01/10/2018 17:37
Depuis quelques années, les cas de personnes âgées faisant fortune en entreprenant se multiplient et contribuent à apporter un revenu stable après la retraite et à créer des emplois, donc à résorber le chômage.
>>Pour mieux soigner la santé des personnes du 3e âge

Dans l'atelier de fabrication du sel. Photo: MSNY/CVN

Les personnes âgées constituent une source de savoir-faire précieuse qui font d’eux des "bibliothèques vivantes" dans plusieurs domaines de la vie. Ils jouent un rôle important dans l’œuvre d’édification du pays et contribuent notablement à son développement socio-économique. Plusieurs d’entre eux sont devenus des hommes affaires à l’âge de 70 ou 80 ans et participent activement à des activités philanthropiques.

La famille de Huynh Van Be, il y a des années, se trouvait sur la liste des foyers pauvres du district de Thanh Binh, province de Dông Thap (Sud). Mais grâce à ses efforts continus, M. Bé est maintenant une des personnes âgées qui possède un atelier de fabrication de sel d’envergure avec des dizaines de travailleurs.

En 1998, M. Bé a emprunté 100 millions de dôngs pour élever des cailles. Mais il a échoué faute d’expérience. En 2000, M. Bé a appris le métier de fabrication du sel de Tây Ninh (un métier traditionnel qui consiste à mélanger le sel avec d’autres ingrédients pour avoir un condiment unique). Au début, sa famille ne fabriquait qu’entre 5 et 10 kilos de sel.  En 2006, il a décidé d’ouvrir un atelier de production de sel de Ngoc Yên. Pendant ses premières années, l’atelier a pu fabriquer et vendre 20 tonnes de sel par an. Ce chiffre ne cesse d’augmenter et a même atteint 1.500 tonnes en 2017.

Pour l’heure, le sel de Ngoc Yên est présent dans de nombreuses localités et provinces du pays. De 2012 à 2017, plus de 4.000 tonnes de sel ont été produites pour un chiffre d’affaires de 160 milliards de dôngs. Cet établissement a créé de l’emploi pour plus de 50 travailleurs payés entre 4,2 millions et 5 millions de dôngs par mois.

En particulier, la famille de M. Bé soutient également  200 personnes âgées en difficulté. Chaque mois, elle offre à celles-ci 15 kilos de riz soit environ 200.000 de dôngs par personne. À noter qu’il remet également des bourses aux étudiants démunis dans la localité.

Travailler sans tenir compte de la vieillesse

Après son départ en retraite, Nguyên Thi Thuy (dans la province de Bac Ninh, Nord) a décidé de se lancer dans le secteur de la couture. À présent, elle est directrice de la compagnie Kiên Giang, implantée dans le chef-lieu de Tu Son, Bac Ninh. Son chiffre d’affaires atteint annuellement 10 milliards de dôngs.

L'atelier de Mme Thuy a créé l'emploi pour les travailleurs de la localité.
Photo: Pham Kiên/VNA/CVN

Au début, sa compagnie ne disposait que de 20 employés. Puis pour augmenter la productivité, Mme Thuy a investi dans un système de machines modernes. Grâce à cela, l’établissement s’est rapidement élargi, avec plus de 100 ouvriers travaillant dans un atelier de 100m². Ses produits textiles ont été exportés vers l’Europe orientale.

Parmi les 100 ouvriers de la compagnie, 90% sont des femmes, 30 personnes sont des handicapés, avec un salaire mensuel de 6 millions de dôngs par personne. L’entreprise est souvent à l’origine d’activités sociales comme l’aide aux habitants dans les régions lointaines et reculées ; le soutien aux handicapés… "Je pense que le mieux pour les personnes âgées c’est de travailler, de continuer à contribuer au développement de la société malgré la vieillesse", a affirmé Mme Thuy.

Hà Ngô/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une visite au village des forgerons de Pac Rang

Le tourisme prend son essor à Binh Liêu Ces dernières années, Binh Liêu a connu des changements remarquables dans son développement du tourisme. Autrefois terre inconnue, ce district est devenu l’une des destinations les plus appréciées à Quang Ninh.