13/08/2021 19:20
Un mois après avoir été récompensé à Cannes, Drive my car du Japonais Ryusuke Hamaguchi, adaptation fleuve à l'esthétisme éblouissant d'une nouvelle d'Haruki Murakami sur deux êtres hantés par le passé, sort en salles mercredi 11 août.
>>La Palme d'or, épilogue d'un festival qui a tenu ses promesses
>>La compétition s'accélère, Léa Seydoux renonce, les Larrieu à Lourdes
>>Cinéma : Ita O'Brien, gardienne discrète de l'intimité des acteurs

Le cinéaste japonais Ryusuke Hamaguchi récompensé de la palme du meilleur scénario pour son film Drive my car au Festival de Cannes, le 17 juillet.
Photo : AFP/VNA/CVN

Découvert en 2008 grâce à Passion, le réalisateur d'Asako I et II, poursuit l'exploration des sentiments amoureux, une thématique omniprésente dans sa filmographie. Le film, qui était le favori de la critique internationale, a raflé le prix du scénario lors de la 74e édition Festival de Cannes. Quelques mois auparavant, le cinéaste avait été primé dans un autre grand festival international: la Berlinale, qui lui avait décerné l'Ours d'argent pour Contes du hasard et autres fantaisies.

Adapté d'une nouvelle éponyme de Haruki Murakami, qui ouvre le recueil Des hommes sans femmes, ce film fleuve de trois heures raconte l'histoire d'un acteur et metteur en scène de théâtre hanté par la mort de son épouse. Seul avec ses doutes, il accepte de monter Oncle Vania de Tchekhov dans un festival, à Hiroshima. Là-bas, il y fait la connaissance de Misaki, une jeune femme effacée qu’on lui a assignée comme chauffeur.

Au fil des trajets, une relation - ni d'amour, ni d'amitié - va s'installer entre la conductrice et son passager, qui vont se résigner à faire face, ensemble, à leur passé. Pas seulement un "road movie", Drive my car est avant tout un voyage romanesque, un cheminement dans la psyché de ses personnages. "J'ai lu cette nouvelle pour la première fois en 2013 sur le conseil de mes amis qui y voyaient des similitudes avec mon cinéma où les voitures sont très présentes et où la question : +Qu'est ce qu'être acteur signifie+ est aussi fondamentale", avait-il raconté lors du Festival de Cannes.

"Dans le livre, il est écrit que jouer et vivre sont finalement la même chose. Dans mon film, je dis que ces deux choses sont similaires mais pour un acteur, jouer est une façon d'exprimer sa vraie personnalité", avait-il poursuivi, indiquant être globalement resté "fidèle" au livre. À travers ce film, le réalisateur japonais, grand cinéaste de l'intime, a voulu montrer l'importance de la communication notamment dans un couple. Sans juger et avec bienveillance il réalise un portrait d'homme en quête de rédemption.

AFP/VNA/CVN


 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le concours "Jeunes Reporters Francophones 2021" couronné de succès

Le Vietnam et le Cambodge coopèrent pour la reprise du tourisme international Le directeur général adjoint de l'Administration nationale du tourisme, Hà Van Siêu, a exprimé sa conviction que l'industrie touristique vietnamienne et cambodgienne surmonterait bientôt les difficultés causées par la pandémie et rétablirait rapidement les activités touristiques nationales et internationales.