15/12/2018 19:00
Pour Eileen Vo, une Américaine d’origine vietnamienne, le pays natal a une grande force d’attraction. Depuis dix ans, elle y revient chaque été, accompagnée d’étudiants américains, pour des activités caritatives.
>>Le Vietnam et les États-Unis encouragent la coopération dans le domaine de l'électricité ​
>>Une délégation du projet ''Two sides project'' des États-Unis au Vietnam

Eileen Vo (1er plan, 5e à droite) entourée d’étudiants américains et habitants locaux à Quang Ngai (Centre).
Photo: CTV/CVN

Appuyant son vélo contre un arbre, Eileen Vo s’approche du groupe de jeunes américains en train de travailler sous le soleil de plomb, au milieu des tas de matériaux de construction. À leurs côtés, une maison inachevée. "Bonjours grande sœur", acclament en chœur les jeunes. Et de l’entourer avec des questions ininterrompues auxquelles Eileen Vo cherche à répondre tour à tour.

"Lors de notre séjour ici, j’ai découvert bien des choses intéressantes. Les paysages sont beaux et les habitants sympathiques. Grâce à notre grande sœur Eileen qui se fait guide et interprète, nous comprenons mieux les Vietnamiens qui bravent les difficultés pour édifier leur pays et s’orienter vers une vie heureuse", confie Micheal Dieu, étudiant venu de l’État du New Jersey.  
   
Il s’agit d’étudiants venus des États-Unis dans le cadre d’un programme humanitaire lancé depuis 2006 par l’Organisation Putney Student Travel, dont Eileen Vo fait partie des responsables. Ce programme préconise l’envoi annuel au Vietnam, en été, de groupes d’étudiants américains pour participer à des activités caritatives. La contribution d’Eileen Vo y est considérable. Chaque été, en collaboration avec les services concernés vietnamiens, elle conduit des dizaines d’étudiants américains à Quang Ngai, sa province natale. "Ces étudiants sont amoureux du Vietnam. Ils se portent volontaires pour y venir, apportant leur part au programme humanitaire au profit des personnes en difficulté", raconte-t-elle. 

Amour pour le pays natal

Les activités des volontaires américains sont diverses: construction de maisons en faveur de familles démunies, aide aux paysans pour la récolte, ouverture des cours d’anglais gratuits à l’intention des enfants locaux... Sans oublier la visite des sites pittoresques, et des soirées d’échanges culturels et artistiques avec les habitants locaux.

Eileen Vo, 36 ans, est actuellement professeur à l’Université de Gallaudet, à Washington D.C. Il y a une trentaine d’années, en compagnie de ses parents, la petite Vo est venue s’installer au Canada. Son enfance s’est passée non sans difficulté dans le pays d’accueil. Malgré le dépaysement, elle a fait preuve de volonté pour braver toutes les difficultés et devenir une bonne élève. Après le bac, elle a poursuivi ses études universitaires aux États-Unis, avant de devenir professeur.

Des jeunes volontaires américains sur le chantier de construction d’une maison pour une famille démunie à Quang Ngai (Centre).
Photo: Trang Thy/CVN

Très affairée dans sa vie professionnelle, la jeune professeur originaire de la province de Quang Ngai (Centre) ressent toujours de la nostalgie pour sa terre natale, à tel point qu’elle s’engage à y rentrer lors de ses vacances d’été. "Il semble que les images familières de Quang Ngai, de la plage de sable blanc aux habitants travailleurs, sont présentes en permanence dans ma mémoire".

Ces dix dernières années, accompagnée de jeunes étudiants américains, Eileen Vo est revenue chaque été à Quang Ngai où les habitants paysans les accueillent à bras ouverts. Cette année, un groupe de 17 jeunes volontaires américains ont débarqué dans la commune de Phô Châu, district de Duc Phô. Guidés par la "grand sœur" Eileen Vo et des responsables de l’Union locale de la jeunesse, ils s’attellent à la construction de maisons destinées à des familles démunies. "Je remercie de tout cœur ces jeunes volontaires américains. Grâce à eux, j’ai désormais un habitat de rêve. Mon mari est décédé à la suite d’une maladie, ma fille est partie travailler loin. La pauvreté semblait cramponner à ma vie..." Cette confidence de Pham Thi Huê, septuagénaire, du village de Vinh Tuy, en dit long sur la réussite du programme Putney Student Travel.

De nobles sentiments des populations

Quittant le groupe des "constructeurs", Eileen Vo va tout de suite à l’école primaire de Phô Châu où des étudiants américains donnent un cours d’anglais. Une visite joyeuse avec des élèves locaux qui s’emploient à échanger avec elle des mots en anglais bien sûr. Le téléphone résonne. Elle continue de pédaler, cette fois vers le "chantier" de construction d’une maison pour Van Ngoc Tri, au village de Châu Me. "Les jeunes volontaires se divisent en petits groupes pour des travaux différents", explique-t-elle.

Pour Eileen Vo, chaque retour au pays natal lui donne une émotion particulière. Elle se réjouit de constater que la vie des habitants s’améliore d’une année à l’autre, de voir les enfants gambader joyeusement sur le chemin de l’école… Elle s’attriste en voyant encore des destins malheureux, notamment des handicapés qu’elle rencontre ici et là… "Je souhaite que le Vietnam ait bientôt une économie développée, une société civilisée, une éducation perfectionnée… ce qui permettrait à tous, y compris les handicapés, d’atteindre un niveau d’études élevé afin de pouvoir contribuer efficacement à l’œuvre d’édification nationale", confie la Viêt kiêu (Vietnamien d’outre-mer).

Elle ne cache pas son vœu de faire du programme Putney Student Travel un "pont de solidarité reliant les peuples américain et vietnamien". Mais "Eileen Vo sert elle-même de pont d’amitié entre les jeunesses des deux pays", selon les termes de Lê Van Vinh, président de l’Union des associations de la jeunesse de Quang Ngai.


Putney Student Travel en faits et en chiffres 

- À Quang Ngai, au Centre du Vietnam, 13 délégations, totalisant 1.000 étudiants volontaires américains, ont réalisé 12.000 journées de travail depuis 2006.

- Enveloppe de 15 milliards de dôngs pour des activités caritatives.

- Construction d’une école maternelle et d’une cinquantaine de maisons pour des habitants.

- Remise de 1.000 vélos et ouverture de cours d’anglais à l’intention d’élèves.
 

Nghia Ðàn/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
La France aide Lilama 2 pour la formation professionnelle