01/11/2020 07:33
Surnommé le "constructeur d’avions", le militaire démobilisé Bùi Xuân Thành fabrique chaque année plusieurs dizaines d’avions de combat de toutes sortes, en modèle réduit, bien sûr. Rencontre avec cet homme hors du commun.
>>Le trésor d’un jeune maquettiste de talent
>>Long "Ducati", de coiffeur à maquettiste de motos
>>Les sculptures sur bois, l’âme des Co Tu
>>L'AFP salue les plats miniatures d’une jeune Vietnamienne

Bùi Xuân Thành au travail. 
Photo : TP/CVN

Le "chantier d’avions" de Bùi Xuân Thành, 65 ans, se niche dans la ruelle 1A, avenue Lê Trong Tân, arrondissement de Thanh Khê, ville de Dà Nang (Centre). Il s’agit en effet d’une pièce de son logement qu’il a aménagée il y a quelques années en un atelier spécifique.

Équipé seulement d’une table, d’un étau et de quelques autres outils nécessaires, son établissement sort chaque année plusieurs dizaines d’avions de combat modernes, à savoir les MiG-15, MiG-17, MiG-19, MiG-21, L-29, L-39, Su-22, Su-22M4, Su-27, ou autres Su-30MK2… Ces modèles réduits, presque identiques aux appareils originaux, sont les fruits de la créativité, du savoir-faire et de l’habilité de l’ingénieur et constructeur Thành, et surtout de son amour infini pour les "oiseaux en fer" auxquels il s’est attaché toute sa vie active.   

Mission secondaire mais sacrée et préférée

Dans la cour de sa maison, Thành s’affaire à sécher au soleil de petits avions qu’il vient de peindre. De sa taille fine et de ses yeux brillants sous des lunettes, le militaire démobilisé accueille les visiteurs avec un large sourire. "Dès ma jeunesse, j’ai eu une passion ardente pour les avions de combat, avec le rêve d’en avoir une collection de modèles réduits. J’en ai enfin une aujourd’hui, où tous sont fabriqués par moi-même", confie-t-il avec un brin d’orgueil.

Au seuil de la maison, on voit nombre de petits et jolis avions exposés méthodiquement dans la pièce centrale. Retraité depuis quatre ans, Thành n’abandonne pas sa "mission sacrée et préférée" qu’il a poursuivie durant une quarantaine d’années comme militaire, mais qu’il réalise désor-mais dans son atelier familial.    

Originaire de la province de Phú Tho (Nord), Thành a passé un cours de formation sur la mécanique aéronautique. En 1975, avec un certificat obtenu avec la mention bien, il est recruté à l’usine A32 (spécialisée dans l’entretien et la réparation des avions de combat) des Forces aériennes du Vietnam. Thành travaillait alors dans le service de KCS, chargé du contrôle de la qualité des produits finis. Intelligent et habile de nature, il s’est vu confier par la Direction de l’usine une tâche supplémentaire insolite : façonner des avions de combat en modèle réduit, à offrir comme souvenirs aux invités d’honneur de l’usine.

Un modèle d'avion fabriqué par M. Thành. 
Photo : ST/CVN

"Mon métier m’a permis d’avoir une bonne connaissance sur les constituants mécaniques des avions de combat, tous étaient alors de fabrication russe. Le problème est de calculer leur proportion réduite sur la base des plans techniques détaillés", se rappelle-t-il.

Soutenu par la Direction de l’usine, Thành a eu la permission de "toucher" des documents extrêmement confi-dentiels concernant les appareils modernes des Forces aériennes du Vietnam comme les MiG-15, MiG-17, MiG-19, MiG-21, L29, L39… et aussi concernant des avions légendaires comme les Su-27, Su-30MK2…

"C’était pour moi tout un trésor. Après avoir étudié ces documents (indications et dessins) écrits en russe, je me suis mis à créer le modèle réduit de chaque genre d’avion de combat. Ainsi, depuis 1976, les maquettes d’avion ne cessent de sortir de mon atelier, servant de cadeaux souvenirs des plus originaux pour l’usine A32", s’enthousiasme Thành.

