28/02/2018 10:41
Le groupe américain The Walt Disney Company a annoncé mardi 27 février un "plan de développement sur plusieurs années de 2 milliards d'euros pour Disneyland Paris", situé à Marne-la-Vallée (Seine-et-Marne) et ouvert en 1992.
>>Disney propose aux actionnaires d'Euro Disney de racheter leur part
>>France : Euro Disney affiche des pertes records à cause des attentats

Disneyland Paris, à Marne-la-Vallée (Seine-et-Marne). Photo : AFP/VNA/CVN

"Le nouveau plan d'expansion comprend une transformation du Parc Walt Disney Studios, incluant trois nouvelles zones thématiques dédiées à Marvel, La Reine des Neiges et Star Wars, ainsi que plusieurs nouvelles attractions et spectacles", a précisé le groupe dans un communiqué, à l'issue d'une rencontre entre son PDG Bob Iger et le président français Emmanuel Macron.

Ce développement pluriannuel sera déployé par phases à partir de 2021 et agrandira significativement le Parc Walt Disney Studios.

Le projet comprendra notamment un nouveau lac, qui sera le théâtre de nouveaux spectacles et reliera les trois nouvelles zones thématiques du parc, qui intègreront les histoires et les personnages les plus populaires de Disney.

"Avec plus de 320 millions de visites depuis 1992 et représentant 6,2% des recettes touristiques en France, Disneyland Paris est un moteur du tourisme pour la région", souligne la société américaine.

De son côté, M. Iger a souligné qu'il s'agissait de "notre plus gros investissement dans le parc depuis son ouverture, en 1992", dans un entretien publié en soirée sur le site internet du Figaro.

"J'ai longtemps été sceptique sur ce projet, car j'étais inquiet de l'environnement économique, politique et social en France. Mais les choses ont changé de façon spectaculaire depuis un an", a-t-il ajouté, interrogé sur le changement d'"image de la France à l'étranger" depuis l'arrivée de M. Macron au pouvoir.

"Le climat politique, économique et social me rend beaucoup plus confiant. Cette décision d'investissement est un vote de confiance de Disney dans la France, le reste de l'Europe et le potentiel de notre compagnie", a ajouté M. Iger, en assurant que l'État français n'avait pas mis la main à la poche : "c'est un investissement totalement privé. Nous n'avons pas eu besoin de financements publics pour le faire".

Disneyland Paris, première destination touristique privée d'Europe, compte deux parcs à thèmes, sept hôtels d'une capacité de 5.800 chambres, deux centres de convention offrant un service complet et un golf. Par ailleurs, il abrite l'un des plus grands centres de divertissements d'Ile-de-France, Disney Village, où restaurants à thèmes, boutiques et multiplexe de cinéma sont réunis sur près de 30.000 m2. Le parc compte au total 59 attractions, 63 boutiques et 55 restaurants.

En juin dernier, The Walt Disney Company avait repris le contrôle complet de son parc parisien, après la réussite d'une offre publique d'achat lancée au printemps 2017. La maison mère américaine, qui détenait auparavant près de 86% du capital de sa filiale française cotée à Paris, avait annoncé en février le rachat des 14% restants, synonyme de retrait de la cote du titre Euro Disney. Le groupe souhaitait réinjecter de l'argent dans Euro Disney, alors plombé par une dette qui dépassait le milliard d'euros à la fin de l'exercice clos en septembre 2016.

Depuis l'ouverture de Disneyland Paris il y a 25 ans, la maison mère a multiplié les injections d'argent frais. La société avait cependant réduit sa perte au premier semestre de son exercice 2016-2017, grâce à une relance de la fréquentation, fortement affectée par les attentats de novembre 2015 à Paris.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Think Playgrounds et l’initiative des espaces de jeu en ville

Huê lancera des bus à toit ouvert Les touristes à Huê auront l’occasion de découvrir l’ancienne capitale impériale par des visites en bus à toit ouvert, selon les informations du Service du tourisme de la province centrale de Thua Thiên-Huê.