18/04/2018 09:00
Rien n’est impossible ! C’est l’histoire de Dao Nguyen, une Vietnamienne résidant aux États-Unis, un bras mutilé et balafré par le feu, qui a trouvé la force de surmonter les obstacles et de faire de son handicap une force.
>>Pour une meilleure intégration des handicapés
>>Des étudiants créent une machine à lire pour malvoyants

Un médecin apprend à Dao Nguyen à rééduquer son bras.
Photo: CTV/CVN

À chaque fois qu’elle retourne à Spokane dans l’État de Washington (États-Unis), il semble que Dao Nguyen, 35 ans, soit un peu plus confiante et parle anglais avec plus d’aisance. Elle n’essaie plus de cacher son bras gauche prothétique, avec sa griffe de métal brillant, ou les cicatrices qui lui ont autrefois tordu la bouche. Elle sourit même souvent. Elle mène actuellement une vie heureuse avec son mari et leurs deux enfants à Murphys de l’État de Californie, aux États-Unis, selon le quotidien The Spokesman-Review.

La tragédie de l’enfance

Quand Dao Nguyen était un bébé, sa mère a essayé de la réchauffer en allumant un feu. Mais d’une façon ou d’une autre elle a roulé hors de son hamac. Les flammes ont emporté sa main et une partie de son bras. Pendant longtemps, elle ne pouvait pas ouvrir la bouche plus de quelques centimètres à cause de l’accident, qui lui a aussi abimé une partie du visage…

En 2004, quand Dao avait 21 ans, elle a entendu à la radio que des médecins américains venaient dans un village de la province de Binh Dinh afin de donner des consultations gratuites aux patients brûlés. Parmi eux, le Dr Frank Walchak, un chirurgien plasticien venu de Spokane, et sa femme, Carolyn, alors infirmière en salle d’opération.

Une véritable révolution

"Elle nous a approchés. On a vu un regard implorant sur son visage", a déclaré Frank Walchak, se rappelant la première fois qu’il a vu Dao Nguyen.

Le docteur Frank Walchak et un autre chirurgien l’ont opérée au Vietnam, mais ils savaient qu’elle aurait besoin d’un traitement supplémentaire. Émus par sa personnalité douce et timide, et sentant une vraie opportunité d’aider, Frank Walchak et sa femme ont passé des mois à faire les démarches nécessaires pour lui fournir un visa et l’emmener à Spokane. Dao Nguyen a atterri à Seattle en 2006.

Souriante souvent, Dao Nguyen a désormais plus confiance en soi.
Photo: CTV/CVN

Elle a passé les neuf premiers mois avec les Walchaks, à subir des opérations supplémentaires. Elle a en même temps obtenu son bras prothétique, appris à conduire, et a travaillé pour perfectionner son anglais. Elle est retournée plusieurs fois à Spokane depuis et appelle les Walchaks "Maman" et "Papa" qui la considèrent comme une troisième fille.

Avant cette série d’intervention, Dao Nguyen n’avait jamais quitté son village natal et n’avait jamais été exposée au monde moderne. Quand elle est venue aux États-Unis elle a été effrayée par à peu près tout : la nourriture étrange, le trafic… Carolyn Walchak se rappelle comment Dao Nguyen avait l’habitude de s’accrocher à son bras partout où ils allaient. Maintenant, elle s’émerveille de sa persévérance et de sa capacité à saisir les opportunités qui changent la vie.

"Les graines sont tombées sur un terrain fertile. Elle est vraiment intelligente, et c’est ce qui lui a permis d’arriver ici. Elle m’a appris que tu n’as pas besoin d’être bien éduqué pour être intelligent", a souligné Carolyn Walchak dans The Spokesman-Review.

-----------------------------------------------------

"Soyez confiants et soyez vous-mêmes,
et les changements viendront
quand ils viendront",
partage Dao Nguyên

-----------------------------------------------------------------------
 
Lorsqu’elle est retournée au Vietnam, Dao Nguyên a continué d’apprendre l’anglais, une compétence qu’elle a acquise en 2006. Après avoir suivi les cours du soir, elle a également appris à piloter la moto d’une main. Elle s’est portée volontaire en tant que traductrice au sein de l’organisation médicale qui l’avait aidée, et a trouvé un travail dans une agence de voyage à Hô Chi Minh-Ville, en tant que comptable.

Elle s’est mariée avec un docteur

En 2010, Dao Nguyen s’est mariée avec le docteur Michael French, qui avait travaillé avec les Walchaks lors de leurs voyages au Vietnam.

Depuis sa première visite au Vietnam en 2005, Michael French a rejoint l’équipe médicale américaine et y est retourné chaque année. Connaissant Dao Nguyen depuis longtemps, il a progressivement été charmé par son énergie et sa sensibilité. Il lui trouve beaucoup de qualités comme la compassion, la persévérance et la bonne humeur.

Après s’être installée aux États-Unis, Dao Nguyen a suivi une formation en droit des affaires à l’Université de Columbia en 2012. Selon le Docteur Laura Krieg, le droit est vraiment un grand défi pour les apprenants, même pour les natifs, "pourtant, Dao Nguyen était une bonne élève dans ma classe et elle a fait des choses extraordinaires", a-t-elle déclaré.

Pour l’heure, la "grande brulée" fait la comptabilité du cabinet dentaire de son mari à Sonora, à proximité de sa maison. Bien que n’aimant pas être photographiée, elle a néanmoins accepté appris quelques turpitudes, de participer au documentaire.

Le couple continue de mener des activités de bénévolat au Vietnam et dans d’autres pays grâce à son organisation à but non lucratif  Pacific Smiles. Au cours des huit dernières années, il a régulièrement organisé le programme "Redonner le sourire aux enfants" à la clinique dentaire Safari Smiles, où Michael donne des consultations gratuites aux enfants, avec la participation de 30 bénévoles.

Dao Nguyen espère transmettre ce message aux jeunes handicapés qui grandissent avec peu d’espoir pour l’avenir: "Soyez confiants et soyez vous-mêmes, et les changements viendront quand ils viendront". Elle a également déclaré au quotidien The Spokesman-Review: "Si je n’étais pas tombée dans le charbon de bois, je ne serais pas ce que je suis aujourd’hui".
 
Huynh Thiêm - Phuong Nga/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

Châu Dôc: Vers la diversification des offres touristiques La ville de Châu Dôc, dans la province d’An Giang (Sud) bénéficie de conditions naturelles favorables au développement des services. Elle se focalise actuellement sur l’enrichissement de l’offre touristique, notamment sur le plan spirituel et culturel, en invitant des investisseurs à s’y intéresser pour développer infrastructures routières, lieu de résidence... en vue d’accueillir de plus en plus de pèlerins sur cette terre sacrée.