02/06/2011 03:44
De janvier à avril, les exportations de produits forestiers ont atteint 1,2 milliard de dollars, ce qui a permis à l'Association du bois et des produits forestiers du Vietnam (Vifores) d'estimer leur montant pour toute l'année à 4-4,2 milliards, nouveau record absolu.
Le chiffre d'affaire à l'exportation de produits du bois ont été, l'année dernière, de 3,43 milliards de dollars, faisant du Vietnam le premier des sept pays exportateurs de produits forestier membre de l'Association du bois de l'Asie du Sud-Est.

Si aujourd'hui l'Europe et les États-Unis demeurent les premiers clients du Vietnam, il est estimé que dans les cinq prochaines années, les marchés de l'Asie devrait nettement se développer jusqu'à supplanter les précédents.

L'accord de libre-échange régional va en effet permettre aux pays de l'Asie du Sud-Est de supprimer toutes barrières au commerce dans la région jusqu'en 2015 et l'apparition d'un marché commun de l'ASEAN (Association des Nations de l'Asie du Sud-Est). Une zone de libre échange qui offre la grande opportunité offrirait au Vietnam de commercialiser de tels produits auprès des 700 millions de consommateurs potentiels de l'Asie du Sud-Est, sans compter ceux de marchés voisins, tels que la Chine, le Japon ou la République de Corée.

Une opportunité qui vaut de se donner la peine

Une telle opportunité n'est pas gratuite, un certain nombre de problèmes récurrents de ce secteur doivent en effet être réglés afin de l'exploiter pleinement.

L'un des plus préoccupants concerne l'approvisionnement en matériau brut, car en effet la production nationale est insuffisante pour l'activité de ce secteur. Le pays est donc obligé d'importer du bois, le développement sylvicole prenant nécessairement un certain temps.

Or actuellement, les cours mondiaux des matières premières, y compris d'entrée de gamme, ont augmenté de 100 dollars en glissement annuel, ce qui réduit la marge bénéficiaire des entreprises de ce secteur. Conséquence, le bénéfice moyen de l'exportation de produits du bois est aujourd'hui de moins de 7%, au lieu d'entre 10% et 20% selon la gamme il y a cinq ans.

Selon le ministère de l'Agriculture et du Développement rural, l'importation de matières premières du mois d'avril se sont élevées à 110 millions de dollars, et depuis le début de cette année, à 356 millions de dollars, ce qui représente une augmentation de 18% en glissement annuel.

Au delà des seuls cours mondiaux, trouver des fournisseurs est également difficile, car il est impératif de s'assurer de ce que ces matières premières proviennent d'une exploitation dans des conditions légales, dont il sera demandé les justificatifs par les marchés importateurs de produits qui en seront issus... Cependant, Vifores a réussi depuis le début de l'année à trouver plusieurs nouveaux fournisseurs.

Il existe d'autres exigences juridiques, telle le certificat de gestion durable des forêts (FSC - Forest Stewardeship Council), qui est demandé pour l'importation de tout produit en bois sur la plupart des marchés, à commencer par l'Union européenne et les États-Unis...

Actuellement le Vietnam compte 16.500 ha de forêts possédant cette certification, la stratégie de développement sylvicole pour la période 2006-2020 en prévoyant 2,6 millions d'hectares d'ici 2020.

Câm Sa/CVN
2/6/2011
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Banh cuôn au fruit de dragon – un plat irrésistible à déguster

Le 2e programme de promotion du tourisme : l’accent mis sur la sécurité Une conférence co-organisée par l’Administration nationale du tourisme du Vietnam (ANTV), le ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme et le journal en ligne VnExpress à Hanoi le 24 septembre s’est focalisée sur le thème "Stimuler la demande touristique – Expérimenter un Vietnam sûr et attrayant".