13/08/2020 09:32
Dans les chantiers navals de l'île de Geoje (Sud-Est de la Corée du Sud) naissent des portes-conteneurs géants qui partent ensuite faire le tour du monde.
>>Chantier naval : Hyundai décroche en Bourse après des prévisions moroses
>>Mer : la Russie inaugure le plus grand brise-glace nucléaire au monde

La salle des moteurs du porte-conteneurs géant HMM St Petersburg en construction sur l'île de Geoje, lors d'une visite de presse le 11 août en Corée du Sud.
Photo : AFP/VNA/CVN

Chez Samsung Heavy Industries (SHI), des ouvriers mettent la dernière main au HMM St Petersburg. Il mesure 62 mètres de large et 400 m de long -100 m de plus que la Tour Eiffel - et peut transporter jusqu'à sept milliards de "choco-pies", de populaires biscuits sud-coréens, soit autant que d'êtres humains sur la planète, assure son propriétaire, Hyundai Merchant Marine (HMM).

Doté d'une capacité de 23.820 EVP (Equivalent Vingt Pieds, unité de mesure standard pour les conteneurs qui représente quelque 33 mètres cubes), c'est le douzième et dernier-né d'une nouvelle catégorie rassemblant les plus gros conteneurs existants, celle des 24.000 EVP, mise en service par HMM. Sept ont été construits par Daewoo Shipbuilding and Marine Engineering et cinq chez SHI. Chacun de ces mastodontes coûte entre 170 et 180 milliards de wons (143 à 151 millions d'USD).

Le premier navire de cette catégorie entré en activité, le HMM Algeciras, était devenu le plus gros porte-conteneurs au monde lors de son voyage inaugural en avril. L'industrie sud-coréenne des chantiers navals a dominé un temps le marché mondial mais pâti ces dernières années d'une surproduction mondiale et de la concurrence chinoise. Les armateurs sud-coréens ont souffert pour leur part de l'effondrement de Hanjin Shipping, naguère premier armateur sud-coréen et septième mondial, qui a fait faillite en 2017.

Le HMM St Petersburg doit être livré en septembre et fera son voyage inaugural vers Shanghai et d'autres ports chinois avant de se diriger via le Canal de Suez vers Rotterdam, Hambourg, Anvers et Londres. Le voyage aller-retour depuis la Corée du Sud vers l'Europe dure douze semaines mais, malgré la taille du navire et la distance parcourue, l'équipage ne compte que 23 membres.

AFP/VNA/CVN



 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Banh cuôn au fruit de dragon – un plat irrésistible à déguster

Le tourisme intérieur du Vietnam devrait se redresser après le COVID-19 La résurgence du COVID-19 au Vietnam a mis de nombreux prestataires touristiques sous pression alors qu'ils essayaient de maintenir leurs entreprises à flot. Cependant, maintenant que la pandémie s’apaise, ils ont des conditions favorables pour ramener leurs affaires à la normale.