25/07/2020 07:05
Avec un profond désir d’aider les enfants démunis de l’ethnie Bahnar, M. Chhoi, un enseignant du village de Blên dans la province de Gia Lai, a consacré 35 années de sa vie à l’éducation. Son bon cœur est une véritable source d’inspiration.
>>Un prof pas comme les autres
>>Une classe au milieu d’un lac-réservoir à Dông Nai
>>Des profs de japonais natifs bénévoles à Hôi An

M. Chhoi a consacré 35 années de sa vie à l’enseignement des élèves démunis.
Photo : Hông Diêp/VNA/CVN

Même s’il approche de la retraite, M. Chhoi garde toujours tout son enthousiasme et se tient prêt à surmonter les difficultés de la classe. "Ma santé n’est plus ce qu’elle était, mais ce n’est pas un problème. J’enseignerai jusqu’à la fin de mes jours", partage-t-il. 

M. Chhoi a commencé à enseigner en 1985 et depuis, il a appris à lire et à écrire de nombreuses générations d’élèves de l’école primaire de Lo Pang, dans la province de Gia Lai, sur les hauts plateaux du Centre. Certains de ses anciens élèves ont refusé de bons emplois en ville pour rentrer au village et devenir eux-mêmes enseignants.

Un processus de longue haleine

"M. Chhoi nous a transmis sa passion et nous a inspiré à poursuivre son œuvre éducative au village de Blên", explique M. Thi, chef du village de Blên. Il était lui aussi enseignant à l’école primaire de Lo Pang autrefois. Après de longues années au service de l’école, M. Thi est entré dans l’administration et a été élu chef de village. L’un de ses principaux objectifs est de sensibiliser les villageois à l’importance de la scolarisation.

"Autrefois, manger à sa faim chaque jour était l’unique priorité des villageois, la scolarisation était donc malheureusement reléguée au second plan", informe le chef du village. "M. Chhoi a aidé les familles à prendre conscience de la nécessité de savoir lire et écrire, une porte de sortie efficace de la pauvreté", ajoute-t-il.

Selon le chef du village de Blên, l’école primaire de Lo Pang compte six antennes dont celle de Pyâu, la plus éloignée, à 12 km du chef-lieu. M. Chhoi y a enseigné pendant dix ans, de 2000 à 2010. À ce moment -là, pour s’y rendre, les enseignants devaient marcher chaque jour plusieurs dizaines de kilomètres sur les sentiers rocailleux. Ils commençaient leur semaine de travail à Pyâu le dimanche après-midi et rentraient chez eux le vendredi après-midi.

En 2010, une piste en terre connectant Pyâu a été construite. Mais, lors de la saison des pluies, elle était si boueuse qu’elle en devenait dangereuse à moto.

Fin 2019, elle a été bétonnée, ce qui a facilité considérablement les déplacements des enseignants. "Grâce à la nouvelle route, les difficultés des enseignants se sont atténuées", déclare l’enseignant Chhoi.

Promouvoir l’éducation

Alao, une antenne de l’école primaire de Lo Pang, district de Mang Yang, province de Gia Lai, sur les hauts plateaux du Centre.
Photo : Hông Diêp/VNA/CVN

Dans les autres antennes, en raison des conditions économiques difficiles, la scolarisation n’est pas la première préoccupation des parents. Le sacerdoce de M. Chhoi est de sensibiliser les habitants à l’importance de l’éducation et de les mobiliser pour qu’ils enseignent à tour de rôle dans chaque antenne.

Depuis 2018, M. Chhoi enseigne dans l’antenne d’Alao, après avoir suivi un cours de perfectionnement à l’École supérieure de pédagogie de la ville de Pleiku, chef-lieu de la province de Gia Lai. Les élèves d’Alao aiment tous leur professeur. Dans leur mémoire restera gravée à jamais l’image de M. Chhoi qui, chaque matin, qu’il pleuve ou qu’il vente, se rend dans tous les foyers reculés pour convaincre les parents de laisser leurs enfants venir à l’école plutôt que de les envoyer aux champs, comme c’est l’habitude dans les familles pauvres.

Au début de chaque année scolaire, M. Chhoi, avec d’autres enseignants, rencontre les familles dans les champs pour les convaincre de l’importance de la scolarisation. Les enseignants soutiennent également les enfants en leur fournissant chaque jour un petit-déjeuner et des vêtements chauds en hiver. "C’est un bon moyen d’encourager les parents à envoyer leurs enfants à l’école", fait savoir M. Chhoi.

Les parents de Vu, un élève de CE1 d’Alao, sont heureux de pouvoir confier leur enfant à M. Chhoi et que c’est la raison pour laquelle ils ont accepté de laisser leur fils poursuivre des études.

Vu Thi Hoi, directrice de l’école primaire de Lo Pang, apprécie grandement les contributions de M. Chhoi à l’œuvre de scolarisation et d’éducation de la localité. Elle affirme que son dévouement depuis plus de 35 ans est un exemple inspirant pour les autres enseignants.

"L’enseignant Chhoi a surmonté de nombreux défis pour combattre l’analphabétisme dans les villages de montagne reculés. Il a su également gagner le respect et l’affection de ses collègues comme de ses élèves", souligne-t-elle.

"L’éducation est une noble profession et les enseignants des régions reculées méritent encore plus de respect. Sans maître dévoué comme lui, les communautés ethniques des villages montagnards auraient bien plus de mal à améliorer leurs conditions de vie", affirme-t-elle.
Huong Linh/CVN

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une expérience inoubliable pour les étudiants francophones au Vietnam

Kiên Giang voit une augmentation des arrivées touristiques en juillet La province de Kiên Giang (Sud) a accueilli près d'un million de visiteurs en juillet, soit une augmentation de 75,3% par rapport au mois précédent.