08/10/2017 16:55
Selon le plan de restructuration du secteur de la canne à sucre du Vietnam, en 2030, la production annuelle nationale atteindrait 40 millions de tonnes qui pourront produire 4,5 millions de tonnes de sucre. L’électricité produite à base de bagasse pourrait atteindre 4,7 millions de MWh.
>>Plus de 400.000 tonnes de sucre illégalement expédié au Vietnam
>>L’industrie sucrière cherche à mieux s’intégrer dans la région

Sonia Lioret, chef du projet d’énergies renouvelables et d’élévation de l’efficacité de l’utilisation des énergies, le 3 octobre à Hanoi. Photo : PT/CVN


Investir dans les projets de centrales bioénergétiques ayant recours à la bagasse permettra de réaliser les objectifs en termes de développement durable des bioénergies, de réduction des émissions de carbone, d’accélération de la production agricole et d’élévation de la compétitivité de l’économie nationale.

«Nous trouvons que pour la production d’électricité à partir de déchets au Vietnam, la bagasse est le meilleur choix. Pour ce faire, une coopération étroite et efficace entre le gouvernement vietnamien, l'Agence allemande pour la coopération internationale (GIZ) et l'Institut mondial de la Croissance verte (GGGI) est nécessaire».

C’est ce qu’a souligné Sonia Lioret, chef du projet d’énergies renouvelables et d’élévation de l’efficacité de l’utilisation des énergies, lancé et financé par la GIZ, lors du séminaire intitulé «Opportunités d’investissement dans des projets de bioénergies du secteur de la canne à sucre du Vietnam», tenu le 3e octobre à Hanoi.

Rappelons que la bagasse est le résidu de la canne à sucre issu du broyage de celle-ci une fois extrait le jus.

Une production prévue de 4,5 millions
de tonnes de sucre en 2030

Selon Pham Ngoc Doanh, président de l’Association de la canne à sucre du Vietnam, actuellement, le prix de l’énergie à base de bagasse est fixé à 5,8 Cent/kWh, alors que celui de l’énergie à base de biogaz et de balles de paddy est de 7 Cent/kWh. Autrement dit, si une usine de sucre veut investir dans un projet de centrale, elle devra attendre 20 ans pour récupérer son capital initial. «Selon nous, il faudrait que le prix de l’énergie à base de bagasse soit égal à celui de l’énergie à base de biogaz et de balles de paddy. L’important est que le gouvernement rajuste ses politiques de prix en vue d’encourager les investisseurs», a-t-il suggéré.

Selon le plan de restructuration du secteur de la canne à sucre du Vietnam, en 2030, la production annuelle nationale atteindrait 40 millions de tonnes qui pourront produire 4,5 millions de tonnes de sucre. L’électricité produite à base de bagasse pourrait atteindre 4,7 millions de MWh. Une grande rentabilité !

Toujours selon Sonia Lioret, conformément au plan d’aménagement de l’électricité 7 (amendé), les énergies à base de biomasse représenteront 1% en 2020 de la production totale d’électricité du pays, et 3% en 2030.
CPV/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Vietnam - France: une coopération chaque jour plus florissante