23/04/2018 12:55
Le président français s'apprête à se rendre outre-Atlantique pour répondre à l'invitation de son homologue américain Donald Trump qui recevra aussi dans la foulée la chancelière allemande, puis possiblement le président russe.
 >>Macron affirme avoir convaincu Trump de rester en Syrie
>>Trump lance des frappes ciblées en Syrie avec Paris et Londres

Le présidents américain Donald Trump (gauche) et son homologue français Emmanuel Macron en marge du sommet de l'OTAN à Bruxelles le 25 mai 2017.
Photo: AFP/VNA/CVN

Sur fond d'une situation internationale compliquée, la marge de manœuvre diplomatique d'Emmanuel Macron, qui promeut le retour la France sur la scène internationale, est plutôt mince. D'autant que les deux chefs d'État doivent relever de délicats défis de politique intérieure.

Dans ses interventions à la presse, le président français aime à user du terme "ami" quand il évoque Donald Trump. À la veille de son voyage d'État aux États-Unis, du 23 au 25 avril, Macron aura pourtant fort à faire pour convaincre son homologue américain, portant une image d'"imprévisible", à infléchir sa position sur des dossiers délicats.

Au-delà des sujets de convergence entre Paris et Washington que sont le Mali et la lutte antiterroriste, le soutien au G5 Sahel, les désaccords restent en effet nombreux entre les deux hommes, tous deux arrivés au pouvoir en 2017.

La visite en France, le 14 juillet dernier, du locataire de la Maison-Blanche, séduit par le défilé de la fête nationale, a contribué à adoucir l'atmosphère entre Paris et Washington mais la relation franco-américaine, qu'Emmanuel Macron s'efforce de personnaliser avec pragmatisme et un certain talent, demeure structurellement déséquilibrée.

Le président français comptait bénéficier d'une configuration tout-à-fait inédite sur la scène européenne et profiter du vide laissé par les alliés historiques des États-Unis sur le Vieux continent que sont le Royaume-Uni, empêtré dans le Brexit, et l'Allemagne, affaiblie après six mois d'incertitude politique.

Une série de désaccords
sur les sujets internationaux et économiques


Derrière les échanges d'aménités entre Donald Trump et Emmanuel Macron persiste toute une série de désaccords sur les sujets internationaux et économiques. À commencer par la question de l'accord sur le nucléaire iranien que Donald Trump menace de dénoncer.

L'Accord de Paris sur le climat jugé "mauvais" par le leader américain, ses menaces à peine voilées de guerre économique, le transfert de l'ambassade étasunienne à Jérusalem sont par ailleurs des dossiers autant épineux que cruciaux.

Les drapeaux américains et français flottent près du monument dédié à George Washington le 20 avril avant la visite d'État du président français Macron.
Photo: AFP/VNA/CVN 

Sur le front commercial, Emmanuel Macron a monté d'un ton fin mars contre son homologue américain suite à la décision de Washington d'imposer des taxes sur les importations d'acier et d'aluminium. "On parle de tout par principe avec un pays ami qui respecte les règles de l'OMC. On ne parle de rien par principe lorsque c'est avec un fusil sur la tempe", avait-t-il alors déclaré.

Donald Trump a donné fin mars à l'Union européenne (UE) et six pays jusqu'au 1er mai pour négocier des exemptions permanentes aux tarifs de 25% sur l'acier et de 10% sur l'aluminium qu'il a décidé d'instaurer pour mettre un terme aux "agressions" commerciales dont Washington s'estime victime.

À l'horizon des élections mi mandat novembre 2018 aux États-Unis, il y a fort à parier que le leader américain ne mette pas d'eau dans le vin, fût-il français, de ses convictions anti-environnementales, protectionnistes, anti-Iran, et pro-Israël.

"Le pari de l'entente fait par l'Élysée semble devenu plus hasardeux, d'autant que le durcissement de l'équipe de politique étrangère américaine doit sans doute être appréhendé sur le long terme. Compte tenu de la faiblesse du Parti démocrate, de l'inexistence d'une opposition à Trump au sein du Parti républicain, la réélection du trublion de la Maison-Blanche en 2020 reste une hypothèse ouverte", commente, maître de conférence à Sciences-Po Paris Laurence Nardon, dans une étude collective de l'IFRI (Institut français des relations internationales ), intitulée Macron, an I. Quelle politique étrangère ? parue en début de semaine.

La décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme la capitale d'Israël, qui a mis le feu aux poudres dans la région début décembre, et dont on peut raisonnablement craindre de délétères effets domino, a été critiquée par Emmanuel Macron. En décembre, au côté du président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas à Paris, il avait estimé que les États-Unis s'étaient ainsi "marginalisés".

De nombreux experts s'interrogent par ailleurs sur la stratégie globale suivie par Emmanuel Macron dans le cadre de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN) dont Donald Trump avait également menacé de se retirer.

Si la France est toujours considérée outre-Atlantique comme un partenaire diplomatique et militaire qui compte, elle n'a plus l'étoffe d'un partenaire économique solide malgré l'amélioration récente de la conjoncture, estiment des analystes. Macron doit s'attendre à un véritable parcours d'obstacles s'il ne veut pas être réduit à jouer aux petits chevaux face à un Donald Trump, maître dans l'art du poker.

Xinhua/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une visite au village des forgerons de Pac Rang

Quang Ninh accueille le 15 millionième touriste étranger du Vietnam Le Vietnam devrait accueillir son 15 millionième visiteur étranger en 2018 à la ville de Ha Long, dans la province côtière de Quang Ninh (Nord), fin novembre ou début décembre.