13/06/2017 21:06
Le ministre de l'Agriculture et du Développement rural, Nguyên Xuân Cuong, a été le premier ministre à répondre aux députés dans le cadre de la première journée consacrée aux interpellations de l'Assemblée nationale (AN). Il a été interrogé sur le déséquilibre entre l'offre et la demande de plusieurs produits agricoles.
>>Début des interpellations à l'Assemblée nationale
>>Ressources de développement, santé, culture et agriculture en interpellations

Le ministre de l'Agriculture et du Développement rural, Nguyên Xuân Cuong, lors des séances d'interpellations du 13 juin.
Photo : Linh Thao/CVN
Mardi 13 juin. Première journée des séances de questions-réponses à l'Assemblée nationale. À 08h00, le ministre de l'Agriculture et du Développement rural, Nguyên Xuân Cuong, a été le premier des quatre ministres désignés à répondre aux députés. 

Le chef du secteur agricole a été informé par la présidente de l'AN, Nguyên Thi Kim Ngân, qu'une soixantaine de députés s’étaient inscrits pour lui poser des questions. Les interpellations ont porté principalement sur les mesures de mise en œuvre  efficace de la restructuration agricole, l'amélioration de la compétitivité des produits, le développement de l'aquaculture. Au total, le ministre Nguyên Xuân Cuong a répondu à 43 députés. Faute de temps, les 22 autres ont été invités à lui envoyer leurs questions par écrit.

L'excédent de la viande de porc, un cas d’école

Beaucoup de députés ont demandé au ministre Nguyên Xuân Cuong d'éclairer sur «les causes du déséquilibre entre l'offre et la demande pour certains produits agricoles et d'élevage», un phénomène qui se produit chaque année et qui génère de grosses pertes pour les agriculteurs. «Comment faire pour résoudre cette question : plus la récolte est abondante, plus le prix baisse ?», a interrogé Nguyên Thi Ngoc Lan, députée de la province de Bac Ninh (Nord), citant la récente crise de l'offre de viande de porc sur le marché domestique.

Nguyên Thi Ngoc Lan, députée de la province de Bac Ninh (Nord), pose sa question au ministre Nguyên Xuân Cuong.
Photo : Linh Thao/CVN

Analysant l'offre excédentaire en viande de porc durant ces derniers mois sur le marché national, le ministre Nguyên Xuân Cuong a constaté que le Vietnam avait mené à bien le développement de la production, mais négligé la transformation et les études de marché. L'offre a dépassé la demande, entraînant un surplus et une baisse des prix. Le pays est faible en matière de prévisions de la demande, d'autant plus que les importations de produits étrangers ne cessent de croître.

Ces trois dernières années, «la production de viande de porc a augmenté de 3,6 fois, la production laitière, de 15 fois. En particulier, la production porcine a connu la croissance la plus rapide par rapport à d'autres secteurs. Après dix ans, le cheptel porcin a fourni au marché domestique 23 millions de tonnes et le cheptel de truies a été passé de 2 millions de têtes à 4,2 millions en 2016», a-t-il précisé.

Coopération interministérielle

Les députés ont demandé au ministre de préciser les mesures concrètes afin d'élargir le marché d'exportation pour les produits agricoles. «Le ministère de l'Agriculture et du Développement rural a proposé de créer un Département de transformation et de développement du marché pour collaborer avec le ministère de l'Industrie et du Commerce», a informé Nguyên Xuân Cuong. Dans le cadre de la collaboration entre les deux ministères pour élargir les marchés d'exportation de viande de porc, le ministre de l'Industrie et du Commerce, Trân Tuân Anh (député de la province centrale de Quang Ngai), a informé que son ministère achève les formalités en la matière.

Le pays connaît un surplus de viande de porc, avec pour corollaire une baisse des prix et de fortes pertes pour les éleveurs.
Photo : Vu Sinh/VNA/CVN

Donnant des éclairages sur les mesures gouvernementales dans ce secteur, le vice-Premier ministre Trinh Dinh Dung a reconnu que «les prévisions sur la demande du marché manquent de précision». Il a recommandé «d'intensifier la coopération entre l’État, les agriculteurs, les entreprises, les scientifiques et les banques, au service du développement agricole». Il a de plus souligné «la nécessité d’appliquer de nouvelles technologies, de réorganiser le réseau commercial domestique, de conquérir de nouveaux marchés à l'étranger pour favoriser les exportations de produits agricoles».

Bùi Phuong/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Think Playgrounds et l’initiative des espaces de jeu en ville

Promotion du tourisme vietnamien en Australie et en Nouvelle-Zélande Une délégation de l'Administration nationale du tourisme du Vietnam conduite par son chef Nguyên Van Tuân, a organisé mercredi soir 15 août à Sydney un programme de promotion du tourisme vietnamien.