20/06/2015 08:23
La saison estivale est synonyme de vacances scolaires. Une période qui n’est pourtant pas de tout répit pour les enfants, qui participent à des cours d’été. Objectif : optimiser leurs temps libres et ne pas rester visser à un écran.
>>Les vacanciers se ruent vers les plages
>>Les cours d’été, un bol d’air pour les enfants
>>Vacances d’été : joindre l’utile à l’agréable

En été, les centres culturels et sportifs en ville proposent des cours d’été destinés aux enfants. Photo : CTV/CVN

Deux jours après la clôture scolaire au Collège de Linh Nam, arrondissement de Hoàng Mai, à Hanoi, Thu Hà, 12 ans, a appris que ses parents l’avait inscrite à un cours de piano au Palais des pionniers de Hanoi, pour trois demi-journées par semaine. En outre, Thu Hà va suivre un cours d’anglais au Centre Apolo, les lundi, mercredi et vendredi matins. Durant son temps libre, sa mère l’emmènera à la Bibliothèque nationale.

Comme ceux de Thu Hà, de nombreux parents vivant en ville décident d’inscrire leurs enfants (élèves de primaire et collégiens notamment) à des cours d’été. Pour qu’ils profitent de leur temps libre afin d’acquérir de nouvelles connaissances, d’après leurs explications.

Un large éventail d’offres

Afin de répondre au mieux aux besoins des enfants et de leurs parents, dès les dernières semaines du mois de mai, les centres d’activités culturelles et sportives programment le calendrier de leurs cours d’été. Ils les affichent à l’entrée des bâtiments et distribuent des brochures aux enfants et aux parents à la sortie des écoles. Ces centres proposent un large éventail de cours, dans les domaines de l’art, du sport, de la musique, etc. Mais aussi en lien avec les disciplines étudiées à l’école, pour tous les âges et les niveaux.

Le Centre culturel Linh Anh, basé dans le quartier résidentiel de Viêt Hung, arrondissement de Long Biên, offre un programme riche en activités : entraînement à l’écriture pour les élèves primaires, anglais, danse sportive, danse du ventre, volley-ball, football, taekwondo, etc.  

«Les parents viennent étudier l’offre en cours d’été dès la dernière semaine de mai. Nous leur proposons des activités dans une vingtaine de clubs», confie Hoàng Lan, chargé des inscriptions du Centre, en montrant sur le tableau devant la porte d’entrée. 

Situé en plein cœur de la capitale, le Palais des pionniers de Hanoi, rue Ly Thai Tô, est l’un des endroits les plus fréquentés par les enfants qui participent à des cours d’été. L’ensemble des cours sont affichés sur trois grands tableaux. Ils sont divisés en trois groupes : sports (football, volley-ball, échecs, danse sportive, danse moderne), disciplines scolaires (anglais, mathématiques, vietnamien), arts et musique (cuisine, stylisme, défilé de mode, couture, origamis, artisanat, piano, violon, art oratoire). Sans compter des cours sur le savoir-vivre. Un vaste choix pour les parents.

Pour varier l’offre, beaucoup de centres organisent des ateliers d’art d’un mois, des colonies de vacances d’une semaine ou des séjours dans des camps militaires de sept à dix jours. Ces cinq dernières années, des centres en plein air ont aussi ouverts. Ils offrent un accueil quotidien ainsi qu’un choix d’activités au grand air. Une formule appréciée par les parents, car elle permet à leurs enfants de vivre une expérience en collectivité.

Ne pas laisser les enfants
seuls à la maison


Les parents inscrivent leurs enfants à des cours d’été pour que, durant leur absence, ils rentabilisent leur temps libre. Ils les inscrivent généralement au moins à un cours d’été. «Nous ne voulons pas laisser notre fille seule à la maison. À son âge, elle est très curieuse. Si nous ne la surveillons pas, nous craignons qu’elle surfe sur le net toute la journée et qu’elle visite des sites qui ne lui sont pas destinés. Je l’ai donc inscrite à des cours d’été dans des centres culturels et éducatifs», explique la mère de Thu Hà.


Un cours de danse sportive au Centre culturel Linh Anh à Hanoi.
Photo : Anh Tuân/VNA/CVN



Après avoir lu attentivement les programmes d’été au Palais des pionniers de Hanoi, Mme Thanh Vân, mère d’un enfant de 10 ans, domiciliée dans l’arrondissement de Câu Giây, a décidé de l’inscrire à des cours sportifs. «Durant l’année scolaire, mon fils s’est consacré aux disciplines scolaires. En été, je veux qu’il se relaxe en pratiquant des activités physiques qui sont bonnes pour sa santé», confie-t-elle, en précisant que son fils aimerait pratiquer la danse sportive.

Alors que la mère de Thu Hà ou Mme Thanh Vân choisissent le sport et la musique pour leurs enfants, beaucoup d’autres préfèrent qu’ils continuent de suivre des cours en lien avec les disciplines qu’ils étudient à l’école (mathématiques, anglais, etc.), pour se perfectionner. Leur explication : les enfants ont toujours besoin de réviser leurs connaissances.

«J’ai inscrit mon fils de 15 ans à des cours d’anglais, de mathématiques et de littérature au Palais des pionniers de Hanoi. Je veux que les professeurs l’aident à consolider et à revoir ses connaissances. De plus, je ne veux pas le laisser à la maison seul toute la journée sans surveillance», confie M. Toàn, pédiatre domicilié dans l’arrondissement de Ba Dinh, à Hanoi.

Les parents qui choisissent des séjours militaires ont aussi leurs raisons. «Cet été, mon fils participera à un séjour de dix jours en milieu militaire, programmé par un centre culturel de l’arrondissement. Je veux qu’il s’essaie à la vie d’un petit soldat, sans ses parents ni sa famille. Cela lui permettra de gagner en courage et en indépendance», commente M. Hùng, père d’un fils de 15 ans et habitant dans l’arrondissement de Hoàng Mai.

Grâce aux activités estivales,  les petits citadins peuvent ainsi diversifier leurs relations sociales, enrichir leur savoir-vivre ou pratiquer les sports. 
 
Linh Thao/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’empreinte de l’AUF en Asie-Pacifique après 25 ans

Ninh Binh accueillera l’Année nationale du tourisme 2020 "Hoa Lu - ancienne capitale du millénaire" sera le thème de l’Année nationale du tourisme 2020 qui sera organisée dans la province de Ninh Binh, au Nord. L’information a été rendue publique lors de la première réunion du Comité national de pilotage de l’Année nationale du tourisme 2020 - Ninh Binh, tenu à Hanoï mercredi 21 août.