28/11/2020 08:15
Photos sur feuille ? Sur pierre ? Incroyable mais vrai. Les œuvres inédites de Lê Nguyên Vy marquent les esprits. L’art de la photographie revisité de manière moderne et originale a exigé de son inventeur à la fois passion, efforts et un certain investissement financier.
>>Vos photos de vacances sur des coquillages
>>Photo sur feuille, un concept unique au monde

Lê Nguyên Vy présente son œuvre réalisée sur feuille sur le Premier ministre Nguyên Xuân Phuc et son épouse.
Photo : DANV/CVN

La maison de l’artisan Lê Nguyên Vy est nichée au fond d’une ruelle du boulevard Ngô Quyên, dans l’arrondissement de Son Trà, ville de Dà Nang (Centre). Dans cette belle construction, s’exposent de multiples œuvres photographiques extraordinaires dans des cadres baptisées les "Diêp Anh" par son inventeur. Malgré son âge avancé, l’artisan septuagénaire respire toujours la santé. Il a acquis la renommée d’"artiste polyvalent", du fait de ses multiples professions qui se sont entrecroisées : compositeur, poète, photographe, spécialiste en art décoratif, inventeur de la photo sur pierre, et de sa dernière trouvaille, la photo sur feuille.
     
Le choix de la feuille comme support surprend tout le monde, professionnels comme amateurs. Les œuvres de Lê Nguyên Vy rivalisent d’originalité mais se retrouvent sur un même point commun : leur grande beauté. Imaginez une vraie feuille de figuier, aussi large qu’une main, au milieu de laquelle apparaîtrait un cliché. Effet garanti ! Et soyez rassurés : "Cette +feuille photo+, si mince, résiste au temps, puisqu’elle a été soumise à un traitement chimique spécial", dévoile l’inventeur.

Ce processus pour le moins étonnant est le fruit d’un long travail de recherche pour lequel Lê Nguyên Vy a passé six mois dans son laboratoire, à tester la feuille de figuier sacré comme support. En 2013, les premières photos sur feuille sont sortis de l’atelier, forçant l’admiration de tout un chacun.

Une œuvre sur pierre.
Photo : DANV/CVN

La photo sur pierre, un départ difficile
 
En effet, l’homme surnommé "le savant fou" n’en était pas, à cette époque-là, à son coup d’essai, lui qui avait déjà consacré 18 années à la recherche du procédé de photo sur pierre s’inspirant de la lithographie. En 2007, le Centre national du Livre des records l’a d’ailleurs reconnu comme "le premier producteur de photos sur pierre du Vietnam".

Né en 1950 à Dà Nang, Lê Nguyên Vy est un "touche à tout" dès son plus jeune âge. Dans les années 1970, il est compositeur. Après 1975, le pays entame son processus de conversion vers l’économie de marché et notre jeune inventeur doit gagner sa vie dans une époque difficile et mettre de côté sa "vie d’artiste". Il se consacre alors à l’artisanat : production de simili cuir, de poissons en conserve, puis fabrication de moules pour fonderie, avant de passer à la typographie sur sacs plastique...

C’est en 1995 que l’idée de fixer des photos sur la pierre lui vient alors qu’il observe de beaux galets luisant sous les rayons du soleil dans les eaux d’un ruisseau. Il se dit : "La beauté du caillou sera transcendée si l’on y appose une image marquante". C’est ainsi qu’il se livre avec passion à l’étude de l’art lithographique. Un an plus tard, Lê Nguyên Vy présentait au public ses premières œuvres. Mais la satisfaction n’a pas duré bien longtemps, car les clients ont très vite préféré la couleur au noir et blanc. À vau-l’eau la petite affaire de Lê Nguyên Vy.  

Photo de la famille du président indien Ram Nath Kovind sur feuille.
Photo : DAVN/CVN

Qu’à cela ne tienne ! Cet homme, audacieux et déterminé, a décidé de se consacrer corps et âme à son laboratoire, cette fois pour la photo sur pierre, en couleur. Une période très difficile pour "le savant fou" qui, ayant déjà investi toutes ses économies pour la lithographie en noir blanc, se retrouve alors “pauvre comme Job”… "Heureusement, la réussite a finalement été au rendez-vous !", confie-t-il, un sourire aux coins des lèvres. La réussite, Lê Nguyên Vy l’a obtenue en 2005, avec sa première photo sur pierre en couleur : sa femme et lui, le jour de leur mariage étaient enfin gravés dans la roche.

