01/11/2019 22:16
L’exposition ayant pour le thème "Estampes populaires de Dông Hô : le passé et le présent" a ouvert ses portes jeudi après-midi 31 octobre au Musée des beaux-arts du Vietnam, à Hanoï. Une centaine d’œuvres et d’objets tels que des planches de bois, papiers traditionnels et autres collections précieuses anciennes et plus contemporaines y sont exposées.
>>L’avenir des estampes de Dông Hô entre les mains de l’UNESCO
>>La confection d’estampes à Dông Hô: un véritable art
>>Lê Bich et la passion pour les estampes de Dông Hô

Ouverture de l’exposition sur l’estampe de Dông Hô, le 31 octobre à Hanoï.

L’exposition est organisée par le Comité populaire de la province de Bac Ninh (Nord), terre natale de l’art populaire des estampes de Dông Hô, en partenariat avec le ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme.

"L’estampe folklorique de Dông Hô est un art traditionnel emblématique du Vietnam, reflétant de manière vivante et sincère la vie quotidienne de la population vietnamienne. À cette occasion, les visiteurs ont l’occasion d’admirer d’anciennes œuvres et d’estampes créées selon les styles et techniques d’artisans tels que Nguyên Dang Chê, Nguyên Huu Qua, Nguyên Thi Oanh, Nguyên Dang Sân, ainsi que des œuvres conservées par le Musée des beaux-arts du Vietnam", a informé Nguyên Van Phong, vice-président du Comité populaire de la province de Bac Ninh.

Des planches de bois de l’artisan Nguyên Dang Chê exposées.

À l’heure actuelle, le Vietnam prépare un dossier pour l’inscription de l’art populaire des estampes Dông Hô sur la Liste du patrimoine culturel immatériel de l’humanité nécessitant une sauvegarde urgente à soumettre à l’Organisation onusienne de la culture, de la science et de l’éducation (UNESCO). "L’exposition fait partie des activités aidant à la préparation de ce dossier. Il s’agit d’une bonne occasion pour la promotion de cet art", a expliqué le Professeur et Docteur Bùi Hoài Son, directeur de l’Institut national de la culture et des arts du Vietnam.

D’après lui, se tient vendredi 1er novembre à Hanoï, un colloque international sur la protection et la promotion des valeurs artistiques des estampes populaires Dông Hô. "Ce qui permettra aux artisans, aux experts du Vietnam et de l’étranger de discuter des moyens de préservation et de promotion de ce patrimoine culturel immatériel national", a-t-il souligné.

L’exposition attire de nombreux visiteurs tant vietnamiens qu’étrangers.

Tradition de longue date

L’art populaire des estampes de Dông Hô date du XVIIe siècle et vient du village éponyme, commune de Song Hô, district de Thuân Thanh, province de Bac Ninh (Nord). En 1945, le village comptait 17 lignées fabriquant des estampes, désormais il n’en reste que deux qui pratiquent encore ce métier, celles des artisans Nguyên Huu Qua et Nguyên Dang Chê. Ils ont le mérite de préserver ce métier, à savoir plus de 1.000 planches de gravure de bois et en ont restauré 500 autres.

Les estampes sont réalisées sur du papier traditionnel appelé  (rhamnoneuron balansae) badigeonné de nacre (diêp). Le  est à la fois poreux, doux, mince, résistant et absorbant. L’encre y pénètre facilement sans déborder de ses contours. Sur le papier, on ajoute une couche de nacre mêlé à de la poudre de riz pour lui donner un éclat irisé.

L’artisan Nguyên Huu Qua (droite) présente la technique de production de l’estampe de Dông Hô.

La technique s’est transmise de génération en génération. Les planches de bois sont gravées différemment selon le résultat recherché. Les feuilles sont teintées à l’aide de couleurs naturelles telles que la sève de sumac, l’hibiscus pour le rouge, le vert de gris, les aiguilles de pin et coquilles d’huîtres écrasées pour le vert, la cendre de paille de riz et de feuilles de bambous brûlées pour le noir, les pousses de sophora pour le jaune et le nacre moulu pour le blanc notamment, afin d’éviter la décoloration rapide des estampes.

Musée des beaux-arts du Vietnam

66, rue Nguyên Thai Hoc, arrondissement de Ba Dinh, à Hanoï

Heure d’ouverture : de 08h30 à 17h00 du lundi au dimanche

Entrée libre
 
Jadis, les habitants du delta du fleuve Rouge avaient l’habitude de décorer leur maison à l’occasion du Têt traditionnel avec des estampes populaires de Dông Hô afin de s’attirer paix et bonheur pour l’année à venir, partage Bùi Hoài Son, directeur de l’Institut national de la culture et des arts du Vietnam.

Au fil du temps, les estampes de Dông Hô ont su constituer un produit culturel spirituel pour de nombreux Vietnamiens. Ces œuvres, qui firent partie de la vie des Vietnamiens de plusieurs générations, ont été reconnues, en 2012 par l’État, comme patrimoine culturel immatériel nécessitant une sauvegarde urgente du pays.

Dans le cadre de l’exposition, les visiteurs auront le plaisir de produire eux-mêmes une estampe de Dông Hô.

Clôture le 31 janvier 2020.

Texte et photos : Hoàng Phuong/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Franconomics 2019 : entreprises, universités et localités se relient

Le yacht français Le Lapérouse en escale à Hô Chi Minh-Ville Le yacht cinq étoiles de la série Explorers, Le Lapérouse, battant papillon français, a jeté l’ancre à Hô Chi Minh-Ville et y restera amarré pendant plusieurs jours. Il s’agit de la première visite de ce navire touristique dans la mégapole du Sud.