10/12/2019 08:58
Le Vietnam déploie des efforts continus pour compléter les politiques concernant les enfants et les lois pour favoriser leur protection. Ses progrès obtenus dans la garantie des droits de l’enfant ont été reconnus à l’international.
>>Les droits de l’enfant au cœur de nos préoccupations
>>Transmettre l’amour de l’école dans les régions montagneuses

Le Vietnam s’efforce sans cesse de créer un environnement de développement favorable aux enfants par le biais de nombreux programmes et plans d’action.
Photo : CTV/CVN

Lors de la cérémonie de célébration des 30 ans de la mise en œuvre de la Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE) tenue récemment à Hanoï, Rana Flowers, représentante en chef au Vietnam du Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF), a salué les efforts déployés par le pays pour la mise en place de cette convention. Elle s’est félicitée particulièrement "des progrès du Vietnam" dans les soins de santé ainsi que dans la création d’un environnement éducatif convivial et sûr pour les enfants.

"Le Vietnam fût le premier pays d’Asie et le 2e au monde à avoir ratifié la CIDE. Le pays peut être fier de ses réalisations importantes dans la mise en œuvre des droits de l’enfant", a-t-elle précisé. Néanmoins, selon elle, on doit continuer d’agir fortement au niveau mondial ainsi qu’au Vietnam pour une mise en œuvre efficace des droits de l’enfant, et des Objectifs de développement durable (ODD) en leur faveur.

"Malgré des progrès significatifs reconnus dans le monde, la vie des enfants dans beaucoup de pays reste menacée. Nombreux d’entre eux subissent les influences de conflits armés, les impacts négatifs du développement du numérique, des changements environnementaux, de la migration et de l’urbanisation", a-t-elle reconnu.

Des engagements forts du Vietnam

Pour sa part, le ministre du Travail, des Invalides de guerre et des Affaires sociales, Dào Ngoc Dung, vice-président permanent du Comité national pour les enfants, a affirmé que l’État vietnamien avait constamment su harmoniser ses lois nationales avec la CIDE. Parallèlement au système juridique sur les droits des enfants de plus en plus perfectionné, répondant aux exigences d’intégration internationale, le gouvernement a élaboré de nombreuses politiques, programmes, plans d’action en faveur des enfants et les place au centre des priorités des investissements sociaux.

En effet, depuis que la Loi sur les enfants est entrée en vigueur le 1er juin 2017, un comité national de l’enfance a été créé et plusieurs dispositifs axés sur les enfants ont été mis sur pied. Cette Loi instaure un cadre juridique nécessaire à la protection, au soin et à l’éducation des enfants. Elle définit aussi la responsabilité des services compétents pour la tenue des engagements nationaux dans le cadre de la CIDE. Le Comité national de l’enfance est un organe interdisciplinaire censé avoir une vue globale et une cohérence d’actions.

"Cette année marque la 30e année de la mise en œuvre de la CIDE. Nous devons revoir ce que nous avons fait dans le passé afin d’en tirer des leçons puis nous orienter vers l’avenir d’un développement durable. Plus que jamais, nous devons transformer nos engagements en actions urgentes, fortes et concrètes pour ne laisser aucun enfant derrière", a souligné le ministre Dào Ngoc Dung.

"La Constitution du Vietnam ainsi que d’autres documents juridiques relatifs aux enfants ont clairement montré que la protection, le soin et l’éducation des enfants sont considérés comme un enjeu stratégique national, contribuant à la préparation et à l’amélioration de la qualité des ressources humaines pour l’industrialisation du pays et la modernisation en cours d’intégration internationale", a déclaré Tong Thi Phong, vice-présidente de l’Assemblée nationale (AN), lors de la conférence sur les politiques pour le développement global de l’enfant organisée le 23 novembre à Hanoï.

"Nous avons nos plans d’action spécifiques pour lutter contre l’exploitation, les abus sexuels, le trafic d’enfants, ou le racolage dans la toxicomanie ou dans les violations de la loi, a-t-elle affirmé. Au Vietnam, juin a été décrété comme le Mois d’action pour les enfants".

Le système juridique en matière de protection et de soin des enfants est de plus en plus perfectionné. Photo : BGL/CVN


Parlant des difficultés concernant la mise en œuvre des droits de l’enfant, la députée a insisté sur le fait qu’il était nécessaire d’identifier clairement la situation, les lacunes et proposer des solutions efficaces pour résoudre les problèmes existants, tout en assurant le principe "offrir le meilleur aux enfants et s’orienter vers l’avenir".

La réforme juridique se poursuit

Lors du colloque tenu fin octobre sur le thème de la réforme juridique au service de la protection des enfants, Dang Hoàng Oanh, vice-ministre vietnamienne de la Justice, a informé qu’au cours des 30 ans de sa mise en œuvre, le Vietnam avait fourni des efforts considérables afin de concrétiser progressivement les engagements et obligations qui s’y rapportent. Le système juridique en matière de protection et de soin des enfants est de plus en plus perfectionné, créant ainsi des bases juridiques importantes dans ce domaine.

Passant en revue les résultats obtenus, la vice-ministre a également reconnu : "Le système juridique relatif aux enfants en général, celui concernant leur protection en particulier, renferment encore des lacunes". De plus, selon elle, "la conscience de la communauté sur la Loi de l’enfant n’est pas encore élevée. De nombreux parents ne comprennent pas pleinement les droits et responsabilités de la famille vis-à-vis de l’enfant, notamment".

Reconnaissant les efforts du Vietnam dans l’amélioration du cadre juridique afin de mieux protéger les enfants contre toutes les formes de maltraitance et de violence, Lesley Miller, représentante en chef adjointe au Vietnam de l’UNICEF, a cité que le droit de l’enfant à être protégé figure dans la Constitution du Vietnam, et la Loi sur les enfants possède un chapitre à part entière sur leur protection.

Selon elle, l’UNICEF se félicite également de plusieurs dispositions renforcées du Code pénal, du Code de procédure pénale et de la Loi sur le traitement des infractions administratives pour protéger les mineurs en cas d’infraction à la loi. "La récente création d’un tribunal en charge des affaires de la famille et des mineurs au sein des Tribunaux populaires municipaux et provinciaux constitue une avancée importante en matière de déploiement des droits de l’enfant du Vietnam", a-t-elle lancé.

Néanmoins, Mme Miller a également évoqué trois défis auxquels le Vietnam doit encore faire face : la poursuite de l’application de la loi pour apporter de réels changements dans la protection des enfants ; l’amélioration du cadre juridique ; l’établissement d’un mécanisme ad hoc afin de coordonner les activités des ministères et des branches dans la mise en œuvre de la justice au service de la protection des mineurs.

Autant d’espoirs sur lesquels repose l’avenir des enfants du pays. Pleinement conscient de la situation, le gouvernement fera le nécessaire afin de toujours garantir au mieux les droits des plus jeunes.

Linh Thao/CVN
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Rendez-vous touristiques à Hôi An : les cafés-restaurants

Faites le plein d’oxygène au réservoir de Hoà Binh Le Têt arrive dans quelques jours. Si vous cherchez le lieu idéal pour le fêter, pensez à la région autour du lac de retenue de Hoà Binh. Vous ne serez pas déçus !