31/05/2021 12:09
La "cuisine philanthropique" de Vinh Trach, dans la commune du même nom, district de Thoi Son, province d'An Giang (delta du Mékong) fonctionne depuis une dizaine d’années. Chaque jour, elle fournit de centaines de repas gratuits aux étudiants, enseignants et travailleurs en situation difficile.
>>À Cân Tho, des repas gratuits pour les malades pauvres
>>Hô Chi Minh-Ville : une foire à 0 dông pour les patients
>>Des œufs contre la faim

L'octogénaire Vo Van Tuân (droite) et des membres de la "cuisine philanthropique" de Vinh Trach.
Photo : Duy Tân/CVN

C’est Vo Van Tuân, aujourd’hui octogénaire, qui a créé cette cuisine spéciale avec quelques amis ayant, comme lui, le cœur sur la main.

"À nos débuts, en raison d'un financement modeste et du petit nombre de bénévoles, nous ne pouvions que préparer quotidiennement entre 40 et 50 portions de déjeuner en faveur des étudiants démunis de la commune. Durant la deuxième année, nous atteignîmes 150 à 200 portions par jour. Et actuellement, nous sommes heureux de pouvoir donner 300 portions quotidiennes aux élèves, enseignants et travailleurs pauvres", confit Vo Van Tuân avec fierté.

Parmi les bénéficiaires de sa "cuisine philanthropique" se trouvent beaucoup d’écoliers et lycéens des communes de de Vinh Trach et Vinh Khanh du district de Thoai Son.

De centaines de repas gratuits aux étudiants, enseignants et travailleurs en situation difficile chaque jour.
Photo : Duy Tân/CVN

Après une dizaine d'annés de fonctionnement, la cuisine de Vinh Trach a préparé des repas gratuits pour une valeur totale de plus de 5 milliards de dôngs. Bien que personne ne soit rémunéré, tous les bénévoles travaillent minutieusement pour fournir un service de qualité : "Nous mettons un point d’honneur à préparer des plats sains et bons afin d’offrir aux convives démunis l’opportunité de retrouver leur force et leur esprit pour continuer à étudier et à travailler", partage Nguyên Thi Mai Xuân, un des tous premiers bénévoles impliqués dans cette aventure.

En plus des repas, le lieu permet aux personnes de se reposer en proposant librement une cinquantaine de hamacs.

Malgré son âge avancé, l’octogénaire Vo Van Tuân veut continuer l’aventure et espère que de généreux mécènes pourront apporter l’assistance financière nécessaire à son groupe au grand cœur afin d’apporter des repas gratuits et du réconfort à toutes celles et ceux qui en ont besoin.

Câm Sa/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découvrez le monde des crayons de couleur à Hanoï

Quel visage aura le tourisme francophone au Vietnam après le COVID-19 ? L’activité touristique au Vietnam a été anéantie par la pandémie de COVID-19. Pour la deuxième année consécutive, les professionnels du tourisme francophones continuent à naviguer à vue en espérant un retour aux affaires après la crise.