02/06/2020 16:49
Le projet de conservation, d’exploitation et de développement des races vietnamiennes de poulets est l’une des initiatives de coopération entre le Vietnam et la Belgique, une collaboration, plus précisément, de l'Université nationale d'agriculture du Vietnam avec quatre universités francophones de Belgique. Petit bilan.

>>Vingt ans de coopération dans la génétique des races d'élevage
>>Des élevages de crevettes se modernisent grâce à une aide belge 

Dans l’un des poulaillers de l’éleveur Duong Thành Chung, du bourg de Hô, district de Thuân Thành, province septentrionale de Bac Ninh.


Depuis 1998, l'Université nationale d'agriculture du Vietnam coopère avec quatre universités francophones de Belgique pour renforcer l'enseignement et la recherche scientifique en agronomie, dans les domaines de l'élevage, de la médecine vétérinaire et de l'économie agricole. Cette collaboration oriente également ses activités vers le développement rural, l’amélioration des formations post-universitaires et de la recherche. Parmi les projets déployés, figure le projet de conservation, d’exploitation et de développement des races locales de poulets du Vietnam, et notamment des races Hô et Dông Tao.    

"Il y a beaucoup de programmes dans le domaine de la conservation des races locales de volaille, à l’échelle nationale et en coopération internationale. Notre université collabore avec la Belgique depuis plus de 20 ans et la conservation des races locales de poulets est pour nous un sujet d’intérêt majeur. Nous travaillons avec les spécialistes belges sur les questions des finances et de l’économie agricole, tout en bénéficiant de leur expertise. Ils nous aident également à former les jeunes chercheurs", a fait savoir Vu Dinh Tôn, responsable du projet de conservation, d’exploitation et de développement des races locales de poulets du Vienam.

Un projet agricole efficace

Dans le cadre du projet belge-vietnamien, les éleveurs de poulets de Hô et Dông Tao ont été guidés sur les techniques visant à améliorer l’élevage de leurs oiseaux.

Alors que l'aviculture joue un rôle central dans l’alimentation au Vietnam, ce projet contribue à l'amélioration des conditions économiques des agriculteurs. Les races de volailles locales sont peu développées et certaines d’entre elles sont même menacées d’extinction en raison de leur faible compétitivité face aux poules industrielles.

La Faculté de science animale de l'Université nationale d'agriculture du Vietnam et la Faculté de médecine vétérinaire de l'Université de Liège (Belgique) ont ainsi mis en œuvre le projet de conservation, d'exploitation et de développement des races locales de poulets. Les chercheurs de la Faculté de science animale ont collecté des échantillons de poulets de races locales afin d’en déterminer le génome. Ces échantillons ont ensuite été envoyés à la Faculté de médecine vétérinaire de l'Université de Liège pour être analysés à l'aide de techniques SNP (polymorphisme d'un seul nucléotide) afin de cerner les caractéristiques génétiques des races locales.

"Nous avons concentré nos recherches sur les deux races de poulets : Hô et Dông Tao. Leur taux de reproduction est très faible donc nous cherchons à améliorer la qualité et les performances de la race. Nous coopérons avec les agriculteurs pour sélectionner des spécimens de race pure", a partagé Vu Dinh Tôn.

La race de poulets de Hô est réputée dans tout le Nord du pays et ses individus se distinguent par leur grande taille, leur large tête couronnée d’une double crête, la chair rouge de leur cou, les écailles jaunes argentées de leurs pattes et leur queue recourbée en forme de carafe.

Outre sa chair riche en protéine, le poulet de Dông Tao est quant à lui apprécié pour ses très grosses pattes qui peuvent constituer plusieurs plats nutritifs, notamment lorsqu’elles sont cuites avec des herbes médicinales.

Un bel avenir
pour les poulets Hô et Dông Tao

Lê Quang Thang, directeur de la Coopérative d’élevage et de commerce du poulet de Dông Tao, et son poulet.

Les cadres de la Faculté de science animale de l'Université nationale d'agriculture du Vietnam ont mené une étude sur les caractéristiques des races Hô et Dông Tao. Ils ont sélectionné les poulets afin de créer la meilleure race possible. Les critères de sélection sont donc la capacité de croissance, la fertilité, la productivité et la qualité de la viande, ainsi que l'impact des méthodes d'élevage (aliments, bâtiments...) sur les indicateurs de productivité.

Les résultats des recherches de l'Université nationale d'agriculture du Vietnam ont été mis en pratique : les techniques d'élevage ont été transmises aux éleveurs de poulets de Hô du bourg du même nom (du district de Thuân Thành, dans la province de Bac Ninh) et aux éleveurs de poulets de Dông Tao dans la commune éponyme (du district de Khoai Châu, dans la province de Hung Yên).

"Dans le cadre du projet de coopération belge-vietnamien, nous avons appris de nouvelles techniques afin de développer l’élevage de poulets", a confié Duong Thành Chung, un éleveur de poulets de Hô.

"Grâce au projet Vietnam - Belgique, nous avons compris beaucoup de choses, a dit Nguyên Dang Chung, directeur de la Coopérative d’élevage de poulets de Hô, et président du Club des poulets de Hô du village Lac Thô Bac. Auparavant, nous élevions tous les poulets ensemble. Après avoir reçu le soutien du projet, en particulier celui de l'Université nationale d'agriculture du Vietnam, nous avons appris qu’il était plus intéressant de séparer chaque famille de poulets dans un bâtiment d’élevage. Chaque famille se compose de cinq poules et d’un coq. Cela nous aide à conserver une race pure de poulets et à éviter la consanguinité".

Les chercheurs de l’Université nationale d’agriculture du Vietnam ont étudié l'état des élevages et ont évalué l'apparence, la fertilité et le marché d’écoulement des poulets de Hô et de Dông Tao. À partir des résultats obtenus, ils ont organisé des formations sur les techniques d'insémination artificielle. De plus, le projet vietnamo-belge soutient les localités dans la création d’associations et de coopératives d'élevage.

Le poulet de Dông Tao est apprécié pour ses très grosses pattes qui peuvent constituer plusieurs plats nutritifs.


"Avec l’appui des autorités de la province de Hung Yên, l'Université nationale d'agriculture a aidé les agriculteurs à établir en 2013 leur association d'élevage et de commerce de poulets Dông Tao, puis leur coopérative en 2016. Cette dernière compte 16 membres, tous sont des éleveurs expérimentés et passionnés par leur métier", a confié Lê Quang Thang, directeur de la Coopérative d’élevage et de commerce de poulets de Dông Tao.

Le modèle de coopération Vietnam - Belgique sur les races locales de poulets a obtenu des résultats remarquables. Les poulets de Hô et de Dông Tao s’affirment de plus en plus sur le marché domestique.

Espérons que d’autres modèles de coopération aussi efficaces entre l’Université nationale d’agriculture du Vietnam et les partenaires belges soient déployés à l’avenir, contribuant ainsi au développement d’un élevage de haute qualité au Vietnam.  


Texte et photos : Quê Anh/CVN
 

 








 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’originalité de la course de chevaux de Bac Hà à Lào Cai

Thanh Hoa, une destination post-COVID sûre Après la distanciation sociale en raison de la pandémie de COVID-19, la province de Thanh Hoa a rouvert ses sites touristiques.