06/10/2017 22:28
Ces dernières années, pour améliorer les services médicaux au profit des populations résidant dans les zones périphériques de Hô Chi Minh-Ville, le secteur de la santé a massivement investi dans la construction de nouveaux établissements et acheté des équipements médicaux modernes. La formation des médecins a aussi été renforcée.

>>Améliorer les compétences professionnelles des médecins vietnamiens
>>Un projet communautaire pour mieux soigner les maladies cardio-vasculaires
 

Des nourrissons en couveuse à l’Hôpital pédiatrique de Hô Chi Minh-Ville (arrondissement de Binh Chanh).


Aujourd’hui, ces hôpitaux de banlieue bénéficient, à juste titre, de la confiance des populations locales.

Il y a encore quelques temps, Nguyên Thi Hông (arrondissement de Tân Phu) choisissait prioritairement l’Hôpital pédiatrique 1 (5e arrondissement) pour faire soigner son enfant malgré les difficultés (longs déplacements, temps d’attente, surcharge des services).

Pourtant, elle a changé son fusil d’épaule et fréquente désormais un hôpital proche de son domicile, dans le district de Binh Chanh). «Je trouve que l’hôpital pédiatrique de Binh Chanh est très moderne et plutôt propre par rapport aux établissements situé en centre-ville. Ici, la surcharge hospitalière n’a pas lieu d’être et les médecins auscultent soigneusement mon enfant», a-t-elle expliqué.

Proximité à tous les niveaux

Même son de cloche du côté de Mme Nguyên Thai Mông Tuyên, de la province de Long An : «Cet hôpital est nouveau et est situé près de mon domicile. Il est convivial et le personnel médical est compétent. Je trouve que les patients qui résident autour d’ici devraient consulter et se faire hospitaliser là, au lieu d’aller en ville».

Depuis fin 2016, ce nouvel hôpital pédiatrique de Hô Chi Minh-Ville attire des patients venus des arrondissements de Binh Chanh, Binh Tân, Tân Phu…mais aussi des provinces de Long An, Dông Thap, Tiên Giang...

Le docteur Nguyên Minh Tiên travaille ici et a dressé un état des lieux : «Nous comptabilisons entre 1.000 et 1.200 consultations par jour. La plupart des patients habitent à proximité. Nous contribuons à soulager les deux hôpitaux pédiatriques 1 et 2 du centre-ville... En 2018, nos 39 cliniques et salles spécialisées seront mises en service. Notre objectif est d’offrir les meilleurs services et de rester moderne et convivial. Il faut que nos patients soient totalement satisfaits de la qualité de nos services».

L’hôpital Xuyên Á dispose d’équipements modernes et d’un contingent de professionnels de la santé parfaitement compétent.


Situé à proximité des portes du nord-ouest de Hô Chi Minh-Ville, l’hôpital Xuyên A répond de plus en plus aux besoins des résidents des districts de Hoc Mon, Cu Chi et des localités voisines comme Tây Ninh, Binh Duong ou Dông Nai.

«Suite aux recommandations de mes amis et de mes proches, j’ai décidé de me faire hospitaliser à l’hôpital Xuyên A. Ici, je suis soignée pour une discopathie dégénérative. Après mon opération, ma santé est revenue et je peux à nouveau me déplacer», s’est félicitée Hoàng Thi Liên, 75 ans, de la province de Tây Ninh (Sud).

Huynh Tinh, district de Hoc Môn (HCMV), s’est aussi montré satisfait : «Les médecins de Xuyên A m’examinent minutieusement et chaleureusement. Ils me donnent des conseils et expliquent clairement l’évolution de ma maladie. De plus, ils sont très drôles !».

«L’objectif de Xuyên A est de devenir un centre de haute technologie proposant des prix abordables pour toutes et tous», a signalé Nguyên Phu Dinh, le directeur de l’établissement.

Traitement des urgences

On attend de ces établissements hospitaliers qu’ils prennent aussi en charge les urgences et notamment qu’ils puissent sauver des centaines de personnes, victimes de graves accidents de la route sur les nationales de leur périmètre.

Tang Chi Thuong, vice-directeur du Service municipal de la santé l’a d’ailleurs rappelé : «Investir dans les hôpitaux des districts périphériques et de banlieue est une politique majeure du Comité populaire de Hô Chi Minh- Ville à tous les niveaux. Il faut se concentrer sur le transfert des techniques médicales, organiser des formations à différents niveaux, veiller à la coopération entre hôpitaux publics et privés. De manière générale, nous voulons donner un nouveau visage aux hôpitaux hors centre-ville».

À côté des hôpitaux généraux comme Xuyên A, de pédiatrie de Hô Chi Minh-Ville, les hôpitaux de proximité comme Cu Chi, Binh Chanh, Cân Gio, Hoc Môn attirent aussi les patients locaux. Cette tendance devrait se renforcer de plus en plus avec la détermination des dirigeants de la ville.


Texte et photos : Quang Châu/CVN

 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Ressusciter les estampes populaires de Kim Hoàng

Les vestiges de la citadelle de Thanh Chiêm à Quang Nam La citadelle de Thanh Chiêm est située à Diên Phuong, dans la province centrale de Quang Nam. Vestige historique national, elle était, sous la dynastie des Nguyên (1802-1945), considérée comme la capitale satellite de Huê et le centre politique, militaire, économique et culturel du Sud. Aujourd’hui, l’édifice est en ruine mais les autorités ont décidé de faire de Thanh Chiêm une nouvelle destination touristique.