10/07/2018 23:16
La Première ministre britannique Theresa May, qui réunit son cabinet mardi 10 juillet, est décidée à rester au pouvoir malgré la menace d'un vote de défiance après les démissions de deux poids lourds de son gouvernement en désaccord avec son approche du Brexit.

>>Désaccords sur le Brexit: Theresa May perd deux poids lourds de son gouvernement
>>Le gouvernement britannique fait bloc face aux critiques contre son plan post-Brexit
>>Le ministre du Brexit démissionne, un camouflet pour Theresa May

La Première ministre britannique Theresa May.
Photo: AFP/VNA/CVN


Le ministre du Brexit, David Davis, et celui des Affaires étrangères, Boris Johnson, deux adeptes d'une rupture nette des liens avec l'Union européenne, ont fait défection, reprochant à Mme May d'avoir consenti de trop nombreuses concessions.

Après des semaines de rumeurs de départ, David Davis a claqué la porte du gouvernement dimanche soir et Boris Johnson lui a emboîté le pas lundi
après-midi 9 juillet , dénonçant un Royaume-Uni sur la route d'un "semi-Brexit" en voie de devenir une "colonie" de l'UE.

Theresa May leur a rapidement trouvé des remplaçants et tente de maintenir son cap dans la tempête. Mais la menace d'un vote de défiance pèse sur elle si les partisans d'une rupture franche avec l'UE s'allient pour la renverser.

Selon les statuts du parti, un minimum de 48 députés est requis pour saisir le Comité 1922, responsable de l'organisation interne des Tories et du déclenchement d'un vote de défiance. Il faudrait ensuite le vote de 159 députés conservateurs -sur 316 - pour faire tomber la cheffe du gouvernement, ce qui n'est pas gagné.

"Malgré le brouhaha, l'arithmétique au Parlement n'a pas changé. Pour l'instant, les Brexiters purs et durs ne sont pas assez nombreux pour chasser May du pouvoir et ne peuvent pas imposer leur version préférée du Brexit à la Chambre des communes", soulignait mardi 10 juillet le site Politico.

Theresa May n'est pas sauvée pour autant et d'autres démissions sont possibles.

C'est ce qu'ont assuré sous couvert d'anonymat des partisans du Brexit au quotidien The Guardian: les départs "vont continuer un par un, juste qu'à ce qu'elle jette à la poubelle (le plan adopté vendredi 13 juillet lors d'une réunion de son gouvernement dans sa résidence de campagne de Chequers) ou qu'elle s'en aille".

 

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une journée au Musée des vestiges deguerre à Hô Chi Minh-Ville

Capturer de beaux moments avec les marguerites Daisy de Hanoï Entre la mi-novembre et la mi-décembre, quand Hanoï ressent les premiers vents hivernaux, c’est la pleine saison des marguerites Daisy (Astéracées). En cette période, ce serait une faute de goût de ne pas acheter un bouquet. Mais pour une expérience plus romantique, rien ne vaut une balade dans un champ de fleurs en banlieue.