MiG-21, le chouchou

Ses premiers modèles étaient fabriqués en mica, un matériau coûteux. Puis, après l’éclatement de la guerre pour la défense de la frontière septentrionale en 1979, l’usine A32 a été transférée du Nord à Dà Nang. Dans cette situation difficile pour le pays, faute de mica, Thành s’est mis à utiliser de l’aluminium, un matériau moins cher et plus léger.

"Pourtant, avec l’aluminium, le travail s’avérait plus difficile. Il fallait mouler tous les différents composants de l’avion, comme la coque, les ailes, les missiles, les moteurs, les turbines, etc. Tout ça avant de les assembler en produit fini. L’assemblage, réalisé manuellement, est très compliqué. Après l’étape de limage et de polissage, vient ensuite celle de la peinture. En bref, il me fallait 10 à 15 jours pour fabriquer un lot de cinq avions", raconte le constructeur.

Pour lui, parmi les modèles d’avion de combat qu’il a fabriqués, celui de Su-22M4 lui a coûté "le plus de peine et d’efforts". Et de se rappeler d’un "souvenir inoubliable" : En 2005, il a reçu une commande passée par le Commandement de l’armée de l’air et de la défense anti-aérienne de fabriquer un Su-30MK2 long de 0,8 m (une dimension plus grande que d’habitude) afin qu’il l’offre au bureau du Comité central (CC) du Parti communiste du Vietnam (PCV). 

Pour ce modèle, toutes les étapes étaient à refaire : les calculs des proportions de l’avion, la fabrication des moules, le moulage, l’assemblage, la finition… "Un chef-d’œuvre authentique qui m’a pris un mois entier à réaliser. J’en étais fier. Et quelle joie pour moi de voir cet +oiseau de fer+ trôner désormais à une place d’honneur au sein du siège du bureau du CC du PCV". 

M. Thành ne peut compter exactement combien d’avions il a fabriqués durant sa vie.
Photo : ST/CVN
  
Pourtant, "mon chouchou doit être le modèle du MiG-21 - l’avion légendaire des forces aériennes vietnamiennes qui a réalisé des exploits exceptionnels dans les combats aériens contre les forteresses volantes américaines, pendant la guerre de destruction menée par les États-Unis contre le Nord-Vietnam", partage-t-il.     

Thành ne peut compter exactement combien d’avions il a fabriqués durant sa vie. "C’est peut-être une quantité considérable. Les commandes arrivaient continuellement. Il y avait des commandes importantes, jusqu’à 70 avions de diverses sortes. Il y avait aussi celles provenant d’anciens pilotes désireux d’avoir comme souvenir l’image de l’oiseau de fer auquel ils étaient attachés intimement", confie le constructeur d’avion miniature. Rien qu’en 2011, pour célébrer le 45e anniversaire de la fondation de l’usine A32, Thành a fabriqué quelque 300 avions réduits à offrir aux invités d’honneur. 

Prenant avec soin dans ses mains un ancien livre intitulé "Mémoires de l’usine A32 : 45 ans de développement", Thành montre aux visiteurs des "pages remplies d’images et de souvenirs inoubliables". On y voit notamment une photo du secrétaire général du PCV, Dô Muoi, entouré des cadres de l’usine A32, lors de sa visite en 1997, un cliché qui le bouleverse à chaque fois. "Je suis toujours ému en voyant cette photo. C’était la première fois qu’une miniature du MiG-21 était offerte comme souvenir à un haut dirigeant du pays, explique le constructeur. Un événement mémorable après lequel, bon nombre d’avions de +marque A32+ ont été offerts à des dirigeants du pays, aux invités d’honneur et partenaires importants de l’usine".
Nghia Đàn/CVN

 

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Escapade au temple Dô à Bac Ninh

Dà Nang, Quang Nam et Thua Thiên-Huê s'associent pour le touristique Le Service du tourisme de la ville de Dà Nang a collaboré avec les Départements du tourisme, les Associations du tourisme et les entreprises des provinces de Quang Nam et de Thua Thiên-Huê pour lancer mercredi 25 novembre le programme de relance touristique "Trois localités - Une destination avec de nombreuses expériences".