11/07/2020 00:00
Comme beaucoup d’autres secteurs socio-économiques, le domaine de la culture et des arts du Vietnam est frappé par les impacts négatifs du coronavirus. Pour une bonne reprise des activités post-COVID, des experts ont recommandé des mesures concrètes.
>>Kim Vân Kiêu fait un tabac sur la scène du ballet
>>Relance concertée du secteur culturel

L’assistance aux artistes est très importante

Dr. Bùi Hoài Son, directeur de l’Institut national de la culture et des arts


Comme vous le savez, le secteur de la culture et des arts est un domaine spécifique lié souvent à l’organisation de programmes rassemblant du public. Pour l’homme, le besoin d’aller aux événements culturels ou artistiques n’est pas   indispensable, raison pour laquelle ce secteur fut le premier à être touché par cette crise sanitaire qui exige l’arrêt des rassemblements. Sa reprise sera plus lente que dans d’autres domaines.

Afin d’aider les activités culturelles et artistiques à surmonter cette période difficile, les gestionnaires sont très actifs dans l’évaluation des défis que rencontrent ce secteur et les artistes. Bien conscients de la situation, les organismes relevant du ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme tels que le Département des arts du spectacle, celui de la coopération internationale et l’Institut national de la culture et des arts ont recueilli les avis des professionnels, examiné des expériences internationales et réalisé des rapports d’évaluation de la situation en vue de trouver les solutions les plus adaptées.

Selon les premières évaluations, il y a au Vietnam près de 47.000 organisations en activité dans le domaine de la culture et des arts. La plupart d’entre elles sont de petite envergure avec des ressources financières modestes et qui doivent louer les sièges. Par conséquent, elles ont vraiment besoin du soutien de l'État, d’organisations voire d’individus. Selon les premières évaluations, il y a au Vietnam près de 47.000 organisations en activité dans le domaine de la culture et des arts. La plupart d’entre elles sont de petite envergure avec des ressources financières modestes et qui doivent louer les sièges. Par conséquent, elles ont vraiment besoin du soutien de l'État, d’organisations voire d’individus.

Le secteur de la culture et des arts a durement souffert de la pandémie de COVID-19 avec la quasi-totalité des événements annulés. Photo : VNA/CVN

Face au COVID-19, bon nombre de pays dans le monde ont pris des politiques pour soutenir les entreprises et les habitants et, bien sûr, le secteur de la culture et des arts. L’Institut national de la culture et des arts a également fait des recommandations aux autorités compétentes. Concrètement, à court terme, nous leur proposons d’exonérer le paiement de la TVA en 2020, de la baisser l’année prochaine, de reporter le paiement de l’assurance sociale et de l’assurance-chômage en faveur des organisations du secteur du 1er semestre de l’année. En outre, nous recommandons des taux d’intérêt préférentiels pour les prêts bancaires, sans oublier un soutien gratuit dans l’utilisation des plateformes technologiques et numériques au service de l’organisation d’événements. Dans le cas particulier des artistes, l’exonération de l’impôt sur le revenu individuel en 2020-2021 est vraiment nécessaire.

À moyen et long termes, il sera nécessaire de créer un Fonds de soutien aux activités culturelles et artistiques, d’élaborer des programmes de partenariat public-privé en vue de créer un environnement favorable à la valorisation de la créativité des artistes, et de profiter des assistances d’entreprises et groupes de technologies de l’information et de la communication en faveur des activités du secteur.


Le Fonds de soutien au cinéma, levier pour l’essor du secteur

La scénariste Trinh Thanh Nha


Concernant les producteurs cinématographiques privés, la pandémie a plombé leur situation finan-cière, en particulier ceux aux ressources limitées. En tant qu’observatrice du secteur, je pense que comme plusieurs autres secteurs de production, le gouvernement doit prendre des mesures de soutien appropriées à l’industrie cinématographique. Le Fonds de soutien au cinéma est un rêve de longue date des professionnels du secteur. Il aidera les cinéastes enthousiastes et dévoués à être confiants lors du lancement des productions artistiques.

Si ce Fonds est bien géré, il pourra soutenir le 7e art en finançant des projets haut de gamme, via une évaluation et une sélection rigoureuses. Avec les évolutions complexes du coronavirus dans le monde, sa naissance sera un levier fort pour l’essor de l’industrie cinématographique nationale. Je peux dire qu’à certains égards, la rupture des activités pendant la pandémie a permis aux producteurs et artistes de faire le point et de réévaluer leurs objectifs.

Pour que ce Fonds puisse voir le jour bientôt, je pense qu’il faut une aide concrète du gouvernement. À la somme initiale versée par le budget de l'État, je pense que de nombreuses grandes entreprises vietnamiennes et des Vietnamiens à l’étranger y contribueront de manière significative. Car je les ai vus contribuer à plusieurs projets cinématographiques importants. Une fois le Fonds disponible, il est certain que les films traitant de l’histoire, de la culture, de la guerre, de la révolution… seront soutenus. Et une fois qu’il disposera d’un mécanisme de fonctionnement transparent, il sera alimenté abondamment par des ressources financières variées.

Linh Thao - Tâm Anh/CVN

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une expérience inoubliable pour les étudiants francophones au Vietnam

L'île de Phu Quôc développe une agriculture écologique liée au tourisme Le district insulaire de Phu Quôc, province de Kiên Giang (Sud), est déterminé à développer un modèle de production agricole écologique associé aux services et au tourisme afin de créer plus de produits touristiques d'ici 2025 et à l'horizon 2030.