05/03/2022 22:02
Des photos sur la pollution de nombreuses zones résidentielles ou sites touristiques côtières du pays sont exposées à Hanoï jusqu’au 15 mars. L’auteur de ces clichés, Nguyên Viêt Hùng, veut sensibliser le public à la lutte contre la pollution plastique.
>>Promouvoir des solutions pour remplacer les produits en plastique à usage unique
>>Lutte contre les déchets plastiques pour le développement de l'économie circulaire
>>Hô Chi Minh-Ville cherche à améliorer la gestion des déchets plastiques

De nombreux groupes de jeunes et d'organisations sociales organisent souvent des activités de nettoyage des plages et des estuaires.
Photo : Viêt Hùng/CVN

La pollution par les déchets plastiques n'est plus un nouveau problème, car il   n'a cessé d'être mis en garde par la presse et les médias ces dernières années. Cependant, le public est toujours surpris et inquiet devant des photos montrant  la pollution extrême  de nombreuses zones résidentielles ou sites touristiques côtières du pays.

Ce genre de clichés sont présentés dans l'exposition "Conte de rivières submergées de plastique" qui se tient à Hanoï jusqu'au 15 mars.

Il s'agit d'une nouvelle exposition du photographe Nguyên Viêt Hùng qui présente des photos et vidéos  enregistrées ces dernières années lors de ses voyages tout au long du pays. Il veut contribuer ainsi à la sensibilisation du public sur la lutte contre la pollution plastique.

Hùng "chasseur de déchets", ce surnom est attaché à Nguyên Viêt Hùng depuis 2019, lorsqu'il a fait un voyage à travers le Vietnam par la route et réalisé plus de 3. 000 photos et vidéos sur l'état de la pollution par les déchets plastiques dans les 28 provinces et villes côtières du pays. Bien qu'il ne soit pas la première personne à aborder ce sujet, ses angles de vues rares, authentiques, son travail soigné et ses œuvres bien systématiques sont très appréciés et donnent un fort impact.

Ce passionné de photographie de 45 ans, qui anime depuis longtemps des cours sur cet art, souligne : "je comprends la valeur  informative et  émotionnelle que peuvent apporter les photos. Un cliché peut remplacer mille mots. Nous pouvons alors changer la perception et conduire à un changement d'action". Il y a quelques années, Viêt Hùng a été surpris en faisant des recherches de découvrir que le Vietnam était au quatrième rang dans le classement mondial sur la pollution plastique des océans. "Or, notre pays est célèbre pour ses nombreuses plages, ses baies magnifiques, attrayants pour les touristes nationaux et étrangers", ajoute-t-il.

Face à ce constat, Viêt Hùng a planifié un voyage  le long du littoral du pays pour "chasser" des photos de déchets plastiques. Son objectif était de diffuser ces images et de sensibiliser le public sur la pollution plastique qui sévit sur les plages du pays, d’inspirer des émotions positives dans la communauté. Du Nord au Sud, il a recueilli pléthore d'images de plages ou de forêts jonchées de sacs plastiques… Partout, les ordures envahissent la nature. Des gens  vivent, des enfants jouent dans des endroits jonchés d’ordures, menaçant leur santé…

Pour Viêt Hùng, ce qui l'a hanté le plus pendant ce voyage le long des mers, c'est le bourdonnement des mouches dans les décharges, au lieu du murmure des vagues. De nombreuses routes menant à de belles plages ou à des paysages côtiers sont inondées de déchets, que les habitants locaux et les touristes doivent traverser.

Selon les données enregistrées en 2021 du ministère des Ressources naturelles et de l'Environnement, les Vietnamiens rejettent chaque année environ 1,8 million de tonnes de déchets plastiques, dont plus de 30 milliards de sacs plastiques. En moyenne, chaque ménage utilise environ un kilo de sacs plastiques par mois, dont seulement 17 % sont recyclés.

Ensemble, sauvons nos mers

Dans son combat, Viêt Hùng ne se contente pas de décrire la situation actuelle mais veut aussi en montrer les causes, ouvrant des solutions au traitement des déchets plastiques, telles le contrôle des estuaires, l'investissement dans les systèmes de ramassage et de traitement des ordures dans les îles... En effet, du fait d'un réseau hydrographique très ramifié, même s'ils ont été jetés loin de la mer, les déchets finissent dans de nombreux endroits, parfois sur des îles inhabitées loin du continent.

