06/12/2020 09:22
Le ramassage des déchets est toujours assuré par les services locaux. Mais pour promouvoir une conscience écologique partagée par la population, il faut du temps. De nombreux jeunes s’y engagent.
>>L'île de Côn Dao lance un programme zéro déchet plastique
>>Un jeune volontaire ramasse les ordures à travers le Vietnam
 
Jeunes ramassant les déchets sur le lac Ba Bê dans la province de Bac Kan (Nord).
Photo : DLV/CVN

Au lac Ba Bê dans la province de Bac Kan, au Nord. Une pirogue à moteur surfe sur l’eau scintillante, se dirigeant vers la chute Dâu Dang. Sur les berges, un brouillard persistant cache parfois les montagnes en arrière-plan.

An Phuc, un jeune participant au programme de ramassage des déchets pour protéger le site, partage qu’il connaît le lac Ba Bê depuis la première classe de l’école primaire (équivalant au CP en France) par un texte lu en classe. Il a été à l’époque subjugué par l’image du lac aux eaux limpides et de ses pirogues monoxyles. Il est aujourd’hui attristé de voir un film d’huile dérivant à la surface du lac et les nombreux bouteilles et déchets en plastique. Au milieu des îles An Ma, Ba Goa et Ao Tiên et des embarcadères, le volume de déchets plastiques est encore plus important.

"Après les pluies, le lac doit +recevoir+ un grand nombre de déchets, jetés par les habitants en amont des rivières Pe Lâm, Pe Lù et Pe Lèng et même par les visiteurs. Ces derniers les jettent aussi directement dans le lac ou les mettent dans les trous d’arbres et de roches", fait part un pilote d’une pirogue.

Aimer, c’est protéger

En direction du hameau de Pac Ngoi, un paysage imaginable apparaît : des masses de déchets sur des dizaines de mètres carrés dérivent sur le lac. Toutes les pirogues dans le cadre dudit programme de ramassage des déchets sont alors mobilisées. À la fin de l’après-midi, l’équipe, composée d’une cinquantaine de personnes, est arrivée à repêcher toutes ces immondices.

Voyant le camion bien recouvert par les déchets du lac, Nguyên Tuân Linh, organisateur du programme, est triste. Avant de devenir propriétaire d’un homestay au bord du lac, il travaillait comme pilote de pirogue sur le lac Ba Bê. Fin 2010, voyant l’augmentation constante des déchets jetés dans le lac, il a fondé une équipe de volontaires, en collaboration avec des habitants, pour collecter les détritus. Chaque jour, il conduit des bénévoles dans sa pirogue pour récupérer les déchets et les apporter ensuite à la décharge.

Nguyên Tuân Linh, organisateur du programme de ramassage des déchets sur le lac Ba Bê. Photo : DLV/CVN
Pourquoi a-t-il lancé ce programme ? Tuân Linh indique que c’est tout simplement parce qu’il aime la nature, le paysage et l’atmosphère de ce site qu’il trouve qu’il y a trop de déchets et qu’il considère que la protection de la nature est le devoir de chacun.

L’été 2020 a marqué la 2e édition du programme et a rassemblé une cinquantaine de participants venant de différentes villes et provinces. "Je voudrais nettoyer non seulement le lac Ba Bê et ses alentours, mais aussi d’autres lieux et sites touristiques. Je crois que le ramassage des déchets dans les régions montagneuses n’est pas facile car les habitants n’ont pas encore conscience de la nécessité de la protection de l’environnement. En effectuant un nettoyage dans les communes reculées, les habitants locaux voyant des visiteurs s’occuper de leur environnement prendront conscience de l’utilité de limiter le rejet des déchets", ajoute-t-il.

Agir avant qu’il ne soit trop tard

À la fin du mois de mai dernier, les membres du groupe "Công dông xanh Viêt Nam" (Communauté verte du Vietnam) ont organisé une journée de ramassage des déchets dans de nombreuses localités du pays. Des volontaires se sont ainsi rassemblés dans une quarantaine de villes et ont ramassé plus de 1.000 tonnes de déchets. "Je trouve que c’est une bonne manière de protéger ma vie comme la nôtre. C’est le moment d’agir, ce n’est plus celui de seulement parler. Car toutes les paroles deviendront vides de sens sans agir. Nous entendons faire passer le message de la protection de la nature à travers nos activités, surtout auprès des habitants de chaque lieu", partage Quynh Tham, une volontaire.

Fondé en 2019, le groupe "Công dông xanh Viêt Nam" comptabilise actuellement plus de 3.000 membres. La plupart sont des jeunes fervents de la protection de la nature. En principe, ils ramassent les déchets dans des lieux publics comme dans les rues, les plages et les destinations touristiques  au cours d’une soirée de week-end.

"Nous tenons à transmettre un mode de vie éco-responsable, à sensibiliser les gens à la protection de l’environnement. Notre pays est le 3e du monde au niveau du volume de déchets plastiques, si on n’agit pas, la pollution environnementale deviendra ingérable", souligne Nguyên Ngoc Anh, responsable du groupe.
Mai Quynh/CVN
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Hông Mi, l'alcool qui fait la fierté de Bac Hà

Quang Binh : 122 millions d'euros pour le Festival international des fleurs 2023 Le Festival international des fleurs 2023 aura lieu du 1er décembre 2023 au 31 mai 2024 dans la commune de Hai Ninh, district de Quang Ninh, province de Quang Binh (Centre), sur une superficie de 89 ha.