22/08/2017 11:45
Le président américain Donald Trump a exclu lundi 21 août tout retrait des États-Unis d'Afghanistan, ouvrant la porte à l'envoi de soldats supplémentaires et accentuant la pression sur le Pakistan accusé d'être un repaire pour "des agents du chaos".
>>Le président américain Donald Trump présentera sa stratégie sur l'Afghanistan
>>Afghanistan : les forces de sécurité en état d'alerte pour la Fête nationale
>>Afghanistan : talibans et EI accusés du massacre de 50 civils

Le président Donald Trump prononce un discours sur la stratégie des États-Unis en Afghanistan, le 21 août à Arlington, en Virginie.
Photo : AFP/VNA/CVN

Dans un discours à la tonalité solennelle d'une vingtaine de minutes, M. Trump n'a donné aucun chiffre sur le niveau des troupes ou aucune échéance dans le temps, jugeant que c'était "contre-productif". Mais il a martelé sa conviction qu'un retrait précipité d'Afghanistan créerait un vide qui profiterait aux "terroristes", d'Al-Qaïda comme du groupe État islamique.

Seize ans après les attentats du 11-septembre qui avaient poussé les États-Unis à lancer une vaste offensive pour déloger le régime taliban au pouvoir à Kaboul, le fragile édifice démocratique afghan est menacé par une insurrection déstabilisatrice.

Fait rare, Donald Trump a ouvertement reconnu qu'il avait fait volte-face sur ce dossier épineux. "Mon instinct initial était de se retirer (?) mais les décisions sont très différentes lorsque vous êtes dans le Bureau ovale", a-t-il d'entrée souligné dans une allocution très attendue depuis la base de Fort Myer, au sud-ouest de Washington.

Avant d'accéder à la Maison Blanche, Donald Trump avait plusieurs fois exprimé sa préférence pour un retrait du pays. "Quittons l'Afghanistan", écrivait-il sur Twitter en janvier 2013. "Nos troupes se font tuer par des Afghans que nous entraînons et nous gaspillons des milliards là-bas. Absurde! Il faut reconstruire les USA".

Un haut responsable américain a souligné que M. Trump avait donné son feu vert au Pentagone pour le déploiement de jusqu'à 3.900 soldats supplémentaires.

Si la hausse n'est pas spectaculaire (les États-Unis comptaient 100.000 soldats sur place il y a sept ans), elle marque cependant une inversion de tendance par rapport aux dernières années.

Le secrétaire américain de la Défense, Jim Mattis, a de son côté immédiatement annoncé qu'il consulterait le secrétaire général de l'OTAN et les alliés, soulignant que plusieurs d'entre eux s'étaient également engagés à augmenter le nombre de soldats déployés.

Quelque 8.400 soldats américains sont actuellement présents en Afghanistan au sein d'une force internationale qui compte au total 13.500 hommes et qui sert essentiellement à conseiller les forces de défense afghanes.

Donald Trump a par ailleurs laissé la porte ouverte à un dialogue avec certains rebelles : "à un moment donné, après un effort militaire efficace, peut-être qu'il sera possible d'avoir une solution politique incluant une partie des talibans en Afghanistan". "Mais personne ne sait si ou quand cela arrivera", a-t-il ajouté.

Son secrétaire d'État, Rex Tillerson, a précisé peu après que les États-Unis étaient prêts à soutenir des pourparlers de paix entre le gouvernement afghan et les talibans "sans condition préalable".

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Du fil de cuivre à l’œuvre d’art

Un portail d’information sur le tourisme intelligent de Phu Yên et Hà Nam La province centrale de Phu Yên a officiellement mis en service son portail d’information sur le tourisme qui est également accessible sur les smartphones utilisant IOS et Android.