01/09/2021 17:10
Anéantir les fascistes et Le 19 Août sont deux chansons exceptionnelles. La première sert de générique à la Radio nationale "La Voix du Vietnam", un générique qui est resté intact depuis 76 ans, et la seconde résonne partout dans le pays à l’occasion des commémorations de la Révolution d’Août 1945.
 >>Une exposition virtuelle en l’honneur de la Fête nationale
>>Publication d’un livre sur le Président Hô Chi Minh et la Déclaration d’indépendance

Le compositeur Nguyên Dinh Thi.
Photo : CTV/CVN

C’est exactement à ce moment-là que ces chansons célèbres ont été écrites, respectivement par Nguyên Dinh Thi et par Xuân Oanh. Leurs auteurs-compositeurs ne sont plus, mais la Voix du Vietnam conserve leurs témoignages qui nous font revivre l’effervescence de ces journées historiques.

Le 13 août 1945, le Parti communiste vietnamien convoque un congrès national à Tân Trào et décide de déclencher une insurrection générale pour s’emparer du pouvoir. L’appel est entendu par les 20 millions de Vietnamiens, qui mènent durant les 15 jours suivants une révolution qui fait faire basculer le destin du pays.

Le 7 septembre 1945, la Radio nationale de la République démocratique du Vietnam émet sa toute première émission, avec comme générique, une mélodie qui a marqué tous les esprits, Anéantir les fascistes de Nguyên Dinh Thi, que nous écoutons.

"Ce jour-là, je rentrais de la conférence des professionnels de la culture pour le salut national. J’avais pour mission d’écrire un rapport pour le congrès de Tân Trào. Le vent soufflait particulièrement fort lorsque je traversais le pont enjambant le fleuve Rouge depuis Duc Tu. Une mélodie est apparue dans ma tête "Vietnam ! Vietnam ! Vietnam !". C’est devenu la première phrase de la chanson "Anéantir les fascistes". Je l’ai écrite à toute vitesse, puis l’ai montrée à un ami qui l’a sans doute montré à un autre, et ainsi de suite. De bouche en oreille, elle est devenue, mine de rien, la chanson de l’insurrection de Hanoï", raconte Nguyên Dinh Thi.

Le compositeur Xuân Oanh.
Photo : HNM/CVN

Le19 Août est une chanson que le musicien Xuân Oanh a écrite pendant une manifestation du 19 août 1945 à laquelle il a lui-même participé, ce qui explique ses sonorités de marche joyeuse. Une chanson de 10 phrases avec une mélodie simple à mémoriser que la Voix du Vietnam a enregistrée et diffusée durant les semaines suivantes, jusqu’à ce que le Président Hô Chi Minh proclame l’indépendance nationale sur la place Ba Dinh, le 2 septembre 1945. La naissance de cette chanson est pour le moins originale, comme nous l'a raconté Xuân Oanh.

"Cadre du front Viêt Minh, je savais que notre insurrection générale allait aboutir à la prise du pouvoir et je voulais écrire une chanson. Nous étions dans une manifestation en direction de l’Opéra de Hanoï, et j’ai décidé d’écrire en marchant et d’apprendre aux personnes autour de moi chaque phrase dès qu’elle était écrite. On a procédé de la sorte et la chanson a été achevée au moment-même où nous sommes arrivés à l’Opéra. Vous avez sans doute remarqué dans ses sonorités le son des pas et les cris de joie du peuple qui s’est soulevé pour se libérer et s’emparer du pouvoir. Les paroles sont simples, elles commencent par +C’est le jour où tous les Vietnamiens se soulèvent et conjuguent leur force+. Le 19 août est une journée historique faite de la marche populaire", a dit Xuân Oanh dans un enregistrement jalousement préservé dans les archives de la Voix du Vietnam.

Si Anéantir les fascistes et Le 19 Août ont immortalisé en musique la Révolution d’août 1945, elles ont aussi mis leurs auteurs-compositeurs, Nguyên Dinh Thi et Xuân Oanh, au panthéon de la chanson patriotique vietnamienne.

VOV/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Bac Hà, une destination au fort potentiel

Le vice-PM Vu Duc Dam préside une réunion sur le redémarrage du tourisme Dans l'après-midi du 21 octobre, le vice-Premier ministre Vu Duc Dam a présidé une réunion en ligne avec plusieurs ministères et Comités populaires locaux sur le plan d'accueil de touristes étrangers dans la nouvelle situation.