09/04/2020 23:42
En raison de l’impact de l'ordre de contrôle des mouvements (MCO) imposé par le gouvernement malaisien pour contenir la propagation de l’épidémie de COVID-19, de nombreux travailleurs étrangers en Malaisie ont été licenciés et sont confrontés à de nombreuses difficultés.
>>Les pays et territoires touchés par le nouveau coronavirus
>>Meilleures opportunités d'emploi pour les jeunes et les femmes

Les gens portent des masques à Kuala Lumpur en Malaisie.
Photo : Xinhua/VNA/CVN

Le secrétaire général du Congrès des syndicats malaisiens (MTUC), J. Solomon, a déclaré mercredi 8 avril que beaucoup de travailleurs étrangers avaient été licenciés, notamment des Népalais, Bangladais et Birmans.

La plupart  n’avaient pas été payés pour les jours où ils ne travaillaient pas pendant la période de l'ordre de contrôle des mouvements.

Leurs employeurs ont refusé d’expliquer la raison pourquoi la déduction a été faite sur leurs salaires, bien que le gouvernement ait assuré à tous que cela ne se produirait pas pendant période de l'ordre de contrôle des mouvements.

J. Solomon a déclaré que les travailleurs s'inquiétaient maintenant de la façon dont ils survivraient ces prochains mois sans salaire car ils ne pouvaient pas retourner dans leur pays en raison des restrictions de voyage.

Le Congrès des syndicats malaisiens a déposé une plainte officielle auprès du département du Travail, dans lequel cet organe a averti que les actions des employeurs pourraient entraîner de plus gros problèmes si les travailleurs étrangers dans le pays se retrouvaient sans revenu, sans nourriture ni abri et avaient recours à des activités illégales pour survivre.

Le Congrès des syndicats malaisiens a appelé les organes compétents à prendre des mesures pour protéger les travailleurs étrangers, et à ne pas les abandonner dans le contexte actuel difficile.

À ce jour, cet organe a déjà reçu quelque 300 plaintes concernant des employés qui avaient été licenciés ou qui étaient contraints de prendre un congé sans salaire pendant la période de l'ordre de contrôle des mouvements depuis le 18 mars.

VNA/CVN


 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Vivre vert, nouveau mode de vie chez les jeunes Vietnamiens

Hôi An parmi les trois meilleures villes du monde en 2020 La ville de Hôi An, province centrale de Quang Nam, a été nommée dans la liste des 10 meilleures villes 2020 par le magazine américain de tourisme Travel and Leisure.