14/11/2017 23:50
Le matin du 14 novembre à l’École de Droit de l’Université nationale de Hanoï, les ambassadeurs, spécialistes et professeurs de droit ont assisté au séminaire international sur sujet de la décentralisation administrative. Ce séminaire a été organisé par ladite université, en coopération avec l’ambassade du Maroc au Vietnam.
 >>Les parlementaires examinent la réforme administrative
>>Le travail des cadres est la clé du succès de la réforme administrative
>>Réforme administrative, clé d'un gouvernement développementaliste

Le séminaire international «Décentralisation administrative : partage des expériences entre le Vietnam et le Maroc», le 14 novembre 2017.

Le séminaire international «Décentralisation administrative : partage des expériences entre le Vietnam et le Maroc» était marqué par la présence de plusieurs ambassadeurs à Hanoï, dont l’ambassadeur du Maroc au Vietnam Azzeddine Farhane, l’ambassadeur du Venezuela Jorge Rondón Uzcategui, de Palestine Saadi Salama, du Banladesh Sami Nanaz, d’Azerbaïdjan Anar Imanov, et des représentants des ambassades de Malaisie, du Srilanka, de Turquie.

Tout particulièrement, l'ancien ambassadeur du Vietnam en Malaysie et actuel membre de la Commission du droit international de l'ONU (ILC) Nguyên Hông Thao, le Professeur Hassan Chahdi Ouazzani, membre de l'ILC, et du Professeur Driss Guerraoui, secrétaire général du Conseil économique, social et environnemental du Maroc, ont marqué les esprits.

De nombreux professeurs et étudiants de droit administratif vietnamiens et étrangers ont également assisté au séminaire.

Le premier séminaire international en décentralisation administrative à Hanoï

L’ambassadeur du Maroc au Vietnam, Azzeddine Farhane, a prononcé le discours d’ouverture.

Envisagé par l’ambassade du Maroc au Vietnam en septembre 2017 en collaboration avec l’École de Droit de l’Université nationale de Hanoï (VNU-LS), ce séminaire international vise à aborder le sujet passionnant de la décentralisation administrative. Depuis, plusieurs ambassades au Vietnam ont soutenu l’initiative, et ont tenu à y assister afin d’écouter les expériences des autres pays dans ce domaine.

Pendant la séance, les professeurs et spécialistes de la VNU-LS, ont commencé par une présentation du système administratif vietnamien. «Le concept de base de la décentralisation administrative au Vietnam est la décentralisation dont l’échelon le plus petit est celui du village. On a coutume de dire ‘La loi du roi est plus faible que les règles communales’. Adapter cet idiome à l’organisation administrative moderne du Vietnam est un travail très important», a insister Professeur Pham Hông Thai, ancien doyen de la Faculté de Droit, actuellement la VNU-LS.

Après avoir écouté l’expérience décentralisatrice au Vietnam, les invités ont abordé ensuite leurs expériences en la matière dans leurs pays respectifs. Comme l’a dit l’ambassadeur d’Azerbaïdjan au Vietnam Anar Imanov, les différences d’organisation administrative entre les différents pays n’empêchent pas d’inspirer les juristes, car aucun modèle n’est parfait et gagne toujours à s’enrichir de l’expérience des autres. «Une décentralisation administrative nécessite des institutions puissantes et indépendantes», a-t-il précisé. L’ambassadeur du Venezuela  Jorge Rondón Uzcategui a complété «J’affirme que la décentralisation est nécessaire. Mais il ne faut jamais la confondre avec la déconcentration des pouvoirs étatiques !»

Des séminaires similaires dans l’avenir

Le Professeur Hassan Chahdi Ouazzani, membre de la Commission du droit international de l’ONU (gauche), et le Professeur Driss Guerraoui, secrétaire général du Conseil économique, social et environnemental du Maroc, au séminaire.

Les invités ont poursuivi ensuite avec une présentation du modèle de régionalisation avancée du Maroc. Le Professeur Hassan Chahdi Ouazzani, membre de la Commission du droit international de l’ONU, a suggéré que ce modèle était adapté à l’état actuel du Maroc. Les 12 régions du pays disposent de réels pouvoirs administratifs. Il a précisé en plus que les réformes administratives du Vietnam en 2013 et du Maroc en 2011 ont répondu aux défis d’une organisation étatique moderne.

À la fin du séminaire, les participants ont discuté de l’application du modèle de développement régional au Vietnam.

Le Professeur Driss Guerraoui, professeur à l’Université Mohammed V de Rabat et secrétaire général du Conseil économique, social et environnemental du Maroc, a présenté le «Nouveau modèle de développement pour les provinces du Sud du Royaume du Maroc», qui était construit autour de trois piliers, appelés à constituer les leviers fondamentaux du développement régional dans ces provinces selon une démarche de réforme ; une approche nouvelle en matière d’exercice de la démocratie ; et un modèle de développement dont le contenu était fondé sur une stratégie de rupture qui a traduit une réelle volonté de changement dans les provinces du Sud, pour les provinces du Sud et par les acteurs et forces vives des provinces du Sud.

Par alleurs, le Professeur Nguyên Manh Hùng, directeur général de l’Institut d’études sur l’Afrique et le Moyen-Orient (IAMES) a mis l’accent en particulier sur le modèle de développement régional de certaines régions du Vietnam, par exemple les zones économiques franches de Chu Lai (province de Quang Nam, Centre) ou de Vân Dôn (province de Quang Ninh, Nord).

Le séminaire s’est clôturé avec le discours de l’ambassadeur du Maroc au Vietnam Azzeddine Farhane qui a estimé les comparaisons entre plusieurs modèles administratifs pouvaient être parfois pertinentes.

«Un tel séminaire est très important. Il a permis d’ouvrir de nouvelles perspectives pour tous les pays. Je continuerai à assister aux autres similaires sur ce sujet dans l’avenir, afin de m’enrichir des expériences des autres», a déclaré l’ambassadeur de Palestine au Vietnam, Saadi Salama.

Texte et photos : Dang Duong/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Un plan quadriennal pour élargir le public francophone

Tourisme fluvial : la Colombie veut acquérir des expériences de Can Tho La Colombie souhaite coopérer avec la ville de Cân Tho dans le développement du tourisme fluvial dont le modèle de marché flottant de Cai Rang. C’est ce qu’a exprimé Claudia Liliana Zambrano Naranjo, chargé d’affaires de la Colombie au Vietnam, mercredi 22 novembre dans la ville.