15/02/2021 15:55
Le Royaume-Uni a franchi la barre des 15 millions de personnes vaccinées contre le coronavirus, tandis que le Japon a donné son premier feu vert à un vaccin contre le coronavirus à cinq mois de l'ouverture des Jeux olympiques d'été.
>>Vaccins contre le COVID-19 : le Conseil de sécurité de l'ONU entre dans le débat
>>COVID-19 : fermeture de frontières en Allemagne

Des Londoniens portent un masque de protection pour lutter contre le COVID-19, le 26 janvier.
Photo : Xinhua/VNA/CVN

"Aujourd'hui, nous avons atteint une étape importante dans le programme de vaccination national du Royaume-Uni", a tweeté dimanche 14 février le Premier ministre britannique Boris Johnson.

"Nouvelle fantastique

"NOUVELLE FANTASTIQUE : plus de 15 MILLIONS de personnes ont maintenant reçu leur premier vaccin contre le COVID", a salué sur Twitter le ministre britannique de la Santé, Matt Hancock.

Boris Johnson parvient ainsi à tenir l'objectif d'offrir à la mi-février un vaccin aux quatre catégories prioritaires.

Elles comprennent les personnes de plus de 70 ans, les soignants en première ligne, les employés et résidents des maisons de retraite et les patients les plus vulnérables, soit environ 15 millions de personnes, sur une population totale de 66 millions.

Le gouvernement espère rouvrir les écoles à partir du 8 mars et sortir progressivement du confinement - le troisième - instauré depuis le début de l'année face à un variant plus contagieux, qui a donné lieu à une explosion de l'épidémie.

L'Allemagne, pour sa part, a fermé en grande partie ses frontières avec le Tyrol autrichien et la République tchèque pour tenter de contenir la diffusion des variants du coronavirus, s'attirant des critiques de l'Union européenne.

L'Allemagne filtre les entrées 

"Les personnes qui ne font pas partie des quelques exceptions autorisées ne pourront pas entrer" sur le territoire allemand, a prévenu le ministre de l'Intérieur, Horst Seehofer, dans l'édition dominicale du quotidien Bild.

Contrôle des automobilistes à un poste frontière avec l'Autriche, le 14 février  près de Zinnwald, en Allemagne.
Photo : AFP/VNA/CVN

Un dispositif d'un millier de policiers a été mobilisé pour assurer les contrôles. La compagnie ferroviaire Deutsche Bahn a suspendu ses liaisons avec les régions concernées et la police a effectué des contrôles aux arrivées de l'aéroport de Francfort.

Dimanche après-midi, la police allemande avait contrôlé quelque 1.700 véhicules et refoulé 500 d'entre eux.

"C'est une catastrophe!", s'exclamait Irene, stoppée dimanche au poste-frontière de Kiefersfelden, où les forces de l'ordre, masque sur le visage, filtraient strictement les entrées.

"Je viens du Tyrol, je voulais juste passer en transit par l'Allemagne pour raccourcir le trajet en direction de Vienne", déclarait-elle, déplorant de devoir maintenant passer "des heures sur les petites routes autrichiennes".


"La Commission européenne est préoccupée par les récentes décision unilatérales" en matière de frontières, a déclaré dimanche le commissaire à la Justice Didier Reynders.

L'Italie, elle, a décidé de maintenir fermées jusqu'au 5 mars ses stations de ski qui devaient rouvrir lundi 15 février, en raison de la progression des variants du coronavirus, dont le variant britannique, a annoncé dimanche le ministère de la Santé.

Variant britannique en Nouvelle-Zélande 

En Nouvelle-Zélande, près de deux millions d'habitants d'Auckland, la plus grande ville du pays, sont confinés à partir de dimanche minuit pour trois jours, après la découverte d'un nouveau foyer de contamination au coronavirus.

Écoles et commerces resteront fermés lundi 15 février, à l'exception des entreprises jugées "essentielles", a décidé la Première ministre Jacinda Ardern.

Trois membres d'une même famille ont été testés positifs ce week-end, générant l'inquiétude dans ce pays qui avait été salué dans le monde pour sa gestion très efficace de la pandémie.

Le ministère néo-zélandais de la Santé a indiqué que deux des trois cas positifs étaient dus au variant détecté pour la première fois au Royaume-Uni. Il a précisé que c'était la première apparition de ce variant en Nouvelle-Zélande.

Le Japon a donné, le 14 février, son feu vert pour lancer la vaccination anti-COVID, à cinq mois des Jeux olympiques de Tokyo.
Photo : AFP/VNA/CVN

Au Japon, le gouvernement a donné dimanche 14 février son premier feu vert à un vaccin contre le coronavirus, celui développé par Pfizer, ouvrant la voie au lancement d'une campagne de vaccination à cinq mois de l'ouverture des JO d'été.

Le vaccin Pfizer/BioNTech doit être administré au Japon à 10 à 20.000 travailleurs de la santé à compter de mercredi 10 janvier, avant d'élargir la vaccination aux autres personnels de santé et aux personnes âgées à partir d'avril, en utilisant aussi d'autres vaccins contre le coronavirus.

Vaccination au Liban 

Au Liban, un médecin a été la première personne à recevoir le vaccin anti-COVID à Beyrouth, coup d'envoi de la campagne de vaccinations dans un pays miné par de graves crises sanitaire, économique et politique.

Quelque 28.000 doses du vaccin Pfizer/BioNTech sont arrivées samedi 13 février au Liban où le secteur médical est dépassé par l'épidémie avec 339.122 cas dont 3.993 morts selon les derniers chiffres officiels.

Israël et Chypre ont conclu dimanche 14 février un accord de principe permettant à leurs citoyens respectifs ayant été vaccinés de voyager sans restriction dans ces deux pays dès la reprise des vols.

En Algérie, le gouvernement a décidé dimanche 14 février de rouvrir toutes les mosquées du pays et d'autoriser la reprise des activités hôtelières, dans le cadre d'un nouvel allègement des mesures de restriction anticoronavirus face à une baisse des contaminations.

Le Rwanda a commencé à vacciner des groupes à hauts risques d'infection, tels que les travailleurs médicaux en première ligne, avec des doses limitées de vaccins, a annoncé dimanche 14 février le ministère de la Santé.

À l'échelle mondiale, 172,10 millions de doses de vaccins ont été administrées dans au moins 95 pays ou territoires, selon un comptage réalisé dimanche 14 février par l'AFP à partir de sources officielles.

La pandémie a fait plus de 2.394.500 morts dans le monde depuis fin décembre 2019, selon un bilan établi par l'AFP. Après les États-Unis (484.149 morts), les pays comptant le plus de décès sont le Brésil (239.245) le Mexique (173.771), l'Inde (155.642) et le Royaume-Uni (116.908).

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les feuilles de lotus, une source d’inspiration infinie pour un jeune peintre