08/08/2020 08:08
La détection des explosifs était une entreprise périlleuse, souvent comparée à la recherche de l’ange de la mort lui-même. Mais à l’ère 4.0, avec l’aide des machines, la mission est plus sûre que jamais. Comment fonctionnent ces outils ? Découverte de deux d’entre eux à Quang Tri.
>>Le Vietnam souhaite plus de soutien sud-coréen à ses efforts de déminage
>>Khanh Hoà accord neuf milliards de dôngs aux opérations de déminage
>>Soutien des ONG américaines dans le déminage à Quang Tri

Faire marcher la Scopion nécessite un appareillage sophistiqué.

Il est très rare de voir aujourd’hui les démineurs se rendre directement sur le terrain, un détecteur dans une main et une pelle dans l’autre. Depuis quelques années, les innovations techniques permettent de détecter les explosifs à plusieurs centaines de mètres et rendent le travail des démineurs beaucoup plus sûr.

Bearcat, plus qu’une débroussailleuse

Un jour de juin, dans une pinède de la province de Quang Tri (Centre), suspectée d’être minée, Hoàng Anh Son, un employé du projet de déminage Renew/NPA, vérifie une débroussailleuse de la marque Bearcat. À l’ombre des hauts pins, le terrain doit être défriché et un grand nombre d’arbustes seront déracinés.

"Nous ne pouvons débroussailler la surface qu’à l’aide de la Bearcat", explique-t-il. En effet, pour commencer le travail de déminage, tous les arbres et autres obstacles qui pourraient empêcher la détection des explosifs enfouis sous terre doivent être retirés.

Selon Mai Anh Viêt, un cadre chargé de la gestion des activités du projet à Quang Tri, le déblaiement de terrain lors d’une mission de déminage a peu en commun avec la tonte d’une pelouse. "Nettoyer le terrain était auparavant une tâche à la fois difficile et dangereuse. Manier la débroussailleuse à la main et se rendre directement sur le terrain, c’est également risquer de toucher des pierres dans le meilleur des cas, mais aussi éventuellement entrer en contact avec des substances explosives. Le danger physique était considérable", souligne-t-il.

La peur d’accidents au cours des opérations de défrichage des terrains a disparu en 2018 avec l’apparition de ladite machine. La débroussailleuse, de grande taille, peut être télécommandée. Son moteur de 100 chevaux et sa tête de coupe d’une capacité de 2.000 tours/minute lui permettent de couper des buissons d’un diamètre de 20 cm. L’opérateur, situé à plusieurs dizaines, voire centaines de mètres, dirige la machine grâce à un écran où s’affichent les images des caméras intégrées à la machine.

Outre la coupe d’arbustes, la Bearcat réduit le bois en copeaux qu’elle rassemble en un tas, soulageant ainsi la tâche de nettoyage et le travail de déminage qui suit.

Hoàng Anh Son en train de contrôler la Bearcat.

Selon les estimations, du 11 mai au 30 octobre, en l’espace de six mois, la Bearcat devrait faciliter le déminage de 175.000 m2 de terrains, soit un rendement trois fois plus élevé par rapport aux débroussailleuses manuelles.

Dans le cadre du projet, une équipe de six personnes a été formée par des experts étrangers à l’utilisation de la machine. Bien que le travail de défrichement soit facilité, manier la Bearcat exige une forte concentration. "Quand je guide la machine, je n’entends plus rien, même si quelqu’un parle juste à côté de moi. C’est comme si la machine et moi ne faisions plus qu’un", partage Hoàng Anh Son.

Un scorpion puissant

Scorpion, c’est le nom de la machine en charge du déminage depuis mai 2020 à Quang Tri. Dinh Ngoc Vu, vice-président du Centre provincial d’actions de déminage de Quang Tri, explique que Scorpion est un détecteur de métaux destiné à repérer les bombes non explosées et qu’il a été financé par le Département de la Défense des États-Unis.

La Scorpion détecte de nombreux signaux simultanément lors du scan du terrain et sauvegarde les informations qui sont par la suite analysées. "Cette machine fonctionne concrètement comme un échographe, une technique habituellement utilisée en médecine. La Scorpion fait, quant à elle, l’échographie de la terre pour y détecter des métaux et autres substances explosives", explique le vice-président. Il révèle également que les données collectées par la Scorpion sont précises et présentent un haut niveau exactitude. Elles sont donc une source précieuse pour la recherche dans d’autres domaines. 

Les onze membres du projet Renew/NPA habilités à la manipuler ont suivi une formation de six semaines avec des experts étrangers. Les ondes électromagnétiques interférant avec celles de l’échographe, il est obligatoire d’éteindre son téléphone portable à proximité de la machine lorsqu’elle est active pour ne pas entraver son bon fonctionnement.

Texte et photos : Mai Quynh - Nguyên Phuc/CVN

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Banh cuôn au fruit de dragon – un plat irrésistible à déguster

Le 2e programme de promotion du tourisme : l’accent mis sur la sécurité Une conférence co-organisée par l’Administration nationale du tourisme du Vietnam (ANTV), le ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme et le journal en ligne VnExpress à Hanoi le 24 septembre s’est focalisée sur le thème "Stimuler la demande touristique – Expérimenter un Vietnam sûr et attrayant".