04/05/2015 10:46
Nguyên Ngoc Thuy, patronne de l’agence «Voyage au Vietnam», est également «mère» d’une trentaine d’enfants orphelins et pauvres de la ville de Huê (Centre).

>>Création du village d’enfants SOS de Thai Binh
>>Maison Vietnam - République tchèque, une ONG en faveur des Vietnamiens démunis

Diplômée en 1999 de l’École normale supérieure de Huê, département de français, faculté de pédagogie, Nguyên Ngoc Thuy a exercé diverses professions avant de fonder l’agence «Voyage au Vietnam» en 2004. Le siège de l’entreprise est situé dans la rue Van Xuân, ville de Huê.
 

Thuy s’occupe des enfants du Centre de protection sociale de Hoa Sen qu’elle a fondé. Photo : nhandan/CVN


En 2010, Thuy et son mari français Jean Garcia ont fait construire le gîte Tâm Tinh Viên, dans le quartier de Huong Hô, pour héberger des voyageurs et organiser des circuits «aventure». Le gîte attire de nombreux touristes venus de France, de Belgique, d’Australie, du Japon, d’Allemagne, des États-Unis, etc.

Le couple a déménagé ici pour faciliter la gestion du gîte. En 2012, ayant appris que trois enfants pauvres et orphelins habitaient dans le quartier, Thuy a demandé aux autorités locales de pouvoir les adopter. Peu après, une mère est venue lui demander de s’occuper de son enfant temporairement, car son mari était violent. «Le nombre d’enfants qu’on voulait me confier ne cessait d’augmenter. J’ai donc décidé de construire un centre pour les enfants en situation difficile, baptisé Centre de protection sociale de Hoa Sen (lotus)», raconte Thuy.

Soutenue par son mari et ses parents, elle a acheté 700 m2 de terrain derrière le gîte Tâm Tinh Viên et y a construit deux grandes maisons confortables pour les enfants. Aujourd’hui, trente-quatre enfants y vivent.


Études financées pour 400 enfants

Thuy fournit à chaque enfant un cartable, des uniformes et un vélo. «Nous voulons que chacun ait tous un toit, aille à l’école et puisse se construire un futur. Cette année, nous allons faire construire une salle à manger pour les enfants». Pour leur donner davantage d’espace pour étudier et s’amuser, le couple est d’ailleurs revenu habiter chez les parents de Thuy.

Au-delà de la gestion du Centre Hoa Sen, Thuy cherche des fonds auprès d’associations privées et publiques pour financer les études de 400 enfants pauvres des quartiers de Phu Hiêp, Huong So, Huong Hô et Phu Mâu depuis plusieurs années. Chaque année, elle récolte quelque 800 millions de dôngs. 

Mai Quynh/CVN


 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Deux ophtalmologues suisses en mission bénévole à Hanoï

Le développement du tourisme Actuellement, le tourisme intelligent constitue une tendance inéluctable au Vietnam. Ce type de voyage recourt à l’application des technologies de l’information et de la communication à son essor et attache les intérêts des voyageurs à ceux de l’administration et des entreprises.