Le processus de fixation dure entre trois et cinq heures, selon la dimension du support. L’œuvre est ensuite couverte d’un fixatif chimique. Cette technique s’adapte aux pierres de toutes formes, même à celles dont la surface est inégale. L’atelier de Lê Nguyên Vy créé des milliers de photos sur pierre, aux formes et en dimensions très variées. Abordant un nouveau concept, il cherche à "imprimer" sur les roches des classiques de la littérature vietnamienne, comme Nam quôc son hà (Le pays du Sud) de Ly Thuong Kiêt (XIe siècle), Hich tuong si (Appel aux généraux et soldats) de Trân Hung Dao (XIIIe siècle), Binh Ngô dai cao (Proclamation de l’indépendance nationale après la victoire sur les agresseurs chinois) de Nguyên Trai (XVe siècle), Tuyên ngôn dôc lâp (Proclamation de l’indépendance nationale) de Hô Chi Minh (1945)… 
 
Il s’essaie également avec succès aux coquillages, aux coquilles d’œuf, au bois ou encore aux noix de coco.  "Quelle joie pour moi de réussir à reproduire la photo de Che Guevara sur une noix de coco !", se vante-t-il.

La photo sur feuille, une belle continuation
         
La feuille est donc la dernière trouvaille de Lê Nguyên Vy. C’est en  2012 que germe cette idée qu’il parvient à concrétiser après seulement six mois d’expérimentations en laboratoire. Sa visite dans la pagode Linh Ung sur la presqu’île de Son Trà où poussent nombre de figuiers considérés comme l’arbre sacré du Bouddhisme est une révélation. "Seule la feuille du figuier sacré constitue un support adéquat, grâce à la densité du tissu, de ses nervures et à sa grande résistance", précise l’artisan photographe. Une photo sur feuille de qualité dépend en premier lieu du processus de traitement du support, le but étant de ne laisser que la trame, en retirant la partie charnue. L’image est alors fixée grâce à un procédé issu de la technologie photographique numérique. 

Doucs à pattes grises de la péninsule de Son Trà (à Dà Nang) sur feuille.
Photo : DANV/CVN

La photo sur feuille présente plus d’un avantage : originale et légère, elle est beaucoup moins onéreuse que la photo sur pierre.  Cela en fait un souvenir de choix pour les touristes venus de loin. L’atelier de photo de Vy croule sous les commandes qui s’élèvent aujourd’hui à des dizaines de milliers de photo-feuilles, immortalisant portraits, paysages ou les douze animaux du cycle cosmogonique.

L’œuvre Le gibbon de Lê Nguyên Vy a même décroché le 3e Prix au Concours de souvenirs organisé à Dà Nang dans le but de trouver des objets d’art à offrir aux leaders internationaux lors du Sommet du Forum de coopération économique pour l’Asie-Pacifique (APEC) tenu en 2017 dans cette belle ville balnéaire. En 2018, notre "artiste-artisan" a affirmé encore une fois son talent avec sa "Diêp Anh" représentant la famille du président indien Ram Nath Kovind. Le chef-d’œuvre, un assemblage constitué d’une trentaine de feuilles de figuier a été offert au président indien lors de sa visite à Dà Nang.

"Je suis à la recherche de feuilles plus larges que celle du figuier pour y +imprimer+ des portraits de grandes personnalités du pays qui sont aujourd’hui décédées", confie-t-il. Vouloir, c’est pouvoir !

Nghia Đàn/CVN
     
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Hông Mi, l'alcool qui fait la fierté de Bac Hà

La plus haute statue de Bouddha d'Asie du Sud-Est à Binh Phuoc Une gigantesque statue de Bouddha Gautama, qui fait 73 m de hauteur et a nécessité quatre ans de construction, a été inaugurée le 20 janvier à la pagode Phât Quôc Van Thành dans la province méridionale de Binh Phuoc.