05/05/2019 12:57
Sans le développement de l’industrie auxiliaire, le Vietnam ne pourra pas devenir un pays industrialisé. Aussi, le gouvernement a-t-il décidé de lui accorder la priorité via des politiques plus rationnelles.
>>Vietnamiens et Sud-Coréens promeuvent la coopération dans le secteur de la robotique
>>Le Vietnam est prêt à offrir tout son soutien possible aux partenaires japonais
>>Samsung forme des experts en industries auxiliaires au Vietnam

L’industrie auxiliaire du Vietnam n’a pas encore réellement décollé. Ses entreprises ne répondent que très partiellement à la demande du marché et produisent principalement des pièces détachées et des matériaux simples à faible valeur économique. “Les grandes sociétés exportatrices doivent importer jusqu’à 80-85% de leurs matières premières. Ainsi, leurs produits exportés, que ce soit dans les secteurs de l’automobile, du textile ou de la chaussure, ont une très faible valeur ajoutée”, explique un responsable du ministère de l’Industrie et du Commerce.

Le développement de l’industrie auxiliaire est un des grands objectifs du Vietnam.
Photo: Pham Kiên/VNA/CVN

L’industrie auxiliaire viet-namienne manque de coordination et ne répond pas encore aux normes de qualité internationales. Très peu d’entreprises locales fabriquent des pièces détachées et peu de sociétés veulent s’y engager puisque les produits vietnamiens ne jouissent pas encore d’une bonne réputation en matière de qualité. Les producteurs ont donc du mal à convaincre les grandes sociétés d’acheter leurs produits. Dans d’autres pays, les industries sont incluses dans des groupes qui assurent la commercialisation de leurs produits en interne, un schéma économique peu présent au Vietnam.

À présent, le taux de localisation se chiffre à 40-45% dans les secteurs de la confection, du cuir et de la chaussure, à 10-20% pour la production et la fabrication de voitures à neuf sièges, et à 15% en électronique et informatique.
Le Vietnam s’est fixé pour objectif de développer des produits industriels hautement compétitifs, satisfaisant 45% de la demande de fabrication et de consommation nationales, ce qui représente près de 11% de la valeur de production industrielle. Il faudrait alors un millier d’entreprises capables de fournir des produits aux entreprises et sociétés multinationales à l’échelle nationale.

D’ici 2030, les produits de l’industrie auxiliaire devraient répondre à 70% de la demande de production et de con-sommation nationales, soit environ 14% de la valeur de production industrielle, alors que près de 2.000 entreprises fourniront des produits à des sociétés de montage et à des multinationales à travers le pays. Le Vietnam dispose actuel-lement de 3.000 entreprises spécialisées dans l’industrie auxiliaire, qui emploient 550.000 personnes. Il n’y existe pas encore de sociétés leader dans ce secteur qui, en 2017, a contribué à 15% au PIB national, soit un taux inférieur à celui des pays de la région.

L’industrie auxiliaire nationale est appelée à se focaliser sur les secteurs automobile, mécanique, électrique et ceux de haute technologie.
Photo: Trân Viêt/VNA/CVN

Construction de centres d’appui

Si à ce jour, l’industrie auxiliaire au Vietnam reste faible, elle dispose néanmoins d’atouts non négligeables pour prospérer rapidement: sa main-d’œuvre est abondante et les réformes institutionnelles engagées profi-teront généreusement aux investisseurs. Le président de l’Association vietnamienne du coton et de la filature (VCOSA), Nguyên Van Tuân, a proposé de compléter les politiques préférentielles pour l’investissement dans la construction et le développement des infrastructures des zones industrielles spécialisées, en particulier dans l’industrie auxiliaire du secteur textile. Il s’agit également de faire valoir davantage le rôle des associations spécialisées dans le conseil des politiques, le renforcement des échanges et l’attraction de l’investissement dans l’industrie auxiliaire de la filière textile dans ces zones, en renforçant la coopération entre entreprises vietnamiennes et étrangères.

Le Premier ministre Nguyên Xuân Phuc a exhorté les entreprises à accorder plus d’attention à la recherche et au développement. D’après lui, le ministère du Plan et de l’Investissement et celui des Finances devraient allouer des capitaux à la construction de trois centres techniques d’appui au développement de l’industrie auxiliaire nationale. Celle-ci est appelée à se focaliser sur les secteurs automobile, mécanique, électrique et ceux de haute technologie. Cependant, selon un cadre du Service de l’industrie et du commerce de Hô Chi Minh-Ville, les entreprises domestiques en la matière, étant de petite et moyenne envergures, manquent souvent de moyens pour l’achat du matériel industriel.
 
Thê Linh/CVN
 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Universités francophones d'Asie-Pacifique au rendez-vous à Hô Chi Minh-Ville

Bac Giang: un champ de fleurs de tournesols pour les fans de photos Situé dans le quartier de Da Mai, ville de Bac Giang, à 55 km de Hanoï, le champ de fleurs de tournesols attire des visiteurs venant des quatre coins du pays.