09/03/2019 14:00
Placés face à face, deux immenses chameaux se jaugent avant de se jeter l'un sur l'autre, la tête la première. Dans cette arène de Selçuk, dans l'Ouest de la Turquie, 124 chameaux se succèdent pour de courts combats, une tradition centenaire que les chameliers tentent de préserver.

Des spectateurs assistent aux combats de chameaux à Selçuk, en Turquie.
Photo: AFP/VNA/CVN

Autour de l’arène, à quelques minutes de la côte égéenne, plus de 2.000 personnes sont installées à de petites tables, où elles pique-niquent en encourageant leurs favoris et en huant les propriétaires qui interviennent trop dans l’affrontement. Chaque bête s’efforce de mordiller les pieds de son adversaire et de le déséquilibrer, leurs longs cous s’entremêlant sous les acclamations de la foule.

Les combats, qui ne sont pas dotés de prix, durent quelques minutes et se terminent lorsqu’un chameau renverse l’autre ou le fait fuir. “Mon père et mon grand-père avaient des chameaux, c’est une tradition  ancestrale. Moi, je n’en ai pas, hélas, mais je vais voir tous les combats”, dit Abdullah Altintas, venu avec son épouse Nilgün assister au spectacle.

Patrimoine

En Turquie, la culture du chameau remonte à l’époque des Yörük, un peuple nomade héritier des anciens guerriers Seldjoukides, arrivés en Anatolie au XIe siècle. Mais, le premier combat organisé formellement dans la région a eu lieu dans les années 1830, selon Devrim Ertürk, sociologue à l’Université Dokuz Eylül de Selçuk. Avec la sédentarisation, les chameaux ont servi à transporter des marchandises, surtout vers les ports de l’Ouest de la Turquie. “Et les chameliers ont commencé à organiser des affrontements de chameaux dans les khans (caravansérails) où ils faisaient étape”, explique M. Ertürk, lui-même propriétaire de chameaux, parmi lesquels un mâle de 2 ans dont il souhaite faire un lutteur.

Près de 90 combats ont été programmés cette année dans la région qui va de Canakkale (Nord-Ouest) à Antalya (Sud-Ouest), entre décembre 2018 et mars 2019, saison de reproduction du chameau et période creuse pour les habitants de la région alors que l’activité agricole ralentit pour l’hiver.

Des associations de défense des droits des animaux appellent régulièrement à l’arrêt de ces combats, dénonçant leur cruauté. Mais sur place, les organisateurs soutiennent que tout est fait pour protéger les chameaux, notamment en nouant une cordelette autour de leur bouche pour en limiter l’ouverture et les morsures. "Pour un chamelier, son chameau est très précieux, (...), les propriétaires  font tout pour qu’il ne lui arrive aucun mal, insiste M. Ertürk. Beaucoup  portent le nom des enfants du chamelier. Mon père avait donné mon prénom, Devrim, à l’un de ses chameaux".

Un combat de chameaux dans l’arène du festival de Selçuk, en Turquie.
Photo: AFP/VNA/CVN

Le premier jour du festival de Selçuk, certains font défiler leur champion dans la ville. Sous les regards des habitants, les chameaux traversent le marché, parés de tissus colorés brodés à leur nom, de guirlandes de cloches et de drapeaux turcs. Un jury élit ensuite le plus bel animal.

Venu de la province de Mugla, plus au Sud, Erol Bilgin, le visage encadré par une casquette plate et une moustache fournie, caresse tendrement son Kara Elmas (Diamant noir), âgé de 9 ans et candidat malheureux au concours de beauté. "Évidemment, chacun trouve que son chameau est le plus beau", admet-il en retirant un bout de paille de l’épaisse fourrure de son animal, "calme, respectueux et sensible".

"La culture des chameaux s’estompe, mais nous souhaitons la faire perdurer", explique le maire Dahi Zeynel Bakici. Outre les combats, un symposium international sur les chameaux est organisé depuis trois ans à Selçuk, avec une centaine de participants à la dernière édition. Selon M. Bakici, le but est de pérenniser les traditions liées aux chameaux, comme les combats, et de les faire inscrire par l’UNESCO au patrimoine de l’Humanité.

Saucisses

Dans le hangar sombre où Kara Elmas a passé la nuit, M. Bilgin s’assure que tout va bien. "Nous sommes venus de loin. Mais ici, il a pu se détendre avant le combat, explique-t-il. Il sait ce qui l’attend".

Autour de l’arène, le public déambule entre les camélidés et les stands de saucisses, certifiées "100% viande de chameau" et grillées sur place pour en faire des sandwiches. Les spectateurs, très majoritairement des hom-mes, dégustent leur piquenique dès le matin avec un verre de raki, un alcool anisé... tout en récitant en chœur quelques versets du Coran avant le début des festivités.

Nombre de duels de chameaux terminent en match nul, aucun animal ne parvenant à soumettre l’autre. Les propriétaires, présents dans l’arène, s’emportent parfois, tentant de pousser leur protégé à se battre lorsque l’animal lui-même semble peu intéressé.

À plusieurs reprises, les hommes en viennent aux mains dans l’arène, à côté de leurs chameaux, avant d’être rapidement séparés par le service d’ordre. Lorsque le speaker annonce le nom de Kara Elmas, M. Bilgin amène son animal dans l’arène, lui fait faire un petit tour puis le place face à son opposant. Les deux chameaux fondent l’un sur l’autre, se mettant mutuellement à genoux plusieurs fois, sans réussir toutefois à se renverser.

Match nul. Les combattants sont séparés, mais M. Bilgin est aux anges. "Je suis tellement ému. Il s’est très bien battu, au-delà de mes attentes. Je suis vraiment fier", s’écrie-t-il, caressant le cou de son chameau à l’air imperturbable.

AFP/VNA/CVN


 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le ravioli du village de Kênh, une saveur naturelle

Le tourisme vietnamien sera présenté en Chine en mai Le programme de présentation du tourisme vietnamien en Chine constitue le point d’orgue des activités la branche touristique dans les temps à venir. Cette information a été donnée par le porte-parole du ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme, Nguyên Thai Binh, lors d’une conférence de presse périodique de ce ministère tenue le 17 avril à Hanoï.