Lorsqu'elles apparaissent sur les réseaux sociaux, les journaux ou les campagnes médiatiques, les photos de Viêt Hùng reçoivent une grande attention et sont largement partagées. Véritable militant écologique et pas seulement photographe, l'auteur a élaboré un projet à long terme appelé "SOS - Save Our Seas" (SOS-Sauvons notre mer). La bonne nouvelle est que de nombreux endroits pollués ont enregistré des changements positifs, les autorités et les populations ayant pris des mesures pour nettoyer les ordures et rendre les plages propres.

Certains groupes de jeunes et organisations sociales organisent également plus souvent des activités de nettoyage des plages et des estuaires. Viêt Hùng a constaté aussi au cours de ses voyages que de nombreux groupes et individus mènent des actions de protection de l'environnement. Cependant, devant l'énorme quantité de déchets, cet effort ne suffit plus. Il est nécessaire encore et toujours de sensibiliser davantage chaque citoyen à   limiter  l'usage de  produits en plastique, à les recycler, ou à ne pas les jeter dans l’environnement, que ce soit proche du lieu de résidence ou dans la nature…

Hùng "chasseur de déchets".
Photo : DTNN/CVN

Viêt Hùng a participé à de nombreuses expositions de photos, programmes de communication anti-déchets plastiques, partagé des histoires mémorables ou des scènes de vie derrière ses milliers de photos. Il a reçu le titre d’"Ambassadeur de l’océan bleu" par le ministère des Ressources naturelles et de l'Environnement. Il a publié le livre Voyages verts sur son parcours de "chasse aux ordures" pour sauver la mer.

Parlant de ses prochains projets, le photographe a déclaré qu'il continuerait à faire des voyages pour prendre des photos car de nombreuses îles sont très belles et ont un grand potentiel touristique, mais le traitement des déchets fait face encore à maintes difficultés ou n'attire pas encore l'attention des autorités et des populations.

Parallèlement, il organise et participe régulièrement à des sorties de ramassage des ordures sur de nombreuses plages, emmène des enfants en pique-nique dans la nature, anime le site internet "Sauvons notre mer" pour fournir des informations sur la pollution par les déchets plastiques et appelle à se donner la main pour la propreté des océans.

Selon Hùng "chasseur de déchets", chaque individu  peut contribuer à la protection de la nature de différentes manières, même par de petits actes. Lui, il a choisi la photographie pour faire passer le message d'amour de la nature, ainsi que dévoiler la réalité alarmante de la pollution plastique. Il a déclaré : "Si nous n'agissons pas maintenant, nos enfants et petits-enfants subiront certainement les conséquences des déchets plastiques. Mon travail consiste simplement à apporter plus de voix pour aider les gens à changer leur perception et à rendre les côtes du Vietnam plus propres et plus belles."

L'exposition "Conte de rivières submergées de plastique" fait partie d'une série d'activités de la campagne "Ensemble pour réduire les déchets plastiques", organisée par l’Institut de stratégie, de politique sur les ressources naturelles et l’environnement (ministère des Ressources naturelles et de l'Environnement), en collaboration avec l’ambassade des Pays-Bas au Vietnam et l’Institut Goethe.

L’exposition a lieu au siège de l’Institut Goethe (60, rue Nguyên Thai Hoc, Hanoï) et sur la plateforme en ligne Gathertown. Dans le cadre de l'exposition, en plus des œuvres photographiques, sont aussi prévus des séminaires où des experts partagent des expériences de l’Union européenne sur la promotion des alternatives aux produits en plastique à usage unique vers une production et une consommation durables ou encore avertissent sur l’impact de ces produits sur la santé humaine.

Hoàng Lan/CVN



 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Souvenirs de Hanoï éclairés par Kirigami, l'art japonais du découpage de papier

Environ 260 stands attendus au Salon touristique international 2022 Environ 260 stands, dont 50 de l’étranger, seront installés au Salon touristique international de Hô Chi Minh-Ville 2022 (ITE-HCMC 2022), a annoncé le comité d’organisation lors d’une conférence de presse donnée mardi 16 août dans la mégapole du Sud.