25/12/2018 11:59
Cinq haltérophiles, dont deux champions olympiques, ont été suspendus à titre provisoire après réexamen d'échantillons d'urines prélevés lors des Jeux olympiques de Londres en 2012, a annoncé la Fédération internationale d'haltérophilie (IWF).
>>Dopage: l'AMA de nouveau à Moscou la semaine prochaine
>>Dopage/Athlétisme: la décision de la réintégration de la Russie

L'Ukrainien Oleksiy Torokhtiy lors des JO de Londres le 6 août 2012.
Photo: AFP/VNA/CVN

Après réanalyse, l'Ukrainien Oleksiy Torokhtiy, champion olympique 2012 dans la catégorie des 105kg, et l'Ouzbek Ruslan Nurudinov, qui lui a succédé au palmarès en 2016 à Rio, ont tous deux été contrôlés positifs à la testostérone, précise l'IWF dans un communiqué publié dimanche.

Seul Torokhtiy pourrait perdre son titre olympique, puisque les échantillons réexaminés datent de 2012.

L'Azéri Valentin Hristov, également contrôlé positif à la testostérone, pourrait quant à lui perdre sa médaille de bronze conquise dans la catégorie des 56kg aux Jeux de Londres.

Les deux autres athlètes contrôlés positifs, l'Arménienne Meline Daluzyan et le Bélarusse Mikalai Novikau, n'avaient pas glané de médaille aux JO-2012. Ils ont tous deux été contrôlés positifs à la testostérone et au stanozolol, un stéroïde anabolisant.

Début novembre, le Comité international olympique avait annoncé que de nouvelles analyses des échantillons prélevés lors des JO-2012, faisant "appel aux méthodes scientifiques les plus récentes", allaient être confiées à l'Agence de contrôles internationale (ITA).

Pendant la période des JO-2012, seulement neuf cas de dopage avaient été révélés. Ce programme de réanalyses, qui a déjà permis d'établir des dizaines d'autres cas de dopage, se poursuivra en 2019, alors que le délai de prescription sera atteint en 2020.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le pont Long Biên, un des monuments historiques inoubliables de Hanoï.