultures nationales telles quelles soient. L'aspect de la démocratie et des droits de l'homme, c'est la deuxième grande mission de l'APF. Nous travaillons beaucoup sur le suivi des crises dans le monde, et notamment dans l'espace francophone.

L'APF s'occupe aussi de la prévention du VIH/sida, des femmes parlementaires, des jeunes francophones, et bien sûr de l'environnement.


Hông Nga/CVN
(16/12/2010)

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

La ville de Châu Dôc privilégie l’écotourisme L’écotourisme fait partie des stratégies de développement de la ville de Châu Dôc (province d'An Giang, delta du Mékong) aux côtés du tourisme spirituel et culturel. De nombreuses destinations sont proposées dans le but d’attirer des touristes de plus en plus désireux de profiter à 100% de la nature.