15/02/2021 15:58
Des sauveteurs en Inde ont commencé dimanche 14 février à évacuer des corps retrouvés dans un tunnel plein de boue, une semaine après la crue subite meurtrière qui a dévasté une vallée himalayenne dans le Nord du pays.
>>Inde : grâce aux évacuations, le cyclone n'a fait aucune victime selon les autorités
>>Inondations en Inde : 119 morts dans le Nord

Des secouristes transportent le corps d'une victime retrouvée dans un tunnel à Tapovan, le 14 février en Inde.
Photo : AFP/VNA/CVN

Selon le dernier bilan en date des autorités, 43 personnes sont mortes dans la catastrophe et 161 autres restent portées disparues.

Un mur d'eau s'est violemment abattu sur la vallée de Rishiganga dans l'État de l'Uttarakhand détruisant tout sur son passage. Le phénomène a été d'abord attribué à la rupture d'un glacier himalayen mais d'autres hypothèses sont envisagées, dont la formation d'un lac glaciaire, due à la fonte d'un glacier, dont les rives auraient cédé.

Trois corps ont été sortis d'un tunnel de la centrale hydroélectrique de Tapovan, ravagée par la crue, dans lequel une trentaine de personnes sont piégées depuis dimanche 14 février par la boue et les rochers, selon des estimations.

Deux autres corps ont été retrouvés dans un village voisin frappé par l'inondation, selon la police.

Parmi les victimes qui ont pu être identifiées figure Alam Singh, père de deux fillettes.

Sa famille a été prévenue tôt dimanche par un appel téléphonique des responsables des équipes de secours. Mais elle n'a pas encore trouvé comment annoncer la nouvelle aux petites filles, explique Surat Singh, frère de la victime.

"Nous gardions l'espoir, mais à présent nous devons leur annoncer ce qui s'est passé. Il était allé travailler ce jour-là comme chaque jour mais nous n'aurions jamais pensé qu'une telle chose pouvait arriver", confie-t-il.

Les secouristes travaillent sans interruption depuis la catastrophe pour dégager le tunnel, devant lequel des proches de disparus ont manifesté en accusant les autorités de ne pas aller assez vite.

De nombreux habitants, pour beaucoup des collègues des disparus qui avaient, eux, réussi à s'échapper étaient encore rassemblés dimanche à l'entrée du tunnel dans l'attente de nouvelles informations malgré les avertissement des autorités sur un nouveau risque d'inondation.

Les autorités redoutent une nouvelle crue liée à la formation récente d'un nouveau lac himalayen près de la rivière Rishiganga. La fonte rapide des glaciers observée dans la région en raison du réchauffement climatique est de plus en plus préoccupante.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les feuilles de lotus, une source d’inspiration infinie pour un jeune peintre

Les plus belles plages du Vietnam Avec un littoral s’étirant sur plus de 3.000 km, le Vietnam abrite de nombreuses plages de sable fin. Sans oublier la multitude de baies, marais, lagunes et autres blocs de pierres à la structure originale, ou encore les îles tropicales aux plages immaculées.