28/02/2020 21:49
La recherche active de nouveaux marchés potentiels tout en exploitant efficacement les marchés traditionnels est une solution pour aider le secteur agricole à maintenir sa croissance et à augmenter la valeur des exportations, ont estimé des experts lors d'un forum sur l’exportation et la connexion des entreprises de fruits et légumes organisé à Hô Chi Minh-Ville jeudi 27 février.
>>Le secteur agricole vietnamien réagit face au COVID-19
>>Un lot de huit conteneurs de fruits du dragon du Vietnam expédié aux États-Unis
>>Au moins 1.300 tonnes de produits agricoles exportés via la porte frontalière de Lao Cai

Le Vietnam a de nombreuses opportunités d'augmenter sa part du marché mondial des fruits et légumes. Photo : VNA/CVN

Lê Thanh Hoa, directeur adjoint du Département de la transformation des produits agricoles et du développement des marchés du ministère de l'Agriculture et du Développement rural, a souligné le développement du secteur de la production et de l'exportation des fruits et légumes au cours de ces cinq dernières années, rapportant des milliards de dollars au pays.

Selon lui, le Vietnam a de nombreuses opportunités d'augmenter sa part du marché mondial des fruits et légumes. Il a noté que, bien que le Vietnam figure parmi les 15 premiers exportateurs de produits agricoles, ses exportations de ces produits représentent un peu moins de 1% de la demande mondiale.

Pourtant, le secteur est confronté à de nombreux problèmes, comme la manque des techniques de culture, de conservation et de transformation ; les réglementations strictes sur la sécurité alimentaire et la quarantaine des plantes et des animaux de la part des marchés d'importation.

Le plus grand marché des fruits et légumes vietnamiens - la Chine - a également imposé de nombreuses barrières non tarifaires, ce qui a entraîné une baisse de 13% des expéditions de fruits et légumes du Vietnam vers ce marché et une réduction de 1,7% de la valeur totale des exportations de ces produits en 2019.

Pour donner un nouvel élan de la croissance et augmenter la valeur des exportations, les experts ont estimé que les exportateurs devraient rapidement rénover leur approche des marchés d'exportation traditionnels et chercher à exploiter d'autres marchés potentiels pour réduire des risques.

Selon Nguyên Minh Phuong, directrice du Département des marchés Asie-Afrique du ministère de l'Industrie et du Commerce, le Moyen-Orient et l'Afrique sont deux nouveaux marchés à forts potentiels. Ces deux marchés ont une population de plus de 1,6 milliard d’habitants et dépendent des importations de produits agricoles depuis l’extérieur.

Elle a mentionné les différences de culture, de religion et d'habitude des clients sur ces deux marchés et a rappelé aux exportateurs vietnamiens d'étudier attentivement leur demande afin de fournir des produits adaptés.

De même, de nombreuses entreprises espèrent que les exportations vietnamiennes vers le marché de l'UE seront en croissance notamment quand l'accord de libre-échange entre le Vietnam et l'UE devrait entrer en vigueur prochainement.

Jos Leeters, directeur de la société Bureau Leeters, un expert dans l’import-export des produits agricoles aux Pays-Bas a souligné que l'UE est un marché exigeant sur la bonne qualité stable des produits importés.

Les participants au forum ont estimé que la diversification des marchés oblige les agriculteurs et les entreprises d'exportation à changer rapidement de mode de fonctionnement pour répondre à la demande de nombreux marchés. Lorsque les produits peuvent répondre à la forte demande croissante des consommateurs, le secteur pourra atteindre un développement durable.

VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Centre de l’information et de la bibliothèque Luong Dinh Cua

COVID-19 : les entreprises touristiques renforcent la sécurité Face à la situation compliquée de l'épidémie de COVID-19, le Service du tourisme de Hanoï a ordonné aux unités, aux entreprises, aux organisations et aux particuliers de renforcer les mesures de sécurité dans la lutte et la prévention de la pandémie ; d’estimer les effets de cette épidémie sur le secteur du tourisme.