19/01/2022 15:15
Environ 4.000 patients sont arrivés à la clinique post-COVID de l'hôpital de l'Université de médecine et de pharmacie de Hô Chi Minh-Ville (HUMP) depuis plus d'un mois, pour faire des examens médicaux et recevoir le traitement post-COVID en raison de séquelles tels fatigué, essoufflement, insomnie, perte de cheveux...
>>"L'auto-isolement des F0 à la maison" : une bonne adaptation à la situation actuelle
>>Hô Chi Minh-Ville enregistre 18 nouveaux cas d’Omicron
>>Assurer suffisamment les médicaments pendant le Têt traditionnel
>>Hô Chi Minh-Ville suspend quatre hôpitaux temporaires de traitement du COVID

Des patients post-COVID font des exercices de récupération physique, à Hô Chi Minh-Ville. 
Photo : Quang Châu/CVN

Surtout, parmi eux, 50% ont des résultats d'examens, d'imagerie diagnostique qui détectent des anomalies cardiaques et pulmonaires telles que pneumonie, fibrose pulmonaire, insuffisance respiratoire aiguë et chronique, caillots sanguins provoquant une embolie. Embolie pulmonaire, thrombose veineuse, accident vasculaire cérébral... sont des complications graves et dangereuses qui nécessitent une intervention médicale immédiate ainsi qu'un traitement à long terme..

Nécessité de traitements précoces

Environ 80% des patients ont des symptômes persistants de quelques semaines à quelques mois, donc la fatigue, l’essoufflement, la chute capillaire, les palpitations cardiaques… sont nombreux. De nombreuses personnes souffrent en plus de troubles anxieux, de dépression, d'agitation, associée à l'insomnie et d'oublis, de brouillard mental, et de troubles neuro-psychiques.

Le docteur Nguyên Nhu Vinh (chef du Département d'investigation de la fonction respiratoire, l'Université de médecine et de pharmacie de Hô Chi Minh-Ville - HUMP) a déclaré que par rapport aux deux premières semaines d'ouverture de clinique post-COVID, le nombre de patients  a doublé, passant de 70-80 cas/jour à 150 cas et ce chiffre devraient augmenter encore plus dans un avenir proche.

Selon le Dr Vinh, certaines statistiques montrent que les patients sans traitement s'améliorent encore, mais cela prend plus de temps. Cependant, les patients qui présentent des complications graves et ne sont pas traités en temps opportun peuvent subir des séquelles permanentes. Selon une étude aux États-Unis, 14% des patients atteints de COVID-19 sévère après leur rétablissement et leur sortie de l'hôpital devront être ré-hospitalisés.

Au Vietnam, il n'y a pas eu de recherche ou d'enquête sur ''le COVID long''. Les estimations actuelles ne sont basées que sur les dossiers de traitement dans certains hôpitaux.

Le vice-directeur du Service municipal de la santé, Nguyên Anh Dung, a déclaré que jusqu'à présent, plus d'un demi-million de personnes dans la ville ont été contracté le COVID-19, dont plus de 300.000 sorties de l'hôpital. Ceux qui ont été hospitalisés sont pour la plupart des patients modérés ou sévères. Cela exige des services de soins post-COVID.

"Les séquelles post-COVID-19 sont vraiment une grande préoccupation. Si le patient arrive en retard à l'hôpital et que le système respiratoire ne se rétablit pas, il risque de devoir dépendre du générateur d'oxygène à vie", a déclaré le Dr Vinh.

On a remarqué une augmentation du nombre de patients de traitement post-COVID dans de nombreux hôpitaux ces derniers mois. Par exemple, l'hôpital populaire de Gia Dinh a reçu en 40 jours 1.021 patients ayant des problèmes de santé post-COVID-19.

L’hôpital Lê Van Thinh (Hô Chi Minh-Ville) met en place une clinique de traitement post-COVID. 
Photo : Quang Châu/CVN

L'hôpital de Hô Chi Minh-Ville pour la rééducation et le traitement des maladies professionnelles a reçu 1.050 cas d'examen post-COVID-19. Son directeur  Phan Minh Hoàng, a dit que parmi ceux-ci, 341 cas ont été hospitalisés pour traitement intensif (représentant 32%) et 59% des patients avaient des maladies sous-jacentes et des séquelles du COVID-19.

