27/12/2015 07:24
L’Accord de libre-échange Vietnam-Union européenne (EVFTA) entrera en vigueur en 2018. Les entreprises vietnamiennes ont deux ans pour se préparer afin de tenir bon sur le marché domestique et accéder à ce grand marché que représentent les 28 pays européens.
>>Rencontres entre Nguyên Tân Dung et des dirigeants de l'UE
>>Le Vietnam et l’UE s’acheminent vers l’accord de libre-échange


Nombreux produits seront exemptés de taxes

Lê Triêu Dung, chef adjoint du Département des politiques de commerce multilatéral, ministère de l’Industrie et du Commerce

 
Avec l’Accord de libre-échange Vietnam-Union européenne (EVFTA), l’engagement d’ouverture du marché bénéficiera aux exportations de biens, en particulier les produits vietnamiens du textile et de l’habillement, les sandales et les chaussures, les produits agricoles, les objets en bois, ainsi que les machines, les équipements, les automobiles, les boissons alcoolisées et certains produits agricoles de l’Union européenne (UE).

Le Vietnam et l’UE vont supprimer plus de 99% de leurs lignes tarifaires et, pour le reste, les deux parties diminueront leurs taxes ou appliqueront des quotas. L’EVFTA donnera au Vietnam 0,5 point de pourcentage supplémentaire de croissance du PIB et une hausse de 4 à 6 points de pourcentage des exportations nationales. Si le rythme actuel de progression des exportations nationales est maintenu, celles vers l’UE augmenteront de 16 milliards de dollars d’ici à 2020.

L’exemption ou la diminution de taxes douanières varient suivant chaque type de produits. Après l’entrée en vigueur de cet accord, 90% des lignes tarifaires seront progressivement supprimées selon un agenda précis. Les produits du textile et les chaussures, qui aujourd’hui sont taxés respectivement de 6% à 12% et de 8% à 16%, seront les premiers à bénéficier de ces mesures conventionnelles. Pour le Vietnam, l’EVFTA favorisera notablement les exportations en UE.

Les enjeux pour les producteurs d’acier

Nguyên Van Sua, vice-président de l’Association de l’acier du Vietnam
 
Je pense que l’EVFTA apportera autant d’opportunités que de défis pour le secteur de l’acier. Cet accord lui permettra de développer ses débouchés à l’export. Comme vous le savez, ce secteur est faible en la matière, puisqu’en dehors de répondre aux besoins domestiques, il n’exporte que vers les pays membre de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN). Or, cet accord signifie l’arrivée de concurrents étrangers, alors que la plupart des entreprises vietnamiennes sont de petite envergure, excepté les rares grandes figures comme Hoa Sen ou Hoà Phat qui ont des technologies avancées et produisent annuellement des millions de tonnes. Dans ces conditions, les entreprises vietnamiennes de ce secteur seront obligées, d’ici 2018, d’améliorer rapidement leur compétitivité.
 
Le marché à l’export va considérablement croître

Nguyên Tôn Quyên, vice-président de l’Association des produits forestiers du Vietnam

 
Comme plusieurs autres secteurs, le secteur du bois devra faire face aux défis dans ses exportations en UE. Plus précisément, les entreprises vietnamiennes devront satisfaire des exigences strictes en termes de personnel qualifié dans la production et de respect des règles d’origine géographique des matières premières. Auparavant, le Vietnam importait des matières premières de 60 pays, mais les exigences de qualité nous obligent de plus en plus de sélectionner avec soin nos matières premières, ce qui entraîne une diminution de nos fournisseurs.

Le Vietnam et l’UE ouvrent réciproquement leurs marchés, notamment dans le secteur du textile et de l’habillement. Photo : Trân Viêt/VNA/CVN

L’EVFTA supprimera au fil des ans presque la totalité des taxes, ce qui entraînera un net développement du marché à l’export du Vietnam. Il aura un accès plus aisé aux technologies de production de grande envergure et de qualité des pays de l’UE. Mais, attention, avec l’arrivée des entreprises étrangères sur le marché domestique, la concurrence sera plus rude. Les entreprises du secteur devront redoubler d’efforts pour améliorer leur compétitivité.

La problématique des barrières techniques

Vo Quang Huy, vice-président de l’Association des producteurs de crevettes My Thanh de la province de Soc Trang

Avec l’EVFTA, les problèmes en matière de taxes seront faciles à régler. Mais les barrières techniques d’un marché exigeant comme l’UE seront la réelle difficulté. Pour se ménager un accès plus aisé, les exportateurs de produits aquatiques devront prêter attention aux obstacles que peuvent être ces règles. Parallèlement, il nous faudra envisager l’établissement de règles techniques afin de nous protéger. Les conséquences de notre intégration internationale se font de plus en plus sentir. Les entreprises vietnamiennes devront améliorer continuellement leur compétitivité.

Je vous donne un exemple. Parmi les produits aquatiques qui se commercialisent bien en Europe figure le poisson tra. Néanmoins, ces dernières années, la rude concurrence dans ce secteur a entraîné une diminution de l’export de ce produit vietnamien sur ce marché. Cette concurrence sera de plus en plus dure, de sorte que les exportateurs vietnamiens devront se préparer très sérieusement pour conserver leurs parts de marché. Elles devront respecter la réglementation de l’étiquetage, du conditionnement et la certification d’origine géographique de leurs produits.
 

L’EVFTA, un accord historique
 
En octobre 2010, le Vietnam et l’UE ont décidé de négocier un accord de libre-échange. Les négociations ont été officiellement lancées le 26 juin 2012 et, trois années et 14 tours plus tard, sans compter les tours de mi-mandat de niveau ministériel, de chef de délégation et des groupes techniques, les deux parties sont parvenues à un accord final en janvier 2015. Le ministre vietnamien de l’Industrie et du Commerce, Vu Huy Hoàng, et la commissaire européenne au commerce Cecilia Malmström ont signé, le 2 décembre 2015 à Bruxelles, la déclaration d’achèvement des négociations en présence du Premier ministre vietnamien Nguyên Tân Dung et du président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker. Les deux parties sont convenues de procéder rapidement à la ratification de cet accord en vue d’une entrée en vigueur début 2018.
 

 Linh Thao/CVN


 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Bravo aux lauréats du concours «Jeunes Reporters Francophones»

Bientôt la Semaine verte du tourisme et du patrimoine à Hanoï La deuxième édition de la Semaine verte du tourisme et du patrimoine - l’endroit de rencontre des hommes et de la nature se déroulera du 21 au 23 novembre dans le centre de la culture et des arts du Vietnam (N°2, rue Hoa Lu) à Hanoï.