19/07/2017 09:45
Donald Trump a frappé mardi 18 juillet l'Iran de sanctions contre son programme de missiles balistiques, s'attirant une riposte immédiate de Téhéran, mais le président américain va en revanche conserver l'accord international de 2015 sur le programme nucléaire de la République islamique.
>>Nucléaire iranien : Trump maintient la levée des sanctions décidée par Obama

Le président américain Donald Trump à la Maison-Blanche, le 17 juillet.
Photo : AFP/VNA/CVN

Donald Trump avait promis durant sa campagne de "déchirer" cet accord historique en matière de non prolifération, succès indéniable de son prédécesseur Barack Obama.

Au contraire, M. Trump a décidé lundi soir 17 juillet que ce texte, connu sous son acronyme JCPOA (Joint Comprehensive Plan of Action), signé en grande pompe le 14 juillet 2015 à Vienne par l'Iran et les grandes puissances (États-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni et Allemagne), continuerait de s'appliquer.

En revanche, dans un contexte de durcissement très net des relations déjà difficiles depuis 37 ans entre Washington et Téhéran, le département d'État et le Trésor ont imposé mardi 18 juillet de nouvelles sanctions juridiques et financières ciblées contre 18 personnes et entités iraniennes liées aux missiles balistiques et au corps des Gardiens de la révolution, armée d'élite de la puissance chiite.

"Les États-Unis demeurent profondément préoccupés par les activités pernicieuses de l'Iran au Moyen-Orient qui sapent la stabilité, la sécurité et la prospérité de la région", a protesté la porte-parole de la diplomatie américaine Heather Nauert. Elle a dénoncé "le soutien continu de l'Iran à des groupes terroristes tels que le Hezbollah, le Hamas et le Jihad islamique palestinien qui menacent Israël et la stabilité au Moyen-Orient".

Le département d'État a fustigé Téhéran pour son "appui déterminé" au président syrien Bachar al-Assad et aux rebelles Houthis au Yémen.

Le président du Parlement iranien, Ali Larijani, à Téhéran.
Photo : AFP/VNA/CVN

En outre, la diplomatie américaine réclame la "libération immédiate de tous les Américains injustement détenus en Iran", dont le dernier en date, Xiyue Wang, un doctorant condamné ce week-end à dix ans de prison pour "infiltration".

Enfin, Washington l'a condamné pour son "bilan monstrueux en matière de droits de l'homme".

Du côté du nucléaire, le département d'État a réaffirmé mardi 18 juillet que le secrétaire d'État, Rex Tillerson, avait "certifié" la veille au soir auprès du Congrès que l'Iran "respectait" les termes du JCPOA, en vigueur depuis le 16 janvier 2016, et que l'administration continuerait donc à lever les sanctions qui y sont directement liées.

Pour autant, "les autres activités néfastes de l'Iran sapent les +contributions positives+ à la paix et à la sécurité régionales et internationales censées émerger du JCPOA", a tonné Mme Nauert, dénonçant une violation de "l'esprit" de l'accord.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Bravo aux lauréats du concours «Jeunes Reporters Francophones»

Son Doong, Un groupe de touristes russes vient de visiter l'une des plus belles merveilles naturelles du monde – la grotte Son Doong au Vietnam. Et il ne cesse de louer la beauté exotique et majestueuse de cette grotte, cité par Russia Today.