02/07/2017 16:06
Face au surplus d’enseignants et à la faible qualité de la formation, le ministère de l’Éducation et de la Formation envisage la suppression du statut de fonctionnaire. S’agira-t-il d’une percée du secteur dans l’avenir ?
>>Hausse du salaire minimum à partir du 1er juillet
>>Quel avenir pour l’École normale ?

L’application du régime contractuel demandera aux enseignants d’être plus dynamiques pour garder leur poste. Photo : Quy Trung/VNA/CVN

Dans le cadre de la réforme du corps d’enseignants, à part le perfectionnement professionnel, le ministère de l’Éducation et de la Formation envisage la suppression, à titre expérimental, du statut de fonctionnaire. Avec comme espoir de réaliser une véritable percée dans la réforme de l’éducation nationale.

Soutiens des experts et enseignants

Ainsi, ledit ministère envisage d’appliquer un régime contractuel pour tous les enseignants, avec un régime de récompense ad hoc. La formation se fera en fonction des besoins du marché, avec l’accent mis sur l’amélioration de la qualité de l’éducation.

Dans le cadre de l’application de la Résolution 29 du 8e plénum (XIe mandat) du Comité central du Parti communiste du Vietnam (CC du PCV) sur le renouvellement fondamental et intégral du système d’éducation et de formation, le ministère de l’Éducation et de la Formation  a mis en œuvre de nombreuses réformes, dont celles des examens, des programmes, des manuels et, surtout, l’amélioration de la qualité des enseignants.

«En étudiant toutes les solutions pour améliorer la qualité des enseignants, le statut de fonctionnaire pose problème», confie le ministre de l’Éducation et de la Formation, Phùng Xuân Nha.

D’après lui, «la Résolution 29 montre clairement que le recrutement et l’application d’un régime de récompense pour les enseignants et gestionnaires éducatifs doivent se baser sur les compétences et la déontologie professionnelles  de ceux-ci». «Les options du PCV montrent la nécessité de trouver des solutions efficaces pour améliorer la qualité du contingent d’enseignants», ajoute-t-il.

Le ministre estime que les enseignants «jouent un rôle décisif dans l’amélioration de la qualité de l’éducation». Il déplore qu’à côté des enseignants qualifiés et motivés, certains sont incompétents. Leur statut de fonctionnaire les protège. «En raison de leur ancienneté, de nombreux mauvais enseignants jouissent d’un salaire élevé tandis que d’autres plus qualifiés sont mal payés car nouveaux dans la profession. Il faut remédier à cette injustice», souligne-t-il.

Une phase expérimentale

Si le changement de statut est appliqué, un million d’enseignants seront concernés. Ledit ministère coopérera étroitement avec les autres ministères, branches et localités avant sa mise en œuvre à titre expérimental. Dans l’immédiat, un projet de suppression du statut de fonctionnaire sera déployé à titre expérimental dans certains lycées et universités. Les écoles maternelles, primaires, les collèges ou les écoles de régions reculées, insulaires, ne seront donc pas concernés.

«In fine, notre objectif est d’améliorer la qualité des enseignants, leurs émoluments et d’assurer une complète égalité entre eux», affirme M. Nha.

De nombreux jeunes enseignants soutiennent la supression du statut de fonctionnaire dans le cadre de la réforme du corps d'enseignants.
Photo : Quy Trung/VNA/CVN

La proposition du ministère de l’Éducation et de la Formation de supprimer le statut de fonctionnaire provoque des discussions animées au sein de la profession. Selon le Professeur-Docteur Trân Xuân Nhi, ancien vice-ministre de l’Éducation et de la Formation, «à l’étranger, la plupart des enseignants sont contractuels. Cela contribue à créer de la compétitivité entre eux et les pousse à enrichir leurs connaissances». Il ajoute : «Le ministère de l’Éducation et de la Formation devra faire preuve de prudence dans l’application de cette réforme, car chaque système d’éducation dispose de points forts et de points faibles. Il faudra  attirer et garder les talents».

Pour sa part, le Docteur Nguyên Viêt Khuyên, chef du Comité de soutien à la qualité de l’éducation universitaire (Association des universités et IUT du Vietnam), partage : «Dans l’actuel contexte, le système d’éducation vietnamien doit se réformer en profondeur et la suppression du statut de fonctionnaire n’est qu’une des solutions envisageables».

De nombreux jeunes enseignants soutiennent cette option,  estimant que l’application du régime contractuel sera plus équitable. «Dans mon école, malgré une mauvaise qualification professionnelle, certains enseignants bénéficient d’un très bon salaire grâce à leur ancienneté», partage Hông Minh, enseignante d’un lycée public connu à Hanoï. Selon elle, une fois le statut de fonctionnaire acquis, de nombreux enseignants «s’endorment sur leurs lauriers».

Ils ne font plus d’efforts pour enrichir leurs connaissances et ne répondent plus aux exigences de leur métier. Le statut de fonctionnaire, qui rend quasi-impossibles les licenciements, ne les pousse pas à se remettre en question. «L’application du régime contractuel demandera  aux enseignants d’être plus dynamiques pour garder leur poste, pour évoluer dans leur profession», estime
Mme Quynh, enseignante d’un lycée à Hanoï.

«La chose la plus importante sera  de créer un mécanisme et un environnement de travail où les talents pourront valoriser au mieux leurs capacités», analyse l’enseignante. Avant d’ajouter «les écoles normales devront aussi renouveler les contenus ainsi que les politiques de formation pour que les étudiants, une fois diplômés, puissent travailler dans l’importe quel environnement».

Huong Linh/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Un plan quadriennal pour élargir le public francophone

Sixième conférence sur la coopération touristique Vietnam - Taïwan (Chine) La 6e Conférence sur la coopération Vietnam - Taïwan (Chine) dans le tourisme a été organisée le 23 novembre dans la ville de Ha Long, province septentrionale de Quang Ninh.