07/07/2018 16:16
Qu’elles soient domestiques ou étrangères, les entreprises contribuent pour beaucoup à l’expansion économique du Vietnam. Actuellement les écarts technologiques qui sont les leurs empêchent de coopérer pleinement. Ce problème était d’ailleurs au cœur du forum d’affaires du Vietnam de mi-mandat qui s'est tenu le 4 juillet à Hanoï.
>>Environnement: Hanoï souhaite coopérer avec des entreprises allemandes
>>Resserrer les liens entre les localités vietnamiennes et Chongqing (Chine)
>>Renforcement de la coopération entre les entreprises vietnamiennes et les membres de la CACCI

Vue générale du forum d’affaires du Vietnam de mi-mandat 2018, tenu le 4 juillet à Hanoï. Photo: Minh Quyêt/VNA/CVN  

D’après le ministère du Plan et de l’Investissement, 128 pays investissent au Vietnam, à ce jour, pour un montant total de 326 milliards de dollars. 26.000 projets d’investissements directs étrangers (IDE) ont été recensés. Les IDE représentent actuellement 20% du PIB et jusqu’à 72,6% des exportations nationales. 3,6 millions d’emplois directs et 6 millions d’emplois indirects ont ainsi été créés.

Un partenariat appelé à se renforcer

Les contributions des IDE à l’économie nationale sont considérables, a estimé le ministre du Plan et de l’Investissement Nguyên Chi Dung, qui a également noté que la présence depuis 30 ans d’entreprises étrangères dotées d’une gouvernance professionnelle et de technologies modernes incitent leurs consœurs vietnamiennes à innover pour avancer. Cependant, force est de constater que peu de partenariats ont été établis entre elles. La raison? Les entreprises vietnamiennes sont technologiquement incapables de produire pour de grands groupes étrangers, ce qui les tient pour l’instant à l’écart de la chaîne de valeur mondiale.

"C’est surtout un problème de savoir-faire et de technologies", a dit Nguyên Chi Dung. Et d'ajouter que "la capacité de nos entreprises à absorber, à utiliser et à développer les nouvelles technologies demeure assez faible, et du coup, elles ne sont pas en mesure d’établir des partenariats avec les entreprises étrangères, qui de leur côté sont souvent dotées des technologies les plus récentes. Il faudrait donc que nos entreprises fassent un effort d’innovation, de façon à être au niveau de leurs consœurs étrangères et à permettre à notre pays d’accéder à une croissance économique durable".

Par ailleurs, de l’avis de Tomaso Andreatta, qui est le coprésident du forum d’affaires du Vietnam, les entreprises vietnamiennes n’ont pas de politique de distribution suffisamment efficace pour que les groupes étrangers leur confient la vente de leurs produits.

Un engagement plus fort des deux côtés

Le ministre vietnamien du Plan et de l’Investissement Nguyên Chi Dung (debout) prend la parole lors du forum. Photo: VNA/CVN

Désireux de voir se développer les partenariats entre entreprises domestiques et étrangères, Nguyên Chi Dung a plaidé pour un engagement plus fort de part et d’autre. Il a ainsi demandé aux entreprises étrangères de favoriser la participation de leurs consœurs vietnamiennes à leurs chaînes de production, et à ces dernières d’innover, d’améliorer leur productivité et la qualité de leurs produits. Tout à fait possible, pour Tomaso Andreatta, qui a toutefois noté qu’une aide de l’État serait alors nécessaire, notamment pour les petites et moyennes entreprises. 

"Le gouvernement doit accompagner les entreprises domestiques", a dit Tomaso Andreatta. "Il faut faciliter leur accès aux financements et favoriser leur coopération avec les entreprises des pays de la région, de façon à leur permettre de développer leur savoir-faire et leur expérience. Mais il faut aussi créer un cadre juridique performant et un environnement transparent si l’on veut vraiment favoriser les partenariats entre les entreprises vietnamiennes et les entreprises étrangères implantées sur le territoire. Cela étant, la première chose à faire, pour les entreprises locales, c’est de réorganiser leur production et leur réseau de distribution", a-t-il continué.

Tomaso Andreatta a également insisté sur la nécessité de réduire les impôts sur les sociétés pour que celles-ci puissent augmenter leurs investissements dans la recherche et le développement.

Pour sa part, l’Association des entreprises vietnamiennes a proposé au gouvernement de fournir des services d’assistance technologique et de créer un fonds pour le développement des hautes technologies, toujours dans le but de réduire le retard et l’écart entre entreprises domestiques et étrangères. Mais c’est finalement de développement durable qu’il est question…

VOV/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Deux ophtalmologues suisses en mission bénévole à Hanoï

Le développement du tourisme Actuellement, le tourisme intelligent constitue une tendance inéluctable au Vietnam. Ce type de voyage recourt à l’application des technologies de l’information et de la communication à son essor et attache les intérêts des voyageurs à ceux de l’administration et des entreprises.