15/04/2018 16:26
Des gants en plastique et des masques médicaux jonchent le sol parmi un amas de décombres. Des employés du centre de recherche syrien détruit quelques heures plus tôt par des frappes occidentales assurent qu'ils ne produisaient aucune arme chimique

>>L'ONU n'a pas pu adopter une résolution 
>>Macron et May en chefs de guerre pour frapper le régime syrien
>>Soutien majoritaire aux frappes en Syrie, division sur le Venezuela

 

Un soldat syrien sur les décombres d'un centre de recherche à Damas touché par des frappes occidentales, lors d'une visite de presse organisée par le ministère de l'Information, le 14 avril 2018. Photo : AFP/VNA/CVN


Dans le quartier de Barzé du nord-est de Damas, une odeur de brûlé et des colonnes de fumée se dégagent des ruines d'un bâtiment de trois étages totalement effondré. 

Des employés se sont dépêchés aux premières heures de la journée pour inspecter les lieux après avoir appris la nouvelle.

Dans la nuit, les États-Unis, la France et le Royaume-Uni ont frappé trois sites liés au programme d'armement chimique du régime de Bachar al-Assad, accusé d'avoir mené une semaine auparavant une attaque chimique meurtrière dans une ville rebelle près de Damas.

"S'il y avait des armes chimiques, nous ne serions pas ici", affirme, ironique, Said Said, un ingénieur qui travaillait dans le centre.

"Je suis ici depuis 05h30... et je suis en pleine forme et ne tousse même pas!", lance-t-il à l'AFP, lors d'une visite de presse organisée par le ministère syrien de l'Information.

"Nous menions ici des travaux de recherche et de développement dans la production pharmaceutique et l'industrie chimique civile", soutient-il.

Pour les Occidentaux, le bâtiment visé à Barzé abritait "un centre de recherche, de développement, de production et de test de la technologie d'armement chimique et biologique" du régime syrien.

"Grâce à Dieu, il n'y a pas eu de victimes civiles. Le bâtiment était vide lorsqu'il a été visé", dit M. Said.


Photo provenant du site internet de l'agence de presse officielle syrienne le 14 avril 2018 d'une explosion dans la banlieue de Damas après des frappes aériennes d'Occidentaux.
Photo : AFP/VNA/CVN


Médicaments et jouets

Le régime syrien a dénoncé une "agression barbare et brutale" des Occidentaux, qui l'accusent d'être responsable de l'attaque présumée aux "gaz toxiques" le 7 avril à Douma, ancien bastion rebelle près de Damas, qui a fait plus de 40 morts, selon des secouristes locaux.

Damas et son allié russe ont nié toute responsabilité, dénonçant des "fabrications" et une "mise en scène" des rebelles.

En bombardant le site de Barzé, "nous avons atteint le coeur du programme d'armes chimiques syrien", a affirmé un haut responsable du Pentagone, le général Kenneth McKenzie.

Ces frappes occidentales ont coïncidé avec le début d'une enquête menée à Douma par l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), qui a assuré qu'elles n'allaient pas entraver ses investigations.

M. Said, qui se présente comme le responsable du département spécialisé dans la peinture et le plastique, ne comprend pas pourquoi le centre de Barzé a été pris pour cible.

"C'était un laboratoire d'analyse où s'effectuaient des tests sur des produits chimiques utilisés dans les produits alimentaires, les médicaments et les jouets pour enfants. On y produisait également des médicaments contre le cancer ou des antidotes au venin de scorpion et de serpent", assure M. Said.

Et selon lui, les enquêteurs de l'OIAC avaient déjà visité ce centre et "confirmé qu'il ne produisait aucune arme chimique".

"Ils s'installaient et travaillaient dans nos laboratoires et nous avons entièrement coopéré avec eux", explique-t-il. 

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une visite au village des forgerons de Pac Rang

Quang Ninh accueille le 15 millionième touriste étranger du Vietnam Le Vietnam devrait accueillir son 15 millionième visiteur étranger en 2018 à la ville de Ha Long, dans la province côtière de Quang Ninh (Nord), fin novembre ou début décembre.