De plus, dans le groupe F0 (âgé de 30-50 ans), il n'y avait pas de maladie sous-jacente, mais avait des symptômes tels que des troubles anxieux, troubles du sommeil, stress.

Mise en place des services de traitement post-COVID

Les médecins recommandent à tous les patients COVID-19 de faire un examen médical général après leur sortie de l’hôpital pour la détection des séquelles, notamment les F0 sévères. Si après trois mois, il y a encore des symptômes, le patient doit être réexaminée.

Les séquelles post-COVID-19 sont identifiées comme l'un des principaux problèmes de santé de Hô Chi Minh-Ville en 2022. Afin d'offrir une prise en charge globale des patients, le ministère de la Santé déploiera deux stratégies, dont le dépistage précoce et l'intervention.

Le modèle de soins et de gestion de la santé post-COVID-19 de la ville suit également le modèle de pyramide à 3 étages. Le premier étage est le niveau médical de base pour des patients légers, le deuxième pour les patients modérés, le troisième pour les malades critiques.

Deux médecins soignent un patient du COVID-19 à Hô Chi Minh-Ville.
Photo : VNA/CVN

Actuellement, de nombreux hôpitaux ont mis en place des services de traitement post-COVID-19 tels que Pédiatrie 1, Maladies tropicales, Lê Van Thinh, Institut de médecine traditionnel et de pharmacie, Cho Rây, Thông Nhât, HUPM....

Chaque hôpital met également en œuvre ses propres activités. Ainsi l'hôpital de réadaptation et de traitement des maladies professionnelles développe un nouveau logiciel d'application pour suivre les F0 guéris, visant à la détection d'anomalies des organes.

Les patients peuvent recevoir un code QR pour pratiquer des exercices d'auto-récupération à domicile sous la direction à distance d'un physiothérapeute, a informé le Dr Hoàng.

Les méthodes de médecine traditionnelle sont également pris en compte dans le traitement post-COVID-19. Huynh Nguyên Lôc (président de l'Association de médecine traditionnelle de Hô Chi Minh-Ville) a déclaré que l'Association a coopéré avec l'Institut de médecine traditionnelle et de pharmacie, l'Hôpital de pédiatrie 2 et l’Université de médecine Pham Ngoc Thach, celle de sciences sociales et humaines pour mettre en œuvre le programme "Prendre soin de la santé des patients après l'infection au COVID-19". Le programme se déroule sur cinq mois (du 16 janvier au 29 avril) dans 22 quartiers et la ville de Thu Duc.

Selon le Dr Lôc, le programme devrait prendre en charge environ 12.000 patients F0 guéris. Dans laquelle, la première phase se concentre sur environ 6.000 personnes âgées et personnes méritantes ; la deuxième phase concerne les personnes en situation difficile.

Les patients bénéficie d’un dépistage, d’un conseil psychologique post-COVID-19, de la radiographie cardiaque et pulmonaire, de l'électrocardiogramme et de l'échographie. Chaque patient reçoit des produits de médecine traditionnelle à base d'herbes, des instructions sur les mesures d'amélioration de la santé (auto-massage, nutrition), des mesures de prévention de la réinfection...

De plus, l'Association de médecine traditionnelle de Hô Chi Minh-Ville et d'autres unités mettent en place un centre de standard pour soutenir l'information sur la prise en charge et le traitement des patients post-COVID-19.

Quang Châu/CVN

 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Rendez-vous au Centre de la quintessence du village artisanal vietnamien

Ninh Binh diversifie ses produits touristiques Dans la ville de Ninh Binh, province éponyme du Nord, la vie culturelle, les us et coutumes et l’ambiance de villages de métiers traditionnels du Vietnam d’antan sont présentées dans une zone piétonne baptisée "Ancienne rue de Hoa Lu". Il s’agit d’un des nouveaux produits touristiques de cette province.