17/10/2021 15:11
Exit les tondeuses et le bétail, bienvenue aux animaux sauvages, champignons et marécages: Randal Plunkett, 21e baron de Dunsany et trentenaire écologiste, a fait le pari du "ré-ensauvagement", en laissant la nature reprendre ses droits sur le domaine de son château irlandais.
>>Game of Thrones, une aubaine pour le tourisme en Irlande du Nord
>>En Corrèze, désobéir pour vivre en pleine nature
>>Chasseur de grottes en Slovénie, paradis des spéléologues

Le château de Dunsany, au nord-ouest de Dublin (en Irlande), le 13 octobre.
Photo : AFP/VNA/CVN

À 25km au nord-ouest de Dublin, une partie des terres du château de Dunsany a complètement changé d'aspect sous la houlette de cet héritier de la dynastie qui y règne depuis 900 ans.

Au loin, un cerf roux apparait l'espace d'un instant, entre des arbres d'un vert incroyable, puis disparait dans les 300 hectares du domaine ancestral qui ont désormais été abandonnés à la nature, soit un peu moins de la moitié du domaine.

J'avais "une sorte de devoir envers l'environnement", a déclaré l'aristocrate de 38 ans, perché sur un tronc en décomposition où poussent des champignons.

"Je suis le gardien du domaine pour cette génération et le domaine, ce n'est pas seulement le château, c'est aussi l'environnement", affirme le trentenaire aux cheveux longs, dont le style - tee-shirt d'un groupe de death metal américain et veste en faux cuir- contraste avec l'apparence plus sobre de ses ancêtres immortalisés sur des tableaux du château.

Il y a 8 ans, ce végétalien a lancé le projet "radical" de ré-ensauvager son vaste domaine. Le bétail a été évacué et les tondeuses à gazon abandonnées, Randal Plunkett laissant la nature suivre son cours.

Randal Plunkett, 21e baron de Dunsany, dans le domaine de son château en Irlande. Photo : AFP/VNA/CVN

"Comprendre la terre

Et les résultats se font sentir. Des martres, une espèce très rare, ont déjà été aperçues dans le domaine, où la loutre et le cerf élaphe prospèrent.

Buses, milans royaux, faucons pèlerins, éperviers, crécerelles et bécassines: les oiseaux sont légion. Il y aurait même un pivert, le tout premier observé dans la région depuis un siècle, affirme M. Plunkett.

Sur une partie du domaine, la pelouse s'est transformée en un large marais, où l'on compte 23 espèces d'herbes et de nombreux insectes.

"Au fur et à mesure que je l'observais, j'ai commencé à comprendre ce que faisait la terre", explique-t-il après avoir traversé à pied un sous-bois sinueux. "C'est devenu un projet de ré-ensauvagement", ajoute-t-il, alors que deux chiens de race Jack Russell nommés Beavis et Butt-head piétinent ses Doc Martens véganes.

Selon le Programme des Nations unies pour l'environnement (PNUE), il faudrait ré-ensauvager l'équivalent de la Chine au cours de la prochaine décennie pour enrayer la "dégradation" des terres et maintenir la hausse des températures en dessous de 2oC.

La semaine dernière, des centaines de militants écologistes ont manifesté devant le palais de Buckingham avec une pétition signée par 100.000 personnes demandant à la famille royale britannique de ré-ensauvager ses terres.

Ils espéraient ainsi qu'Elizabeth II enverrait un message fort en tant qu'invitée au sommet de l'ONU sur le climat, à Glasgow (Écosse), où les dirigeants mondiaux tenteront à partir du 31 octobre et pendant deux semaines de prendre des mesures pour enrayer le réchauffement climatique.

"Guerre" pour la nature 

Randal Plunkett, Baron de Dunsany, à l'intérieur de son château près de Dublin.
Photo : AFP/VNA/CVN

L'Irlande a beau être connue pour sa verdure, qui lui a valu le surnom de "l'île d'émeraude", 65% de sa superficie est désormais consacrée aux terres agricoles.

Selon l'ONU, l'élevage est responsable de 14% des émissions mondiales des gaz à effet de serre. Le ré-ensauvagement, lui, permettrait entre autres de réduire les émissions de CO2, et d'augmenter la biodiversité.

Mais l'idée de ne pas exploiter au maximum une terre agricole n'est pas facile à faire entendre. Au début, les habitants du coin ont pris Randal Plunkett pour un "abruti", se rappelle-t-il: "Ils pensaient que je détruisais des terres agricoles en parfait état", que "j'étais juste un décadent".

Le baron a d'ailleurs dû faire face à des "menaces" et "du vandalisme". Lui qui considère son domaine comme une "oasis", où la chasse au cerf est interdite, patrouille aux aurores pour tenir à distance les braconniers.

"C'est devenu une guerre et nous la gagnons lentement parce que la vérité c'est qu'il faut agir face au changement climatique", affirme-t-il.

"Je pense que nous devons faire beaucoup plus que ce que nous faisons" et "malheureusement ça ne sera pas fait par les gouvernements", ajoute avec pessimisme le baron.

"J'essaie de populariser une idée, dont je sais pertinemment qu'elle sera utile", affirme-t-il, "Nous ramenons le sauvage en Irlande, cet endroit autrefois connu pour être vert".

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le concours "Jeunes Reporters Francophones 2021" couronné de succès

Des circuits au départ et à destination des Des circuits de visite sont organisés depuis novembre par Saigontourist Travel. Les programmes amènent les voyageurs dans des localités non infectées par le COVID-19, dans le Sud mais aussi le Nord du pays.