09/03/2020 09:25
Des experts italiens ont salué les efforts chinois de lutte contre le nouveau coronavirus, tout en désavouant un présentateur de la chaîne télévisée américaine Fox News appelant à des "excuses officielles" de la Chine pour l'épidémie de COVID-19.
>>Coronavirus : quarantaine pour plus de 15 millions d'habitants en Italie
>>Écoles fermées en Italie, le monde en ordre de bataille
>>Italie : les frontières restent ouvertes, le virus en Toscane et Sicile

Avec quelque 6.000 cas confirmés de COVID-19, l'Italie fait partie des pays les plus durement touchés outre la Chine. Photo : AFP/VNA/CVN

Lundi 2 mars, le présentateur américain Jesse Watters a exigé des excuses de la Chine pour l'épidémie de COVID-19. Toutefois, le fait que la Chine ait rapporté l'épidémie en premier n'en fait pas nécessairement l'origine du virus. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré que la propagation du virus était un problème mondial et que la recherche de la source de ce coronavirus était toujours en cours.

"Je pense que nous devons passer outre la tentation de donner des nationalités aux maladies", a estimé Massimo Galli, professeur en biomédecine et directeur du Département des maladies infectieuses à l'hôpital L. Sacco de Milan. "J'étais en visioconférence avec des chercheurs en Chine ce matin, et croyez-moi, ils font tout ce qui est en leur pouvoir pour faire face à ce problème, partager les résultats de leurs recherches et leurs stratégies en toute transparence", a-t-il assuré.

Avec quelque 6.000 cas confirmés de COVID-19, l'Italie fait partie des pays les plus durement touchés outre la Chine. Fabrizio Pregliasco, chercheur au Département des sciences biomédicales de la santé de l'Université de Milan, a décaré : "Je ne pense pas qu'il y ait quoi que ce soit à gagner en cherchant des responsables ou des coupables". "Il serait plus intéressant de connaître le type de comportements qui a permis au virus de se propager si rapidement", a-t-il déclaré.

M. Pregliasco a relevé que ces dernières semaines, les scientifiques et responsables politiques chinois avaient fait des efforts pour aider le monde à comprendre le coronavirus et à limiter sa propagation. Au sujet de la lutte contre le coronavirus, Matteo Bassetti, directeur de la clinique des maladies infectieuses de la ville italienne portuaire de Gênes, a qualifié les efforts chinois de lutte contre le coronavirus de "réussis".

Concernant l'épidémie de coronavirus, Gian Franco Gallo, analyste des risques politiques chez ABS Securities, a déclaré qu'"il s'agissait d'un problème planétaire". "Ebola a commencé en Afrique, la grippe espagnole a été découverte pour la première fois aux États-Unis. La prochaine pourrait commencer en Europe. Le monde doit travailler ensemble pour résoudre ces problèmes planétaires", a-t-il indiqué.

Xinhua/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Centre de l’information et de la bibliothèque Luong Dinh Cua

Une Le district montagneux de Huong Hoa, province de Quang Tri, au Centre, s’attèle à un projet de taille : devenir une terre de floriculture et attirer les touristes. Créer une "mini Dà Lat" en somme, un surnom dont on l’affuble déjà !