08/08/2017 16:25
Avec l'arrivée au Canada des premiers saumons génétiquement modifiés dans les assiettes des consommateurs, les écologistes ont dénoncé lundi 7 août l'absence d'un étiquetage obligatoire en demandant aux supermarchés de les retirer de la vente.
>>En 2016, les cultures OGM sont reparties à l'assaut de la planète
>>La sécheresse décime les saumons et les arbres de Californie

Environ cinq tonnes de filets de saumon transgénique seront vendues sur le marché canadien, selon la société américaine AquaBounty Technologies.
Photo : AFP/VNA/CVN

"Le premier animal génétiquement modifié arrive sur le marché et les consommateurs canadiens deviendront, à leur insu, les premiers cobayes", a souligné lundi 7 août Thibault Rehn de l'organisation Vigilance OGM.

Vendredi 4 août, la société américaine AquaBounty Technologies avait annoncé la vente "d'environ cinq tonnes de filets de saumon" transgénique sur le marché canadien, après avoir obtenu en mai le feu vert des autorités sanitaires.

Le ministère de la Santé et l'Agence canadienne des aliments (ACIA) avaient au printemps estimé que ce saumon "est aussi sain et nutritif pour les humains et le bétail que le saumon classique".

"AquaBounty n'a pas révélé où ces filets de saumon OGM ont été vendus et nous sommes choqués de découvrir qu'ils sont arrivés actuellement sur le marché", a déploré Lucy Sharrat du Réseau canadien d'action sur les biotechnologies (RCAB).

Ces saumons transgéniques sont élevés au Panama et la société AquaBounty cherche à en produire directement depuis l'ïle-du-Prince-Edouard, à l'est du Canada.

L'organisation environnementale Ecology Action Centre (EAC) avait fin juillet dénoncé l'accord donné par le gouvernement provincial à la construction d'une ferme aquacole alors que le ministère fédéral de la Santé n'avait pas donné son feu vert.

Le saumon transgénique conçu par la société américaine AquaBounty contient un gène d'hormone de croissance qui lui permet de grossir plus rapidement que les autres saumons.

Il peut atteindre sa taille adulte au bout de 16 à 18 mois, au lieu de 30 mois pour un saumon de l'Atlantique, dont il est issu et auquel a été greffé un gène de l'hormone de croissance du saumon quinnat du Pacifique (chinook).

Les organisations de consommateurs et écologistes tentent de persuader les grands distributeurs de refuser la commercialisation du saumon transgénique. Le géant américain de la distribution Cotsco avait indiqué fin 2016 qu'il ne proposerait pas ce produit dans ses supermarchés.

AFP/VNA/CVN


 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Bravo aux lauréats du concours «Jeunes Reporters Francophones»

Lâm Dông propose un nouveau code de conduite du tourisme Le Département de la culture, des sports et du tourisme de la province de Lâm Dông (hauts plateaux du Centre), vient de présenter son nouveau code de conduite du tourisme.