25/08/2018 12:42
Jeune et dynamique, Van Dinh Hông Vu a un admirable parcours professionnel à l’étranger. C’est aux États-Unis qu’elle a créé un logiciel, ELSA, pour aider les étudiants à bien parler anglais.
>>Projet de pratique de langue anglaise en faveur des enfants ruraux
>>Ces jeunes qui créent des logiciels éducatifs
>>Un café pour les amateurs d’anglais à Binh Dinh

Van Dinh Hông Vu, créatrice du logiciel ELSA.
Photo: CTV/CVN

Création du logiciel ELSA (English Language Speech Assistant), un logiciel de technologie AI à appliquer dans les exercices de prononciation de l’anglais standard; création du Fonds VietSeed en faveur des étudiants vietnamiens nécessiteux. Ces réalisations considérables sont l’œuvre de Van Dinh Hông Vu, une jeune Vietnamienne installée aux États-Unis.

"Dans une certaine mesure, j’ai bien matérialisé le conseil que mon père m’a donné un jour: +Dans la vie professionnelle, le plus important n’est pas l’argent gagné, c’est ce que tu apportes à la société+", confie-t-elle. 

Son logiciel ELSA, mis en service en mars 2016, a remporté le premier prix du concours destiné aux professionnels débutants dans le domaine des technologies éducationnelles, organisé à la Foire-expo SXSWedu, aux États-Unis. Cette invention inédite et son auteur ont même eu droit à un article dans la prestigieuse revue américaine Forbes.

Une jeune femme bardée de diplômes

C’est grâce à ses efforts inlassables que la jeune Van Dinh Hông Vu a pu jalonner de succès sa vie professionnelle, qu’elle que soit la fonction. Une jeune fille jolie, intelligente, studieuse, dynamique et pleine de confiance en soi qui, après avoir assumé des postes à responsabilité dans de grands groupes multinationaux, s’est orientée vers un secteur qualifié d’ordinaire: l’éducation. "Seul ce secteur a le pouvoir de changer en bien la vie de l’homme", affirme la jeune fille originaire de la province de Khanh Hoà (Centre).  

Dès son enfance, Hông Vu a montré une certaine aptitude pour les langues étrangères. "J’aimais bien l’anglais, ainsi que le français et le chinois, et je souhaitais surtout aller découvrir la culture d’autres pays. Avec ces langues universelles dans mes bagages, j’étais convaincue d’être à l’aise partout", raconte-elle avec enthousiasme.

Elle a passé avec succès le concours d’entrée à l’Université du commerce extérieur, à Hanoï. À l’âge de 19 ans, elle a été choisie comme l’unique représentante du Vietnam pour participer au Forum économique estudiantin international organisé en Allemagne. Sa vie estudiantine est jalonnée de participations à des sommets internationaux sur l’éducation ou l’orientation professionnelle, dans une dizaine de pays.

ELSA est un logiciel bien apprécié par les étudiants.
Photo: CTV/CVN

Diplômée de l’Université du commerce extérieur avec la mention bien, Hông Vu a été embauchée par le danois Maersk, un grand armateur opérant partout à travers le monde, et la plus grande entreprise du Danemark. Ce groupe prestigieux est également actif dans les domaines de la construction navale, de la prospection pétrolière et gazière, du commerce de détail, du transport aérien et dans d’autres activités industrielles. Après avoir passé le programme d’études destiné exclusivement aux membres du personnel d’administration de Maersk, elle a été choisie comme assistante du directeur général, devenant le premier Asiatique assurant ce poste important au sein d’une multinationale qui a des filiales dans 136 pays.

Mais trois ans après, la jeune Vietnamienne a décidé de quitter ce poste envié par bon nombre de personnes pour entamer des études postuniversitaires à l’Université Stanford, aux États-Unis. Entretemps, elle a décroché deux licences d’agrégations - en éducation et administration des affaires! Puis, encore une fois, elle a surpris ses proches en devenant chef d’un projet de première importance du groupe Booz & Company, l’un des premiers cabinets de conseil en stratégie au monde avec  près de 70 bureaux dans 45 pays.

"Les succès dans la vie professionnelle, on ne peut les obtenir qu’avec des efforts inlassables et une grande  détermination", confie la jeune Vietnamienne. Dix ans d’études et de travail à l’étranger l’ont transformée et ont fait d’elle une battante.

Entreprendre et être utile à la société

Néanmoins, Hông Vu considérait que ce parcours, aussi admirable soit-il, manquait de quelque chose. "À ces postes, je n’avais rien apporté à la société et à mon pays natal, comme le souhaitait tant mon père", explique-t-elle. Et une fois de plus, elle a quitté son travail à Booz & Company, pour suivre "le chemin de son cœur".

C’est au cours de ses études postuniversitaires à  l’Université Stanford que Hông Vu a eu conscience du problème pour un étudiant étranger, vietnamien surtout, de bien prononcer l’anglais. "Avec un anglais mal prononcé, on rencontre beaucoup de difficultés, tant dans l’assimilation des connaissances que dans la communication", insiste-t-elle. Pour elle, ce problème qu’elle croyait au départ peu important s’avéra en réalité comme une barrière sur son chemin professionnel. Et de décider en 2015 de chercher une solution efficace pour aider les étudiants étrangers à vraiment maîtriser la langue de Shakespeare. 

C’est ainsi qu’est né d’ELSA, créé par Hông Vu soutenue par un groupe d’amis. Ce logiciel, considéré comme "la clé de la réussite pour parler un anglais standard", elle l’a développé et perfectionné durant un an (d’avril 2015 à mars 2016). Immédiatement après avoir été primé à la Foire-expo SXSWedu, ELSA a reçu en quelques jours 30.000 clients. Et un an après, ce logiciel d’éducation universellement praticable a été téléchargé par 700.000 utilisateurs dans plus de 90 pays dans le monde.

"Un succès inimaginable!", estime Hông Vu. Selon elle,  la plupart des utilisateurs sont âgés de 16 à 30 ans et les Vietnamiens sont les plus nombreux. Après le Vietnam, les autres "marchés" florissants sont le Japon, l’Inde, la Russie, le Moyen-Orient, le Brésil et le Mexique. 

Depuis 2011, soutenue par ses amis, la jeune fille a créé le Fonds VietSeed au profit des étudiants nécessiteux vietnamiens.

Depuis 2017, VietSeed a fourni 200 bourses, chacune de 4.000 dollars, pour quatre ans d’études. Mieux encore, ce Fonds caritatif organise régulièrement des séminaires et des cours de perfectionnement professionnel, enrichissant le savoir-vivre et le savoir-faire des étudiants. "L’important, c’est de les aider à tenir un cap dans la vie. Pour moi, ce fut vraiment un choix judicieux", explique-t-elle avec un sourire sur les lèvres.  Nul doute que son père serait heureux du parcours de sa fille, qui a bien suivi son conseil, à savoir entreprendre, donner du sens à sa vie et être utile à la société.
 
Nghia Dàn/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

Le Le tourisme humanitaire, aussi appelé "volontourisme", est une forme de voyage qui concilie mission humanitaire et tourisme. Il se développe au Vietnam, notamment dans les localités montagneuses du Nord.