22/04/2020 16:53
À l'arrêt complet depuis la mi-mars en raison du coronavirus, le circuit professionnel de tennis pourrait reprendre par "des tournois régionaux", a estimé mardi 21 avril le N°1 mondial Novak Djokovic sur les réseaux sociaux.
>>Des objets d'athlètes vendus aux enchères pour financer la lutte contre le coronavirus
>>Le "Big Three" veut aider les joueurs en difficulté à cause du coronavirus

Le Serbe Novak Djokovic, lors du tournoi de Dubaï, le 29 février.
Photo : AFP/VNA/CVN

"Je pense qu'il y aura plus de tournois régionaux avec des prix. Je pense que c'est ce qu'il va se passer très bientôt", a affirmé le Serbe lors d'un direct sur Instagram avec Fabio Fognini.

"Tous les pays auront un modèle propre pour sortir du confinement et il sera difficile de redémarrer notre circuit car il se déroule chaque semaine dans un pays différent !", a rappelé Djokovic.

"Je pense donc qu'il y aura plus de tournois régionaux avec des prix, mais probablement pas de points (ATP) pour le moment", a-t-il répété.

"Pour moi, en tant que simple joueur, il sera vraiment très difficile de rejouer cette année", a estimé Fognini qui l'an dernier à cette époque soulevait à Monte-Carlo son premier trophée en Masters 1000.

"Toi, tu viens de Serbie où le confinement va être levé le 20 mai, mais en Espagne se sera le 25 juin... c'est quand même difficile de prétendre rejouer en tournois", a illustré l'Italien qui ne veut se résoudre non plus à joueur à huis clos.

"Tu peux imaginer une finale de Grand Chelem sans personne dans les gradins ?", a-t-il interpellé son collègue.

Par ailleurs, les deux hommes se sont mis d'accord sur la nécessité de moderniser leur sport pour attirer un public plus jeune car "aux États-Unis et en Europe, l'âge moyen du fan de tennis est supérieur à 60 ans", a souligné Djokovic.

Ils ont ainsi plaidé pour autoriser officiellement le "coaching" en match.

Il s'agit de permettre au joueur de communiquer avec son entraîneur en laissant celui-ci "venir sur le court une fois par set par exemple comme chez les femmes où c'est officiel", a proposé Fognini.

"Le coaching depuis le box existe déjà dans la réalité, tu le sais, on le sait tous, point final. Tout dépend de la tolérance de l'arbitre, s'il regarde ou pas. Donc je pense que le coaching devrait être autorisé (...) On pourrait le faire comme au foot : le joueur va voir son coach et ils discutent (...) Ça pourrait se faire au changement de côté : pour ne pas gêner ton adversaire, tu te lèves avant que l'arbitre ne fasse reprendre le jeu et tu vas discuter avec ton coach. Ce serait plus amusant pour les fans d'entendre ce qu'il se dit, mais je ne suis pas sûr que ce soit une bonne idée", a explicité Djokovic.

Le tennis mondial est à l'arrêt depuis début mars et jusqu'à mi-juillet au moins, après notamment le report de Roland-Garros à l'automne et l'annulation historique de Wimbledon.

 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’originalité des villages de broderie du Vietnam

La porte de la ville ouverte sur la mer Autrefois paisible bourgade, Vung Tàu, la porte d’entrée de l’estuaire menant à Hô Chi Minh-Ville, est devenue sous l’impulsion du commerce de la pêche et du tourisme une ville importante du Sud.